L’Italie vogue vers de nouvelles élections

C’était l’une des hypothèses envisagées avant même le scrutin du 4 mars dernier. Deux mois plus tard, le scénario d’un retour aux urnes des Italiens se précise : le président de la République pourrait décider de nommer un « gouvernement technique » chargé de mettre sur pieds une nouvelle loi électorale.

Il était le grand vainqueur des dernières élections générales. Il est aussi celui qui aura décidé de dire adieu aux résultats de ce scrutin. 60 jours après le vote, Luigi Di Maio, le dirigeant du Mouvement 5 Etoiles vient de mettre fin à une série de négociations stériles.

Pour lui, l’organisation de nouvelles élections législatives dès le mois de juin est la seule solution pour sortir de l’impasse politique.
Il a demandé au numéro un de la Ligue (extrême droite), Matteo Salvini, l’autre vainqueur du vote d’appuyer cette demande.

“J’avais proposé un contrat aux autres forces politiques, je savais que ce ne serait pas facile mais je n’imaginais pas que c’était tout simplement impossible (…) C’est une honte de voir que tous les partis ne pensent qu’à leurs petites affaires, à leurs propres intérêts (..) Au point où nous en sommes, il n’y a pas d’autre solution que de retourner voter le plus vite possible ”a déclaré Luigi Di Maio.

60 jours sans gouvernement

Depuis 2 mois, tous les types de coalitions ont été envisagés : une alliance M5S / droite et extrême droite, puis M5S avec le PD (parti démocrate, centre gauche). Finalement, aucun de ces partis n’a accepté de faire les compromis qui auraient permis de gouverner.

Face à cette impasse, on voit mal comment Sergio Mattarella, le président de la République italienne pourrait ne pas appeler à de nouvelles élections. Jusqu’à présent, il a toujours refusé cette éventualité. Mais il va sûrement devoir s’y résoudre. La presse italienne laisse entendre qu’il pourrait former un gouvernement « technique ». Sa mission : créer une « constituante » avec une nouvelle loi électorale. Les Italiens pourraient alors retourner aux urnes au plus tôt à l’automne.
Avec des règles différentes, pour éviter de revivre le même blocage.

Publié par François Beaudonnet / Catégories : Politique

A lire aussi

  • Aucun article