Le cardinal Barbarin au chevet des chrétiens d'Irak

Ce projet de voyage a soigneusement été gardé secret pendant des jours.
Six mois à peine après un premier voyage, le cardinal Philippe Barbarin a décidé de repartir en Irak.
Il est 13h30 ce vendredi 05 décembre dans le petit aérogare de Lyon-Bron.
Un groupe d'étudiants, une poignée de prêtres, 3 religieuses de Saint Jean, des journalistes aussi, petit à petit une centaine de personnes arrivent, chacune dotée d'un bagage léger.
Ils sont pour l'essentiel membres actifs du diocèse de Lyon.
15h30, le Cardinal se présente à son tour.
Tout le monde embarque dans un Fokker 100 de location.
Destination, Erbil au Kurdistan irakien.
La troupe a pour projet de manifester sa solidarité aux milliers de chrétiens chassés par les jihadistes de l'organisation Etat Islamique.
Depuis l'été, des cohortes de familles ont du abandonner sous peine de mort leurs villages bibliques de la plaine de Ninive dans la région de Mosoul.
Elles sont réfugiés dans le quartier chrétien d'Aïnkawa à Erbil, la capitale du Kurdistan irakien.
Ce sont les peshmergas, les soldats kurdes qui font barrage aux hordes de Daesh.

Les lyonnais, emmenés par leur archevêque, veulent faire vivre à leurs frères d'Irak la traditionnelle fête des lumières célébrée chaque année à Lyon le 08 décembre pour la fête de l'Immaculée Conception.
Ca n'est pas grand chose, juste un élan de solidarité pour leur dire, à quelques semaines de Noël, qu'ils ne sont pas oubliés.

Regardez l'arrivée des lyonnais à Erbil :

Ce samedi 06 décembre au matin, à bord de minibus, le groupe, Cardinal en tête se rend au chevet des familles chrétiennes dans leurs camps de fortune.
Au programme, rencontre, échange et déjeuner.
L'idée est sans prétention. Adresser à ces chrétiens d'orient qui se croient perdus un peu de chaleur humaine.

photo 1

Les rencontres vont se poursuivre jusqu'à la nuit, jusqu'à la procession pour rendre hommage à la vierge qui trône à l'entrée du quartier avec en point d'orgue, ce que Philipe Barbarin n'avait dit à personne, un message vidéo du Pape François.

photo 4
Une invitation aux chrétiens d'Irak à ne pas abandonner leur terre, à faire comme "le roseau". Plier mais ne pas rompre devant les extrémistes.
Ca sera d'ailleurs la deuxième fois en une semaine que le Pape dans son message pointe directement les terroristes du califat Daesh.

Voir le message du Pape aux chrétiens d'Irak et la fête des lumières pour les chrétiens d'Erbil :

A lire aussi