Sauver les séquoias face au réchauffement climatique

Nous vous emmenons cette semaine visiter les séquoias, ces arbres géants et millénaires en Californie, victimes du réchauffement climatique.

Ces milliers de séquoias géants, nichés en altitude dans la Sierra Nevada, sont uniques au monde, reconnaissables à leur écorce rouge, à leur taille gigantesque. Contempler ces arbres millénaires donne un sentiment d'éternité. Et pourtant, un danger les menace.

La sécheresse tue petit à petit ces géants de Californie

L'an dernier, une quinzaine de séquoias sont morts de soif. De mémoire de scientifique, c'est bien la première fois que cela arrive. Jusqu'à maintenant, ces arbres avaient résisté à toutes les catastrophes naturelles... y compris aux incendies. Depuis trois ans, des biologistes grimpent jusqu'au sommet des séquoias pour mieux comprendre de quoi ils souffrent.

Un séquoia a besoin de 2 à 3 000 litres d'eau par jour quand il fait chaud, une consommation d'eau qui dépasse celle de n'importe quel autre arbre. Mais avec un hauteur équivalente à un immeuble de trente étages, faire remonter l'eau venue des racines s'avère difficile. C'est de là qu'on détecte les premiers signes de sécheresse.

Cloner pour sauver les séquoias

Pour les sauver face à la menace du réchauffement climatique, certains scientifiques imaginent déjà des solutions radicales. Comme dans ce laboratoire où des copies génétiques de séquoias sont réalisées à partir d'un des plus vieux et plus grands séquoias au monde.

Les jeunes pousses séquoias copiées génétiquement grandissent ensuite à l'abri d'une serre durant cinq années, avant d'être replantées dans le monde entier. Objectif : les sauver de la sécheresse mais aussi "reforester" pour mieux lutter contre le réchauffement climatique.

Le plus grand arbre vivant au monde est à la fois source d'espoir et d'inquiétude. Mais ce monument végétal, victime du changement climatique, pourrait aussi être un des sauveurs de la planète.

Reportage par Valérie Astruc, Laurent Desbois, Andreane Williams et Arielle Monange.

 

 

A lire aussi