L'hymne national indien

Tu règnes sur l'âme de tous les peuples,
Toi qui veille aux destinées de l'Inde !
Ton nom s'éveille dans le cœur du
Pendjab, du Sindh, du Gujarat,
du Maharashtra, du Dravida, de l'Orissa et du Bengale !
Il résonne dans les monts des Vindhyas et des Himalayas,
Se mèle à la musique de la Yamouna et du Gange
Et est chanté par les vagues de l'Océan Indien !
Ils prient pour avoir ta bénédiction et chantent tes louanges,
Le salut du peuple est entre tes mains !
Toi qui veille aux destinées de l'Inde !
Victoire, victoire, victoire à toi.

<img title="

Rabindranath Tagore, prix Nobel de littérature et auteur de l'hymne national indien

Adopté comme hymne officiel en 1950,  l’Inde célèbre cette année le centenaire du Jana Gana Mana composé par le prix Nobel de littérature R. Tagore.

De tous les vers rédigés par Rabindranath Tagore, ceux qui composent la première strophe du Jana Gana Mana sont sûrement les plus connus. Chaque écolier indien sait les réciter par coeur. Chaque fan de cricket - et ils sont nombreux dans le sous-continent -  les chante pour soutenir les hommes en bleus.

Cette strophe a  aujourd'hui tout juste cent ans : En 1911, le poète et futur prix Nobel de littérature Rabindranath Tagore compose ce poème qui deviendra, 49 ans plus tard, l'hymne national. Tout d'abord rédigé en bengali, le texte est rapidement traduit en hindi, puis en anglais.

R. Tagore, qui a étudié quelques années en Angleterre, se charge lui même de la traduction. Il est d'ailleurs probable que ces années en terre britannique ait alimenté la suspicion que certain critiques ont  fait peser sur le Jana Gana Mana.

Pour ou contre George V ?

En pleine lutte pour l'indépendance du pays, certains critiques émettent l'idée que Tagore a rédigé ce texte en hommage à George V venu se faire couronner roi des Indes.. Pour d'autres, ce serait le contraire. Le Jana Gana Mana serait le fruit du refus du poète de célébrer l'arrivée du roi.

"Un de ses amis lui avait demandé de rédiger un texte de bienvenue pour l'arrivée de George V en Inde, mais Tagore a refusé. Il était néanmoins perturbé par cette requête et composa un chant dans lequel il décrit un être rassemblant la Nation, Rashtrapurush. Chant qui deviendra l'hymne national" explique Milind Sabnis, qui a passé plus de quinze ans à rassembler l'histoire du Jana Gana Mana.

Ce qui est certain c'est que, le 27 décembre 1911,  R. Tagore a lui même chanté ses vers devant l'Indian National Congress. Les mots du poète connaissent un succès rapide, précise encore Mr. Sabnis.

L'apparition du cinéma parlant - et chantant déjà! - participe à ce succès. En 1944, le futur hymne est au générique du film Udayer Pather (renommé Hamrahi dans sa version hindi). Le film fait un triomphe. Les chansons de Tagore qui y sont reprises, dont le futur hymne national, deviennent encore plus populaires.

En 1950, le texte du poète - amputés des quatre dernières strophes - est choisi pour être l'hymne national de l'Inde indépendante.
Cent ans après leur publication, les écoliers indiens apprennent encore les mots de R. Tagore. Et Amitabh Bachchan, la plus grande star du pays, prête sa voix à un spot publicitaire au slogan... évocateur "Respectez votre nation. Respectez votre hymne".

C.B.

A lire aussi

  • Aucun article