"Rien de concret" pour les ouvriers d'Aulnay reçus au ministère du Travail

Ils sont venus plaider leur cause. Douze salariés de PSA se sont rendus au ministère du Travail, mardi 27 novembre au matin. Une délégation un peu originale puisqu'elle était composée de cinq délégués syndicaux (CGT, SIA, CFTC, FO et CGC) et de sept représentants des ouvriers élus lundi, en assemblée générale. Dans le lot, il y a ceux qui sont aguerris, rompus à l'exercice de la négociation, et d'autres comme Rachid, Fernand, Radia ou Ahmed qui débutent, ou presque. Nous avons suivi leur expédition.

Le gros de la troupe s'est donné rendez-vous devant la porte de l'usine avant de rejoindre le RER B direction Paris, puis le square Max Hymans par la ligne 6, où se trouve un des immeubles du ministère du Travail. Jean-Pierre Mercier, le délégué CGT d'Aulnay, a tenu à les accompagner jusqu'à la porte d'entrée.

Mais là, surprise ! En guise de comité d'accueil, ce sont les gendarmes mobiles qui attendent notre délégation. Il faut dire qu'il y a cinq jours, une centaine de salariés de PSA-Aulnay ont investi le Congrès des maires de France et réussi à prendre la parole sur la scène où intervenait la ministre de la Fonction publique, Marylise Lebranchu. Ceci expliquant peut-être cela. S'ensuit un dialogue étonnant entre délégués syndicaux et représentants des forces de l'ordre.

 

 

Deux petites heures plus tard, la délégation des ouvriers d'Aulnay sort de son entretien avec un membre du cabinet de Michel Sapin. Ils étaient venus chercher le soutien du gouvernement dans les négociations en cours. En particulier, sur la mise en place d'un plan de préretraite pour les plus de 55 ans, qui sont plus de 500 à l'usine d'Aulnay. A la sortie, un sentiment est partagé par presque tous les ouvriers : "Ils nous ont écouté, mais rien de concret, ils n'ont pris aucun engagement. Ils nous ont renvoyé aux négociations entre syndicats et direction de PSA." 

Avant de reprendre le RER pour rejoindre Aulnay, chacun tente, à sa façon, d'interpréter le message transmis par le représentant de l'Etat : "Attendre de voir ce que PSA propose aux seniors et aux autres."

 

 

 

A lire aussi