À la chasse aux roupies !

La file aux distributeurs de banque ne désemplit pas, la clientèle des commerces est en chute libre, l'économie est bloquée. Il y a dix jours, le Premier ministre indien, Narendra Modi, a annoncé la démonétisation des coupures de 500 roupies et 1000 roupies. Cette décision continue de paralyser le pays. 

"Je suis arrivé là à 5 heures du matin! Sans rien manger, sans rien boire ! J'ai attendu presque 5 heures ! Tout ça pour rien, je n'ai toujours pas d'argent ! " Brandissant son chéquier en main, Dinesh s'exaspère: "il me reste encore quelques économies chez moi, mais bientôt je n'aurai plus rien! C'est pour ça que dois absolument retirer de l'argent".  La banque devant laquelle il attend depuis l'aube vient d'annoncer qu'elle n'a plus de liquidités. Dinesh n'est pas seul, ils sont plus d'une centaine comme lui. Ils s'arment de patience pour obtenir l'objet de toutes les convoitises ces derniers jours... quelques billets de banque. Depuis l'annonce du Premier ministre, des millions d'Indiens partent à la chasse aux roupies. Les files d'attente devant les agences bancaires ne désemplissent pas.

Un chaos pour la vie quotidienne

Ces porte-monnaies vides ont une conséquence directe sur l'économie et la vie quotidienne des Indiens. Dans un pays où la majorité des transactions se font en espèces, des millions de personnes se retrouvent dans l'impossibilité de subvenir à leurs besoins quotidiens. Cette décision soudaine provoque la colère d'une partie de la population. Les plus touchés par cette réforme sont les plus pauvres, la classe ouvrière et la population rurale. La grande majorité d'entre eux est dépourvue de compte en banque.

À New Delhi, par exemple, ils sont nombreux à dépendre exclusivement de l'argent liquide. Ravi vend des ananas dans la rue. Il se désole de cette situation: "Modi n'aurait pas dû faire ça ! J'ai perdu beaucoup de mes clients. Pour moi c'est un désastre". Pour les chauffeurs de rickshaws (mode de transport local en Inde) que nous avons rencontrés, c'est le même constat amer. Ils déplorent une perte de près de 40% de leur clientèle.

Eradiquer l'argent sale

La décision du gouvernement indien de retirer près de 24 milliards de billets en circulation, a surpris tout le monde. Elle a pour but d'éradiquer l'argent sale, non déclaré, mais aussi de démasquer les fraudeurs fiscaux. En Inde, seulement 3% de la population déclare ses revenus.

Pour ne pas entacher les mariages indiens, dont la saison vient de commencer, le gouvernement indien a annoncé une mesure spéciale à leur égard. Les familles des mariés peuvent retirer 250 000 roupies contre 2000 pour un citoyen lambda. Une mesure dont la fille d'un richissime patron et homme politique indien n'a pas eu besoin. Son mariage lui a coûté 3 milliards de roupies, soit 41 millions d'euros. En Inde, ce n'est pas la chasse aux roupies pour tout le monde...

Lucille Guenier

Publié par tdonzel / Catégories : Économie

A lire aussi

  • Aucun article