Ben Laden, l'homme derrière les documents

La CIA a déclassifié et rendu publique hier une série de documents capturés par le commando des Navy SEALS qui a pris d'assaut la résidence d'Oussama Ben Laden à Abbotabad. 103 documents originaux - dont la CIA publie l'original arabe et la traduction anglaise - plus une liste de documents tiers récupérés, qui révèlent une partie de la personnalité du leader terroriste, celle choisie par les analystes américains évidemment.

1Ben Laden - Le djihadiste

Le cœur de la masse de documents déclassifiés concerne bien sûr la direction d'Al-Qaïda et de ses alliés à travers le monde. Sans surprise, ils parlent de la montée des tensions à l'intérieur du mouvement djihadiste, à l'époque ou les partisans d'un djihad global et ceux d'un conflit centré sur la création d'un califat au Moyen-Orient se débattaient à l'intérieur d'Al-Qaïda. Ce conflit aboutira à l'apparition d'une branche « hérétique » d'Al-Qaîda, devenue l'Etat Islamique.

Ben Laden représentait jusqu'au bout la branche globale du groupe. Dans plusieurs textes, il appelle l'ensemble des arabes à l'unité contre l'ennemi principal : l'Occident. C'est tout le contraire de ce qui s'est passé après sa mort, avec le recentrage du djihad sur la création d'un califat Moyen-Orient et l'explosion de violences entre différents groupes armés musulmans.

Ben Laden apparaît également comme un passéiste des méthodes du djihad. Jusqu'en 2011, juste avant sa mort, l continue à insister sur l'organisation d'opérations de grande ampleur contre les Etats-Unis. Il rêve d'attaques plus massives encore que le 11 Septembre. Il parle de viser les ambassades et les compagnies pétrolières américaines en Afrique.
A la même époque, l'ensemble des chefs djihadistes se tournent vers l'appel aux « loups solitaires » et à des opérations de taille réduite pour instiller la peur à l'étranger et contrer la surveillance américaine. Depuis sa mort, Al-Qaïda tout comme Daesh ont adopté ces méthodes.

2Ben Laden - Le parano

Ce n'est pas le dernier paradoxe de l'homme. Ben Laden appelle constamment à des opérations massives, mais redoute la surveillance et les drones américains et ordonne à ses subordonnés d'éviter d'utiliser des emails ou de se rassembler en groupes conséquents.

Dans certaines de ses lettres, il vire même franchement à la paranoïa démente, comme lorsqu'il dit redouter la présence de micro-transmetteurs dans les vêtements de ses femmes. Il conseille également à l'une d'entre elle de se faire examiner par un dentiste fidèle à la mouvance terroriste à son retour d'Iran, craignant qu'un émetteur aie pu être logé dans le plombage qu'elle s'est faite faire à Téhéran.

Cela dit, pour citer Pierre Desproges: « Ce n'est pas parce que je suis paranoïaque qu'ils ne sont pas tous après moi. » Malgré ses précautions, ce seront ses lettres qui causeront la perte de Ben Laden, après que la CIA soit parvenue à traquer l'un de ses courriers. Ben Laden meurt dans un raid des forces spéciales américaines le 2 mai 2011.

3Ben Laden - Le père de famille

C'est sans doute l'aspect le moins attendu des documents déclassifiés, ceux qui peignent le portrait d'un mari aimant pour ses 4 femmes et d'un père attentionné et admiré par ses 20 enfants.

Ben Laden s'intéresse au moindre détail du mariage de son fils Khaled à la fille d'un commandant d'Al-Qaïda abattu par les américains. Il parle des noces « que son cœur a attendu avec impatience » avec toute l'excitation du père. A sa femme Kairiah, il écrit une lettre pleine de tendresse dans laquelle il: « Attend sans cesse que tu quittes l'Iran » (ou une grande partie de sa famille était réfugiée.)

La correspondance la plus étendue se fait avec son fils Hamza - lui aussi retenu en Iran - dont il souhaitait faire son successeur à la tête d'Al-Qaïda. En 2009, Hamza lui écrit: « Mon cœur pleure de cette longue séparation, sans cesse désireux de te voir. Mes yeux se rappellent de la dernière fois que je t'ai vu, quand tu étais sous un olivier et donnait des perles de prières à tous les musulmans. »

4Ben Laden - L'érudit

C'est l'autre grosse partie des documents révélés par la CIA, la liste des lectures d'Oussama Ben Laden, qui avait apparemment beaucoup de temps à tuer, caché à Abbotabad. La liste de ses lectures - qu'il se procurait en ayant ses hommes scanner des livres entiers loin de sa cachette -  révèle un goût prononcé pour l'étude de son grand ennemi: Les Etats-Unis.

Des ouvrages sur la guerre selon Obama par Bob Woodward - qui avait révélé l'affaire Watergate - aux ouvrages de Noam Chomsky, en passant par des études de la défaite militaire américaine au Vietnam et d'anciens rapports du Sénat sur les programmes de la CIA...On retrouve aussi des lectures moins académiques, notamment des ouvrages conspirationnistes sur les Illuminatis.
La bibliothèque de Ben Laden tient de l'obsession, voire de la fascination pour le pouvoir militaire américain. Au deuxième rang de ses intérêts....La France! Le terroriste possède pas moins de 19 ouvrages - parfois hautement spécialisés sur l'économie ou l'industrie de l'armement - sur l'Hexagone.

Plus surprenant, de courts extraits des documents parlent d'un Ben Laden politicien. Derrière la certitude qu'Al-Qaïda parviendra à unir le monde arabe sous sa férule, Ben Laden se prend à spéculer sur les efforts à faire en tant que futur chef d'état dans la région. Il s'inquiète notamment des effets du réchauffement climatique dans la région et conseille de « limiter l'utilisation des ressources d'eaux souterraines » au Proche-Orient et d'assurer au plus tôt la sécurité alimentaire de la région.

T.L

A lire aussi

  • Aucun article