Lundi retour à l'usine sous haute surveillance

"Nous vous attendons lundi pour la reprise de la production", les 3 000 salariés d'Aulnay ont trouvé ce matin dans leurs boîtes aux lettres un courrier signé du directeur du site, Laurent Vergely. "Nous sommes prêts à vous accueillir et à vous offrir les conditions de sécurité et de travail que vous êtes en en droit d'attendre, ainsi le site et tous les ateliers seront protégés. Nul ne peut empêcher un salarié qui souhaite travailler de le faire et encore moins sous la menace verbale et physique" écrit-il. Avant d' ajouter qu'à partir de lundi "le site et tous les ateliers seront protégés".

Grève sous surveillance

En effet, deux sociétés de vigiles ont été appelées à Aulnay pour surveiller le site de PSA. Plusieurs dizaines d'agents de maîtrise et de cadres seront lundi dépêchés à l'usine, venus d'autres sites de Peugeot pour prêter main forte aux cadres d'Aulnay. "Un encadrement renforcé sera mis en place dès lundi matin" a confirmé M. Vergely dans une déclaration écrite transmise à l'AFP.

Réaction de Jean Pierre Mercier, le délégué CGT d'Aulnay : "On est face à une direction en difficulté qui ne sait pas comment empêcher la grève et met tout en oeuvre pour créer un climat de tension pour faire pression sur les ouvriers et les empêcher de se déclarer librement en grève". Ce matin, gare du Nord, une centaine de grévistes d'Aulnay ont distribué des tracts aux voyageurs, histoire de sensibiliser  le grand public à leur mouvement.

"Je ne suis plus gréviste"

Cet après-midi, devant les grilles fermées de l'usine, gardées par des vigiles, nous avions rendez-vous avec Tanja Sussest. Quelques minutes avant que la direction annonce que l'usine ouvrirait à nouveau ses portes lundi. La déléguée du SIA (syndicat indépendant de l'automobile), qui a été plutôt discrète depuis le début du mouvement, nous explique : "J'ai été pour la grève, au début, mais il y a eu trop de débordements, moi je ne serai pas en grève lundi ". Avant d'ajouter visiblement émue : "C'est notre usine, la mienne comme celle des autres, j'appelle la direction à rouvrir les portes lundi et j'appelle tous les salariés à revenir dans l'usine".

Lundi, les grilles de l'usine seront ouvertes et  le SIA demande donc aux salariés de reprendre le travail.

 

 

Mardi, le 29 février, à 8h30, syndicats et directions doivent se retrouver autour de la même table pour une nouvelle séance de négociations.

 

 

A lire aussi