La Ligue : entente avec le Mouvement 5 étoiles au dépit de Forza Italia

©FLAVIO LO SCALZO/EPA/MAXPPP - epa06579537 Federal Secretary of Italian party 'Lega' (League), Matteo Salvini (C) casts his ballot at a polliing station in Milan, Italy, 04 March 2018. General elections are held in Italy on 04 March 2018 with the country's economic situation and migrant influx in the past years believed to dominate the voters' decisions. The three main political contenders in Italy, the right-wing coalition, the ruling Democratic Party and the anti-establishment 5-Star-Movement have all predicted major results for themselves. The final results of the elections are expected to be announced on early 05 March. EPA-EFE/FLAVIO LO SCALZO

Il reste 4 jours aux partis vainqueurs des élections pour se positionner sur les noms des représentants qu'ils veulent voir à la tête des deux chambres du parlement. Le 23 mars, le Président de la République, Sergio Mattarella, attend une majorité stable pour nommer un Premier ministre qui aura les armes pour gouverner.

"Rien n'est impossible" a déclaré Matteo Salvini, leader de la Ligue, au sujet de la formation d'un gouvernement entre son parti et l'autre grand gagnant des élections du 4 mars, le Mouvement 5 étoiles de Luigi di Maio.

Sur le blog des 5 étoiles, Luigi di Maio écrit "Avec Matteo Salvini, nous nous sommes accordés sur la nécessité de faire démarrer le Parlement". En pleines tractations post-électorales, ces deux partis semblent se rapprocher. Ils ont jusqu'à vendredi 23 mars pour faire s'accorder sur les noms des présidents de la Chambre des députés et du Sénat.

Forza Italia reste sur la touche

Cette entente récente de la Ligue avec le Mouvement 5 étoiles distend ses liens avec la coalition de droite et d'extrême droite qui l'a menée en tête des suffrages. Forza Italia, le parti de Silvio Berlusconi est le plus lésé face au revirement de la Ligue. Favori avant les élections, il perd chaque jour un peu plus l'espoir de se voir au gouvernement. Antonio Tajani, président du parlement européen et membre de Forza Italia déclare : "Il faut un gouvernement souverain mais qui agira avec l'Europe". Pour lui, le rôle de son parti est déterminant car c'est le seul qui peut garantir la stabilité.
Publié par Alban Mikoczy / Catégories : Politique

A lire aussi

  • Aucun article