Mad Days : un autre regard sur les troubles mentaux

Mad Days

Schizophrénie, trouble bipolaire, TOC, trouble délirant... Vous avez toujours voulu savoir ce qu'était un trouble psychique sans jamais oser le demander ? Alors les Mad Days sont faits pour vous : les 10 et 11 octobre prochains à Paris, cet évènement culturel et festif tentera de vous sensibiliser aux troubles psychiques et de déstigmatiser les personnes concernées.

Car les préjugés autour des troubles mentaux sont encore nombreux. Et pour cause : depuis plusieurs siècles, la « folie » s’est chargée d’une image négative. « Interné, asile, fou, débile, idiot, schizo, parano, imbécile ». Tous ces termes sont utilisés dans langage courant de manière péjorative et largement relayés dans les médias. À titre d’exemple, le terme « idiotisme » était pourtant utilisé à l’origine en médecine pour désigner des personnes atteintes de retard mental.

Tout commence vers le milieu du 17ème siècle où le monde de la « folie » devient le monde de l’exclusion. En Europe, on construit en effet des maisons d’internement qui accueillent les « fous » et les exclus sociaux qu’elles sanctionnent par le travail forcé. À la fin du 18èmesiècle, on enchaîne encore les malades mentaux. Au 19ème siècle, on pratique les saignées en pensant que les troubles mentaux ont une origine organique, on fait vomir les malades pour les purger de leurs humeurs impures. Au 20ème siècle, la psychiatrie pratique la lobotomie, la stérilisation contrainte, les comas déclenchés par injection et enfin, l’Allemagne nazie extermine les malades mentaux.

Organisées par l’Agence Régionale de Santé Île-de-France, la FNAPSY et l’UNAFAM, les Mad Days auront notamment comme lieux partenaires le centre Pompidou, le Musée du Quai Branly ou encore la Cité des Sciences et de l'Industrie. L'évènement proposera également une programmation culturelle originale au Centre Malesherbes de l'Université Paris-Sorbonne : créations artistiques, projection de films, conférences, concert, etc.

Pour en savoir plus sur l'évènement, vous pouvez consulter le site en cliquant ici.

A lire aussi