Excellence et savoir-faire au salon de l'agriculture

Mathieu Dehlinger

Le salon de l'agriculture, appelé également « la plus grande ferme de France », vient de fermer ses portes pour cette année.

Comme chaque année, dans le cadre du salon est organisé le Concours Général Agricole (CGA) lors des quatre ou cinq premières journées. Le CGA, initié en 1843 avec le Concours de Poissy, a été créé en 1870 pour sélectionner et primer les meilleurs produits du terroir français et animaux reproducteurs.

En 2016 ce sont 22.152 produits dans 25 catégories qui se sont présentés au Concours et ont été dégustés par près de 8.000 dégustateurs.

Comment fonctionne le CGA ?

Dans un premier temps les organisations professionnelles organisent une présélection en région. J'ai moi-même été sollicité cette année pour faire partie d'un jury de la présélection des vins du Beaujolais qui a eu lieu à Theizé près de Villefranche sur Saône à la mi-février.

Les jurys, en région comme à Paris, sont composés de professionnels et de consommateurs avertis. A Paris ils sont chargés de distinguer, par des médailles d'Or, d'Argent ou de Bronze, les meilleurs produits.

J'ai participé, cette année, à deux jurys à Paris dans le Hall 2 du Salon de l'Agriculture. Le premier, samedi 25 février, dans un jury de Beaujolais où nous étions cinq à déguster quinze Morgon 2015. Nous avons attribué une médaille de Bronze et deux médailles d'Or. J'étais dans un deuxième jury, dimanche 26 février, cette fois-ci pour des vins d'Alsace. Nous étions encore cinq à déguster des Riesling 2015 et 2016, des Muscat 2016 et des Chasselas 2016. Nous avons attribué une médaille de Bronze, deux médaille d'Argent et deux médailles d'Or.

Bien entendu tous les échantillons sont parfaitement anonymes.

Toutes les régions viticoles sont représentées au CGA. Mais il n'y a pas que les vins qui y participent, d'autres produits cherchent à être récompensés. Des produits aussi divers que le foie gras, les huîtres, l'entrecôte, le rhum, les punchs, la vanille (depuis 2006), les charcuteries, les confitures, le miel, les cidres et poirés, les produits laitiers, etc.

Les prix d'excellence

Depuis l'an 2000, les Prix d'Excellence récompensent les « meilleurs des meilleurs » des producteurs. Le Prix d'Excellence ne récompense pas un produit mais le savoir-faire d'hommes et de femmes qui se dévouent à leur métier et à leurs produits.

Comment sont attribués les Prix d'Excellence ?

Participent à cette compétition les producteurs ayant été distingués par une médaille à chacune des trois dernières éditions du CGA. Un nombre de points leur est attribué, par catégorie, en fonction du niveau des médailles obtenues. Le Prix d'Excellence est attribué au producteur ou à l'entreprise ayant obtenu le meilleur score dans la catégorie concernée.

En 2017, il y a 34 Lauréats au Prix d'Excellence. Ceux-ci participent au plus haut niveau au rayonnement de la réputation gastronomique de notre pays.

Parmi ces Lauréats, il y a bien sûr des producteurs de vin, citons par exemple François MOSSU dénommé le « pape » de l'or du Jura. Il est producteur à Voiteur, entre autres, de vin jaune de l'AOC Château-Chalon.

Il y a d'autres Lauréats comme un producteur de miel, un fabricant de saucisse de Morteau, un producteur d'huîtres de Bouzigues (Occi Marée) sur l'étang de Thau, etc.

Le Concours Général Agricole n'a pas d'équivalent international et son impartialité est garantie par l'Etat.

Articles similaires: