Florence : les riches familles du XVème siècle sont encore celles d'aujourd'hui

Les familles les plus riches de la ville de Florence seraient les descendantes des familles les plus riches d'il y a 600 ans. C'est ce que dévoile une étude menée par deux économistes italiens de la Banque d'Italie, Guglielmo Barone et Sauro Mocetti. Les deux chercheurs ont comparé les noms des contribuables inscrits sur les déclarations d'impôts de l'année 1427 avec ceux de 2011 et fait étonnant, 900 noms présents dans ce registre existent toujours dans la ville toscane et ont toujours les revenus les plus élevés.

Leur étude repose sur le plus ancien registre d'impôts de la cité Toscane. Sur des pages manuscrites, près de dix mille contribuables ont été recensés. Parmi les plus riches, des familles d'avocats, de cordonniers ou des familles qui ont fait fortune dans la laine ou la soie.


Florence : riches depuis la Renaissance

Plus de chance d'être avocat, banquier, médecin ou pharmacien pour les descendants de ces familles

Les deux économistes font état de l'existence d'un plafond de verre : "Nous avons trouvé des preuves de l'existence d'un plafond de verre qui protège les descendants des familles de la haute société et les empêche de dégringoler dans l'échelle socio-économique".

Il serait donc plus facile, 25 générations plus tard,  pour les descendants potentiels de ces familles aisées d'accéder à une profession d'élite comme le métier d'avocat, de médecin, de banquier, de pharmacien ou encore d'orfèvre.

Une mobilité tout de même plus importante aujourd'hui

Il ne faudrait pas généraliser la situation à toute l'Italie selon les deux chercheurs italiens. "Au XVème siècle la mobilité intergénérationnelle était beaucoup plus faible qu'aujourd'hui. L’élasticité des salaires entre deux générations (parents et enfants) était située entre 0.8 et 0.9 - plus le chiffre est proche de 1, plus l'élasticité est réduite - ce qui montre qu'en 1427 la société était quasi-immobile" précise l'étude. Aujourd'hui, cette élasticité est de 0.5 dans le pays.

A lire aussi