Scandales à la Commission européenne : une Europe fragilisée

Déjà sous pression après l'affaire Barroso ou le LuxLeaks, la Commission européenne est à nouveau dans la tourmente. Des journalistes d'investigation révèlent que l'ancienne commissaire européenne à la Concurrence, Neelie Kroes, a été codirectrice d'une entreprise hébergée au Bahamas : Mint Holdings Limited. Elle y a tenu un rôle d'associée pendant 10 ans alors qu'elle occupait un poste stratégique au cœur de la compétition entre les entreprises de l'Union européenne. Jean-Claude Juncker, le président de la Commission a réclamé des explications. Un commissaire est obligé de déclarer ses activités professionnelles, ce qu'elle n'a pas fait. La sanction pourrait aller jusqu'à la priver de son indemnité de retraite, qui est de 6 000 euros par mois. Entre 2004 et 2009, Neelie Kroes s'était forgé une réputation de commissaire intraitable. Elle avait fait plier Microsoft, mais les révélations sèment le doute sur sa neutralité. Alors qu'à Bruxelles, Neelie Kroes libéralisait le marché de l'énergie, aux Bahamas, sa société tentait de racheter Enron, géant américain de l'énergie justement.

A lire aussi

  • Aucun article

A lire aussi

  • Aucun article