L'Italie aujourd'hui : intempéries meurtrières près de Rome

L'Italie aujourd'hui : Violentes intempéries dans le centre de l'Italie, en particulier dans le Latium. Une radio privée profite des fonds publics mais lance des critiques sur l'Etat. Mille détenus invités au Vatican.

Violentes intempéries : deux morts près de Rome

Dimanche 6 novembre, une trombe d'air a touché fortement le centre de l’Italie et en particulier dans le Latium. « La ville et le littoral à genoux » : titre le quotidien Il Corriere della Sera. En effet, cette tempête a causé le décès de deux personnes et on compte une cinquantaine de blessés d’après le quotidien.

Des arbres au milieu de la voie publique, à Ladispoli

Des arbres au milieu de la voie publique, à Ladispoli

Des effondrements, plusieurs routes fermées, mais également près d’une centaine d’arbres tombés sur les voies publiques. La tempête de vent a emporté les tentes des victimes du tremblement de terre dans les zones touchées par les séismes d’il y a deux semaines. Ces violentes intempéries ne sont pas nouvelles dans ces régions et ne risquent pas de s’arrêter. Selon les climatologues, les précipitations deviendront de plus en plus intenses et concentrées à l’avenir : « il faut investir sur l’entretien, notamment le nettoyage des canalisations pour permettre à l’eau d’être évacuée ».

Une radio privée profite des fonds publics… Mais critique l’Etat

Lors d’une émission consacrée à la religion sur Radio Maria, le père Giovanni Calvacoli a indiqué que les tremblements de terre étaient une « punition divine pour les offenses faites au mariage, à la famille », en parlant des unions civiles. Le Vatican a vite réagi en contraignant la radio à suspendre l’émission religieuse. Ce n’est pas la première fois que cela survient sur les ondes de cette radio privée. Sur le même thème des unions gay : « Les gays sont malades. Ce genre d’unions, c’est comme avoir une maladie et la garder. Non, si tu es malade, guéris ». Ou encore, le directeur de Radio Maria, le père Livio Fanzaga, après les livres sur les scandales du Vatican en 2015 : « Nuzzi e Fittipaldi ? Des journalistes à pendre ».

le directeur de Radio Maria, le père Livio Fanzaga

Le directeur de Radio Maria, le père Livio Fanzaga

Cependant, ce matin, la presse italienne s’insurge : la radio qui critique les lois de l’Etat est celle qui prend le plus d’argent par rapport aux autres radios. En trois ans, Radio Maria a bénéficié de deux millions de fonds publics. Le quotidien La Repubblica soulève la question : pourquoi cette radio profite d’un traitement privilégié ? C’est en fait une loi de 1998 qui alloue 10% des contributions destinés aux radios locales aux radiodiffuseurs nationaux communautaires (il en existe seulement deux en Italie, Radio Maria et Radio Padania). Cependant, pour bénéficier de cette contribution de l’Etat, elles ne doivent suivre aucune règle.

Mille détenus invités au Vatican

Durant ce premier week-end de novembre, mille détenus de douze nationalités différentes incarcérés en Italie ont été invités par le Pape François au Vatican, une première. Pour clore ce week-end, ils ont assisté à une messe au sein de la Basilique Saint-Pierre spécialement dédiée à leur « jubilé ». Après plusieurs témoignages de prisonniers, le Pape a rappelé son sentiment lors de ses visites au sein des centres pénitentiaires : « à chaque fois que j’entre dans une prison, je pense : pourquoi eux et pas moi ? Nous avons tous la possibilité de se tromper », rapporte le quotidien Il Corriere della Sera. Il a condamné l’hypocrisie de ceux qui « voient la prison comme unique voie pour celui qui se trompe, il y a trop peu de confiance en la réintégration ». Par ce biais, il a demandé aux gouvernements un « geste » pour ceux qui peuvent en bénéficier, une justice « qui ne soit pas exclusivement punitive ».

A lire aussi