Gouvernement italien : vers un blocage et de nouvelles élections ?

Sur un mur du centre-ville de Rome, un dessin montre un baiser entre Matteo Salvini et Luigi di Maio, les deux leaders eurosceptiques vainqueurs des élections. Crédit : Vincenzo Livieri/LaPresse

Alors que les nouveaux députés et sénateurs italiens tentent aujourd’hui d’élire les présidents des deux Chambres, les négociations entre les partis politiques ont pour l'instant échoué.

Les tractations se poursuivent

Aujourd’hui 23 mars, près de 20 jours après les élections legislatives, la Chambre des députés (l'assemblée nationale) et le Sénat votent pour élire leurs présidents. Les tractations électorales sont plus incertaines que jamais. Le Mouvement 5 étoiles et la Ligue semblent vouloir se partager le Parlement. « Le leader du centre-droit est Salvini, nous sommes disposés à parler avec lui » a déclaré Luigi Di Maio, qui refuse désormais tout dialogue avec Silvio Berlusconi. De son côté, la Ligue voudrait laisser la Chambre au Mouvement 5 étoiles, espérant ensuite hériter du poste de Premier ministre. Cette alliance entre les deux partis eurosceptiques inquiète les capitales européennes.

Deux postes-clés

Placer l'un de ses membres à la présidence de l'une des Chambres est primordial pour les partis politiques. En effet, le président de la République italienne aura la charge de nommer le Premier ministre avec l'aide des deux présidents du Parlement. L'enjeu est grand, et Matteo Salvini aurait tout intérêt à voir Silvio Berlusconi écarté de ces négociations.Les résultats définitifs ne devraient pas être connus avant plusieurs jours, et de nombreux tours de scrutin seront sans doute nécessaires. Les élections du 4 mars ont accouché d'un Parlement très éclaté, il est donc très improbable qu'une majorité se dessine. Devant ce blocage, le président de la République pourrait alors appeler à la formation d'un gouvernement "technique" avant de nouvelles élections.

Publié par Alban Mikoczy / Catégories : Politique

A lire aussi

  • Aucun article