L’ignorance des savants

Bassin aux nymphéas, Monet, 1899.

Dans cette histoire de réforme de l’orthographe, ce qui m’a le plus interloqué est le nombre de personnes qui se sont exprimées à tort et à travers, sans même avoir jeté un simple coup d’œil sur le texte. On ne devrait peut-être plus s’étonner de cette société où l’opinion l’emporte sur la pensée, la croyance sur les faits, où le flux continu emporte l’information par le fond – mais ne plus s’étonner reviendrait à signer la démission collective.

On peut penser ce qu’on veut de la réforme validée en 1990 par l’Académie française, on a le droit ne pas être d’accord et de le dire haut et fort mais, je n’invente rien, c’est la base même de toute argumentation, de toute discussion, on est fondé à émettre une opinion si et seulement si on a pris la peine de se renseigner avant de donner son avis. A ce compte-là, la plupart des opinions exprimées depuis dix jours partiraient en fumée s’agissant par exemple, tiens, du simple accent circonflexe.

Passe encore

Passe encore le simple quidam, il n’est pas censé posséder l’expertise sur de tels sujets et n’a pas toujours l’habitude de réfléchir plus loin que le bout de son BFMTV. Il est juste regrettable que ne pas savoir n’empêche plus personne de clamer haut et fort une opinion reposant sur le vide de ses peurs, de ses colères, de ses fantasmes.

Passe encore les extrémistes qui se sont gargarisés, ils ont l’excuse basse et méprisable du calcul et de la mauvaise foi politique, ils ont aussi l’excuse de l’habitude, c’est leur fond de commerce de s’offusquer de tout et de rien, surtout s’ils peuvent plaquer, même mal, même si ça ne tient pas très bien, leur grille de lecture identitariste et décliniste.

Passe encore les réseaux sociaux, devenus les principales artères de la désinformation, déversoirs des emportements à bon dos et à bas frais massivement constitués de citations non sourcées, de visuels sans références et de slogans mensongers (tiens, commençons par indiquer d’où viennent les photos et les images que l’on poste sur Facebook).

L’information en deux clics

Ce n’était pas difficile, bon sang, d’aller chercher les informations ! Tapez « nouvelle orthographe » et le premier lien sur Google vous envoie directement sur un PDF synthétisant parfaitement les nouveautés !

règles

Tout y est très clair, parfaitement motivé et présenté, finement pesé, soupesé, justifié, argumenté. Toutes les indignations concernant la disparition pure et simple de l’accent circonflexe sont donc nulles et non avenues, les railleries qui suivent sont à mettre à la poubelle (la verte, celle des déchets organiques, pas la jaune, on n’aimerait pas tellement qu’elles soient recyclées) :

Jeune

sur

Leurs auteurs (mais aussi tous les « partageurs », tout le monde est responsable de ce qu’il publie), discrédités en deux clics par quiconque désirait vraiment savoir, se sont bien ridiculisés en faisant étalage de leur ignorance et de leur incapacité à se renseigner.

Sans compter que bien des journalistes, après quelques heures de flou, ont fait leur travail d’information : Le Parisien, L’Express, Libération, Le Monde, Europe 1, Les Echos ont très tôt pondu des articles de désintox, cependant rien n’a empêché la désinformation de sévir.

Savants ne sachant point

Dans cette bouillie intellectuelle, les plus grands coupables sont les vrais intellectuels, ces savants revendiqués et assumés, ces guides pour l’esprit patentés, qui ont en nombre participé au grand n’importe quoi, à la foire immense du langage outré.

L’illustre éditorialiste, le chroniqueur de talent, l’écrivain de renom Patrick Besson s’est, cette semaine dans Le Point, fourvoyé dans un vain exercice de style, citant Perec et jouant avec la supposée « disparition » de l’accent circonflexe : son texte est beau de tous ces mots magnifiques de la langue française, mais vilain de ce mauvais tour joué à l’intelligence, à l’honnêteté et à la réforme : sur les 127 mots avec accent circonflexe utilisés par Besson, 108 s’écrivent toujours de la même manière, et seuls 19 peuvent, je dis bien peuvent, s’écrire sans. On goûte habituellement la plume de Besson, la voilà transformée en plomb.

Dans le même magazine, Franz-Olivier Giesbert, journaliste, homme de lettres, écrivain – il entrera un jour à l’Académie, c’est sûr, il est mûr – se montre à peine plus éclairé : il exonère certes nénufar, ognon, millepattes et lève le doigt lorsqu’il met en garde : « En matière langagière, il faut certes se garder des combats d’arrière-garde ». Tout ça pour, juste en dessous, écrire que « le scandale, c’est la mort programmée de l’accent circonflexe », avant d’ajouter que « le complot contre l’accent circonflexe est un complot contre la culture ». Désolé, FOG, il n’y a pas de complot, pas de mort programmée, il fallait se renseigner avant d’écrire.

Du rififi sous la Coupole

Et d’Ormesson, le séduisant roublard, le séducteur enjoué, dont on apprécie par ailleurs la malice, l’œil rieur… Il a une nouvelle fois ménagé la chèvre et le chou, murmurant qu’il était « plutôt favorable » à la réforme pour mieux dire haut et fort qu’il refusait « absolument de parler d’accent circonflexe » et fustiger le gouvernement (lequel, rappelons-le, est coupable de bien des choses mais pas de cette polémique, venue des éditeurs de manuels scolaires et de TF1). Jean d’Ormesson, doyen d’élection de l’Académie française, siégeant depuis 1973, était présent en 1990 lorsque les immortels ont signé à l’unanimité le texte de la réforme.

Tout comme Hélène Carrère d’Encausse, secrétaire perpétuelle de l’Académie française, celle-là même qui a osé déclarer au Figaro que « l’Académie n’a eu aucune part » dans la réforme, « à l’inverse de ce que l’on a voulu faire croire ». Pauvre Hélène, qui n’a pas encore intégré ce travers du monde moderne, Internet, qui permet de vérifier en un coup de souris les dires de chacun. C’est aisément que l’on accède, sur le site même de l’Académie, au texte de présentation de la réforme par Maurice Druon, prédécesseur de Carrère d’Encausse, devant le Conseil supérieur de la langue française. On recommande chaudement la lecture du discours in extenso. On y apprendra notamment que l’Académie avait modifié la graphie d’un quart des mots de la langue française en 1740, et on y lira ceci :

Druon 5

CQFD. J’ai peu d’excuses pour l’ignorance quand elle est le fait des savants.

Edit du 15/02 : on lira avec intérêt le billet de l'historien Claude Lelièvre sur les dernières déclarations de Mme Carrère d'Encausse, c'est ici.

Suivez l’instit’humeurs sur Facebook et sur Twitter @LucienMarboeuf.

 

Nota :

Je ne résiste pas à la tentation de donner plus d’extraits de ce discours, tant ils mettent de points sur les i.

Druon 1 Druon 2 Druon 3

A lire aussi

  • Debra

    Quelques remarques s'imposent à ce que vous avez écrit plus haut.
    Je les fais de ma place de bilingue, non pas de naissance, et américanophone.
    A l'heure actuelle, l'anglais/l'américain est en passe de devenir une nouvelle langue véhiculaire dans le monde, ceci en raison de l'intrusion croissante de la culture américaine et ses idées partout dans le monde.
    L'hégémonie américaine a été rendue possible par notre engouement pour les nouvelles technologies, Internet, l'informatique, etc, qui sont globalement dominées par les multinationales américaines. Ces technologies ne sont pas neutres dans la mesure où elles véhiculent les idées, et les manières américaines d'organiser l'espace public et privée.
    Il y a d'énormes différences entre la langue anglaise/américaine et le français.
    Parmi les plus saillantes sont : l'absence de genre en anglais, ce qui a des conséquences considérables pour la manière dont l'anglophone voit son monde, ses.. choses, ses idées. Il est difficile de pleinement se rendre compte de cet état de fait, tellement il est subtil.
    Il n'y a pas d'instance supérieur, pas d'académie en Anglophonie pour statuer, du haut en bas, sur le statut de la langue ou pour décréter ce qui est légitime, bon, beau. La langue... est toute puissante pour évoluer comme bon lui semble, selon son... désir, et croyez-moi, la langue.. pense toute seule, au delà de nos petites personnes en chair et en os qui sont vouées à disparaître.
    Là où je vous rejoins, c'est sur la fâcheuse tendance de tout un chacun de vomir son opinion le plus rapidement possible, sans contrôle, sans retenue, en croyant que cette opinion... vaut... l'opinion de tout un chacun.
    Monsieur Tout le Monde a-t-il tort de considérer qu'il "a le droit" d'exprimer son opinion dans une société qui, du matin au soir, lui fait croire que son opinion... vaut celle de tous les autres ? (Mais... est-ce vrai ? Ça, c'est une autre question.)
    Et comment pourrait-il se contenir dans une société qui l'encourage à longueur de journée, de se conduire sans engagement, dans l'illimité ?
    Il est dit quelque part qu'on récolte ce qu'on sème.
    C'est juste, je crois, d'après mon expérience.
    Tout ceci peut vous paraître bien réactionnaire... mais la réforme de l'orthographe a lieu dans un contexte de modernisme, où certains s'insurgent contre ce qu'ils perçoivent comme étant de l'"élitisme".
    Le grand problème, c'est que la nouvelle langue véhiculaire, l'anglais, est truffée de mots qui sont faits d'étymons venant du Latin et du Grec POUR DES RAISONS HISTORIQUES.
    Ceux qui connaissent leurs étymons ont... des armes pour comprendre dans le monde qui est le nôtre. Et ceux qui ne les connaissent pas... et bien, ils sont moins bien armés.
    Il est faux d'affirmer.. pour des raisons idéologiques que le Latin et le Grec sont des langues "mortes". En fait.. ils n'ont jamais été aussi vivants. Aux U.S., comme en France et dans tous les pays où le Latin et le Grec, de l'Eglise ou pas de l'Eglise, d'ailleurs, ont fourni notre lexique.
    Priver nos enfants de l'HISTOIRE de leur langue est criminel, à mes yeux, quel que soit les.. bonnes intentions bien veillantes qui sont derrière.
    Merci de m'avoir lu.

  • Pol Info

    "CQFD. J’ai peu d’excuses pour l’ignorance quand elle est le fait des savants."
    j'ai peu d'excuse pour l'ignorance des racines et le nivellement par le bas quand ils sont le fait de ceux qui sont chargés d'éduquer et amener vers l'excellence... Il est toujours facile de simplifier, mais cela entraîne généralement un oubli des origines et donc des raisons.
    Pour ce qui est des références à des dates anciennes de modification par l'Académie, rappelons d'abord le contexte d'une France où le parler régional avait toute sa place et l'écriture une variabilité importante même dans les documents officiels. "j'ai peu d'excuse pour le détournement des faits historiques"

  • Hekaw

    Je pense qu'il ne faut pas prendre les phrases humoristiques au sérieux tel que le " jeûne ou jeune" ceci n'est que du quatrième degrés , mais nous apprenons le francais depuis notre plus jeune âge, une langue qui n'est pas dans sa simplicité , nous pouvons dire que c'est une langue que nous arrivons à maîtriser tant bien que mal, mais à chaque fois qu'un ministre ou autre vient nous dire, que non ce n'est pas ainsi que nous devons procéder , pour faciliter l'écriture à qui? Et je pense aussi qu'à l'heure où nous discutons orthographe , les vrais sujets sur la France se glissent sous la couette, pour apaiser les tentions et les peurs du citoyen, pensez vous que le peuple est dupe de cette escarmouche?non du tout, mais lorsque que la soupape sera déclenchée il sera trop tard pour s'intéresser aux vrais problèmes et l'orthographe n'aura plus sa place

    • marboeuf

      Si ces phrases sont humoristiques, ce dont je doute, elles participent néanmoins à la grande confusion et à la désinformation ambiante.

  • Rolland

    "J’ai peu d’excuses pour l’ignorance quand elle est le fait des savants."
    j'ai peu d'excuse pour l'ignorance des racines et le nivellement par le bas quand ils sont le fait de ceux qui sont chargés d'éduquer et amener vers l'excellence... Il est toujours facile de simplifier, mais cela entraîne généralement un oubli des origines et donc des raisons. Pour ce qui est des références à des dates anciennes de modification par l'Académie, rappelons d'abord le contexte d'une France où le parler régional avait toute sa place et l'écriture une variabilité importante même dans les documents officiels. "j'ai peu d'excuse pour le détournement des faits historiques". Alors, gardez votre réforme bien au chaud et laissez notre belle langue avec ses difficultés et ses beautés. Ce n'est pas en la simplifiant donc en la rabaissant que vous ferez disparaître les fainéants de l'orthographe.

    • nefertiti83

      La langue Française a toujours évolué, vous pensez que l'on parle comme à l'époque de Molière ?

  • L’HUMANITÉ

    L'accent circonflexe n'est qu'une autre réforme qui l'a imposé.
    Donc l'enlever soit par principe de simplification puisqu'il ne signifie rien dans la majorité des cas, soit revenir à l'ancienne méthode sont tous les deux tout à fait envisageable.

    Arrêtons de faire de la polémique inutile est rendons notre langue simple est compréhensible.

    Pour s'obstiner à conserver des lettres qui ne se prononcent pas.
    des accents qui sont contraire à la phonétique
    et une orthographe qui a elle même était mis par d'autre réforme avant elle.

    Les pays européen se sont tous mis à la réforme de leur orthographe, la France le peu aussi et elle le fera quoi qu'en disent les conservateurs qui veulent rendre la langue française morte.
    tragédie s'ils pensent ainsi, une langue doit bouger et évoluer pour vivre.
    tout est mouvement.

    • Richard Loulou

      Ce qui me chagrine, ce sont certains commentaires affichés sur le site et... truffés de fautes d'orthographe (exemple: celui de "L'HUMANITÉ") !!

      • L’HUMANITÉ

        tu préfères les hiéroglyphe comme avant, ou l'écriture cunéiforme ?
        peut être l'ancien français sous les mérovingien.

        Un études anglaise de 2013, a démontré que même les mots écrit n'importe comment était parfaitement compréhensible, car le cerveau à cette grande faculté à remettre le puzzle dans l'ordre.
        Si tu n'y arrive plus, dépose plainte auprès de ton cerveau.

        • Pol Info

          eh oui c'est vrai que pour vos c'est toujours la faute des autres....

          • https://chriseus.wordpress.com/ Rapaporte

            Stop ! Don't move.
            I don't understand ... you must learn for know ;

            "The users of the language must know and understand the language to make it work."

      • Sabine Boury

        Tout le monde n'est pas obligé d'avoir une orthographe parfaite pour avoir le droit de s'exprimer. Je suis professeur de français et ai apprécié le commentaire de l'humanité.

  • marboeuf

    Vous devez parler du nénufar : c'est le seul exemple de changement du ph en f ! Une bonne raison à cela, la racine arabe du terme (ninufar), qui s'est écrit pendant des années nénufar, jusqu'à ce que l'Académie française, en 1935, décide de lui mettre un ph, arguant d'une racine grecque comme pour nymphéa. Le rétablissement du f est donc à la fois historique et étymologique.

  • marboeuf

    Sacré Abricot99 ! Je ne dis nulle part que les opposants à cette réforme sont des idiots, une fois de plus vous arrangez les choses à votre manière. J'ai seulement dit (relisez...) que bien des gens ont exprimé une opinion sans s'être renseignés avant, ce qui leur a fait dire des bêtises. Comme vous avec nénufar : la nouvelle orthographe proposée (et non imposée) avec le f n'est nullement due aux élèves. Nénufar vient de l'arabe ninufar et s'est écrit pendant des années avec un f, jusqu'à ce que l'Académie française, en 1935, décide de lui mettre un ph, arguant d'une racine grecque comme pour nymphéa. Le rétablissement du f est donc à la fois historique et étymologique. Quant au niveau d'exigence, croyez-moi que dans ma classe, où l'on pratique la nouvelle orthographe (discussions passionnantes avec mes élèves, heureusement bien plus ouverts à la réflexion que certains), le niveau d'exigence n'a jamais été aussi élevé ! Enfin votre référence à Camus (le théoricien raciste, pas le vrai écrivain), ma foi, se suffit à elle-même... http://www.marianne.net/arrivee-renaud-camus-esprit-du-grand-remplacement-souffle-fn-100238203.html

    • Elaouin Sdrétu

      Nous-y voilà : quand on sèche, on traite ses contradicteurs de racistes ! tellement commode !

      • marboeuf

        Ce n'est pas mon contradicteur que je "traite" de raciste, c'est Renaud Camus. Lisez mieux (et lisez le lien que je mets...).

        • Elaouin Sdrétu

          Allez, je vous laisse entre vous. Rendez-vous dans dix ans, quand vos idéaux auront -hélas- triomphé.
          On va pas rigoler.

  • marboeuf

    La plupart des traitements de texte ont déjà intégré les alternatives... Essayez !

  • marboeuf

    Voilà qui est argumenté !

  • MonPrecieux

    "J'ai souvent noté que les blogs de FTV penchent sérieusement à bâbord"

    Ben tiens. Politique politicienne le retour. Allez donc expliquer ça à l'académie française, dont les penchants gauchistes sont bien connus, qui approuva cette réforme en 1990 quoiqu'elle s'en défende aujourd'hui dans un accès d'amnésie explicable par le grand âge.

    "Les opposants à cette réforme sont des idiots, voilà tout"

    Ah ben voilà qui est argumenté ! Et tellement bien envoyé ! Sinon qu'avez-vous à dire sur les arguments développés dans l'article (et non ceux figurant dans vos propres fantasmes) ?

  • Elaouin Sdrétu

    En vérité, Mon Précieux, je n'ai rien à contredire dans l'article de Lucien Marboeuf. Il est hélas vrai que la majorité des opposants à la réforme acceptée il y a lurette (belle ou moche) par l'Académie pêche le plus souvent par l'ignorance des règles de la langue qu'elle prétend défendre et illustrer. Ce qui m'a contrarié dans l'article c'est le ton pontifiant et l'absence d'humour. Je gage un louis contre un baiser que les internautes qui ont plaisanté sur le "jeune" et le "jeûne" l'ont fait en connaissance de cause. Si tel n'était pas le cas, il y aurait alors matière à désespérer ! Ce qui est réjouissant en revanche, c'est l'intérêt très vif que suscite, à bon ou mauvais escient, la langue française.

    • MonPrecieux

      Il aurait fallu de l'humour ? Il y en a eu ailleurs. Mais à un moment, face à l'hystérie que déclenche toute modification relative à l'école , un peu de mauvaise humeur et de riposte est parfois bienvenue.

      Souvenez-vous donc de cette folle qui, sur fond de prétendue théorie du genre, insinuait qu'on allait apprendre aux élèves à se masturber,

      ou encore de ce déluge de commentaires racistes lorsqu'il a été question de chanter une partie de "Imagine" (John Lennon) en Arabe (à noter d'ailleurs que la plupart des commentateurs haineux n'avait pas compris que Imagine n'était pas une chanson française à la base).

      Pour ma part je pense que oui, il y a de quoi désespérer et s'énerver face à ce genre de bêtise. Que cela prenne la forme d'un ton hautain c'est très bien, bien mieux en tout cas que ce qu'on trouve en face.

  • Debra

    Par esprit de contradiction, j'ai recommencé à employer le passé simple, en écrit, et en langue orale. Puisqu'on me prend déjà pour une horrible élitiste/snob, alors pourquoi pas ne pas jouer le jeu à fond ?
    Pour information... la plupart des élèves français ont un mal fou à apprendre le passé composé anglais qui existe en opposition avec un vrai passé simple en anglais.. moderne, parce que nous avons... simplifié ? le français pour éliminer l'opposition temporelle passé simple/passé composé.
    Le français a bien besoin qu'on ... complique et complexifie les repères temporels, sans quoi on risque de sombrer dans l'ignorance et la bêtise collectives à l'allure où nous allons.
    La Fontaine a du dire après Aesope que "le mieux était l'ennemi du bien". Plus simple n'est pas une valeur absolue...

    • https://www.youtube.com/user/Merlin1940/about Michel Merlin

      "Debra" 17 fev 12:57 « Plus simple n'est pas une valeur absolue »
      Plus compliqué encore moins
      Versailles, Sun 21 Feb 2016 15:56:25 +0100

  • lopezdegwada

    En tant qu'enseignant en CM2, j'applique cette mini réforme depuis 1990.
    Cette réforme est bonne car elle gomme un certain nombre d'inutilités.
    Elle ne simplifie pas l'orthographe, elle l'a rend plus cohérente.
    Pourquoi l'orthographe ne serait-elle pas cohérente ?
    (événement-évènement, oignon-ognon, l'utilisation des traits d'union pour l'écriture des nombres ...). Je ne comprends pas cet attachement à ces orthographes injustifiées.
    Quant à l'Académie française, voici encore une institution composée de grands privilégiés qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez.
    Pourquoi bénéficient-ils d'autant de privilèges pour ... Pour quoi d'ailleurs ?
    A quoi servent-ils ?
    Ils ne sont pas plus utiles que certains accents circonflexes !

  • marboeuf

    On en parle cette année, mais comme vous l'aurez lu dans les commentaires, nous sommes nombreux à déjà travailler avec, et les précédents programmes, ceux de 2008, lui font une belle place.

  • Elaouin Sdrétu

    L'insurrection réactionnaire ? Quel cauchemar !

    • Sabine Boury

      =) Je suis le plus souvent réac, mais justement pas cette fois. Alors j'en profite... mais sans hargne aucune ! =)

  • alboran

    d'accord ,je caricaturais un peu ... mais la ponctuation , absente des sms , pourquoi la jeune classe ne penserait -elle pas à la faire supprimer ? Je viens de lire sous une plume "autorisée" que la facilité entraine le désordre ,et pas l'inverse . Bien sûr ,il faut travailler ...

    • Sabine Boury

      J'espère ne jamais connaître une telle époque car je ne comprendrais plus ce qu'on me donne a lire. A mon avis nous n'avons rien à craindre. Cele dit, l'emplacement du point sur les claviers français (et de la virgule sur les smartphones) ont de quoi me décourager...

  • Debra

    Il m'est venu une autre pensée ce matin sur ce sujet.
    Les claviers d'ordinatueurs anglophones n'ont pas de touches pour les accents français. On peut imaginer (mais je n'en suis pas sûre...) qu'un anglophone recevant un texte français n'aura pas forcément les accents sur ce texte, et de toute façon, il n'aura pas la possibilité d'écrire en français sur son clavier à lui.
    Dans un contexte de globalisation/babelisation croissante, les petites marques discrètes du français gênent.
    C'est impressionnant, mais toutes ces petites marques, les accords, en français obligent à une RELECTURE soigneuse afin d'éviter des fautes. Cela, qu'on soit français ou étranger pratiquant le français.
    Et le temps passé à la relecture peut aussi être du temps passé à la REflexion.
    Vraisemblablement, c'est en partie pour ces raisons que le français a été une langue diplomatique et philosophique (je ne dirai pas que le français est une grande langue littéraire, moi, mais ça peut se discuter).
    Eliminer ces petites marques pour faire plus "simple/clair", etc n'est pas sans effets néfastes.
    A cet effet, il est intéressant d'aller voir les fables d'Aesope et les comparer à celles de La Fontaine pour juger du bonheur d'une langue simple, brute et efficace comparée à celle de La Fontaine.
    Personnellement, je préfère le style de La Fontaine.

    • Sabine Boury

      Moi aussi, mais ne vous inquiétez pas, la langue reste belle et complexe ! Lisez bientôt des textes "modifiés " et vous n'y verrez preque que du feu.

    • Pol Info

      Pas de souci pour les claviers, il y a aussi une réflexion mise en route pour modifier les claviers français, histoire de simplifier leur utilisation...

  • Sabine Boury

    Être antiraciste est toujours une très bonne chose.

  • Sabine Boury

    C'est vrai ! Mais c'est un autre problème.

  • Sabine Boury

    Je n'aipas vu ses fautes, mais là n'est pas le problème.