Une résolution pour 2014 : avoir plus d’orgasmes ?

Récemment aux Etats-Unis, une femme a eu un orgasme continu de 3 heures à la suite d’un rapport sexuel (source : Nouvel Observateur).

Pour cette femme, il s’agissait d’un véritable supplice car il lui était impossible d’arrêter cet orgasme. Son partenaire a donc fini par la conduire aux urgences. Une vidéo, qui raconte cette aventure hors du commun, a été diffusée dans l’émission télé américaine « Sex sent me to the ER » (« le sexe m’a envoyé aux urgences »)1 :

Ce trouble rare et peu connu, appelé syndrome d’excitation génitale permanent, peut vite devenir très invalidant pour la personne qui en est victime. En 2012, toujours selon le site du Nouvel Observateur, une américaine de Floride aurait ainsi mis fin à ses jours, ne pouvant plus supporter 50 orgasmes par jour, toutes les 30 secondes pendant des années. Tout vie sociale, familiale et personnelle devient en effet impossible pour ces patientes qui sont en très grande souffrance.

L’ensemble des symptômes repose sur des sensations génitales non voulues et intrusives équivalentes à celles d’un orgasme. La localisation des symptômes est variable : clitoris, lèvres, vagin, ou les trois combinés. Pour expliquer l’apparition du syndrome, des facteurs psychologiques seraient incriminés, et surtout des facteurs médicaux (anomalies artério-veineuses, troubles neurologiques ou hormonaux), médicamenteux (prise de certains antidépresseurs) et environnementaux. La méconnaissance de cette pathologie peut amener, à tort, certains praticiens à considérer que leurs patientes présentent une sexualité compulsive (nymphomanie). À noter également que seulement deux cas ont été rapportés chez l’homme.

(Source : Association Française d’Urologie).

1. Cette émission télé retrace de réels accidents qui sont arrivés à des citoyens américains lors de leurs rapports sexuels.

A lire aussi