Comment la poitrine de Lara Croft est devenue si volumineuse et autres anecdotes sur les jeux vidéo

Pas besoin d'être un hardcore gamer pour connaître Lara Croft, l’héroïne à très forte poitrine du jeu vidéo Tomb Raider. Mais saviez-vous que cette "malformation" était le résultat d’une erreur de manipulation ? C’est une des histoires racontées dans l’ouvrage 100 jeux vidéo, 1000 anecdotes (éditions Pix'n Love). Son auteur, Arnaud Bonnet, y compile méthodiquement les petits secrets sur ses jeux préférés. Pop Up’ vous révèle les plus étonnants.

L’héroïne de "Tomb Raider" aurait dû s’appeler Lara Cruz

La plantureuse Lara Croft a failli ne jamais exister. Son créateur, Toby Gard, avait plutôt en tête un personnage masculin façon Indiana Jones. Finalement baptisée Laura Cruz puis Lara Cruz, elle ne doit son patronyme qu’à la volonté de l’éditeur Eidos, qui souhaitait un nom plus britannique. C’est dans le bottin local que les développeurs ont finalement jeté leur dévolu sur une certaine Lara Croft.

Plus insolite, c’est en voulant augmenter sa poitrine de 50% que Toby Gard a tapé par erreur 150%. Le résultat était très exagéré mais il fut approuvé par le reste de l’équipe. Voilà comment cet Indiana Jones au féminin s’est retrouvé avec un bonnet F ! Dans le dernier opus de la saga sorti en 2013, Lara a toutefois retrouvé une apparence plus réaliste. Le prochain épisode avec une héroïne plus vraie que nature sortira le 10 novembre sur Xbox One.

 

Les Space Invaders ne sont pas des vaisseaux

Tout le monde connaît les petits envahisseurs en pixels, désormais transformés en œuvres d’art urbaines sur les murs du monde entier par le street-artist Invader. Mais ce que l’on sait moins, c’est que leurs formes s’inspirent des monstres du roman de science-fiction d’H.G. Wells, La Guerre des Mondes. Loin d’être des vaisseaux, les Space Invaders sont en fait des créatures en forme de crabe, calamar et autres. Encore plus effrayant...

"Assassin’s Creed" plus vrai que nature

La franchise d’Ubisoft met en scène un assassin qui se déplace de toits en toits dans des villes reconstituées à la perfection par les développeurs. Un décor tellement réaliste qu’en 2013, une chaîne de télévision danoise a illustré la situation en Syrie par une capture d’écran de la ville de Damas issue d’Assassin’s Creed.

danish-tv copie

"Pac-Man" rebaptisé pour ne pas devenir "Fuck-Man"

C’est en voyant une pizza à laquelle il manquait une part que Tôru Iwatani eut l’idée d'un jeu avec une petite boule jaune qu'il a baptisé Puck-Man. Mais l’éditeur a eu peur que les joueurs grattent le “P” pour le transformer en “F” sur les bornes d’arcade. Le jeu fut donc renommé Pac-Man aux Etats-Unis avant d’être adopté dans le monde entier.

"Super Mario Kart" sans Mario ?

Ce jeu de course ne devait pas se dérouler dans l’univers de Mario. Mais dans un prototype, un développeur (innocent ?) a équipé d’une salopette un des conducteurs. Bingo ! Quatre mois plus tard, Nintendo décide d’utiliser les personnages de la licence Mario pour son nouveau jeu. Et pas la peine de se battre pour jouer avec le plombier. Ce sont Bowser et Donkey Kong Junior qui possèdent les karts les plus rapides. La preuve ? C’est avec eux que sont réalisés tous les records du monde en time trial.

"Silent Hill" plagie une comédie

Ça peut paraître étrange mais certains décors de Silent Hill sont directement inspirés de la comédie avec Arnold Schwarzenegger, Un flic à la maternelle. On retrouve dans le jeu les mêmes affiches qui apparaissent dans le film, la même façade pour l’école ou encore le même bus scolaire.

silent

Des armes en plastique dans "Doom"

Pour modéliser les armes présentes dans ce jeu, les développeurs sont allés les acheter… chez Toys “R” Us. Seule la tronçonneuse était un véritable modèle qui appartenait à la petite amie de Tom Hall, un des co-fondateurs du studio. Une astuce qui n'a pas empêché Doom de devenir le jeu FPS (à la première personne) de référence.

"Sonic the Hedgehog" rendait les joueurs malades

Sonic vous semble rapide ? Vous avez échappé au pire. Les premiers tests du jeu dans lequel le joueur incarne un hérisson bleu (qui a failli être un lapin) étaient si rapides que les utilisateurs devenaient malades en y jouant. La vitesse a donc été ajustée...

"Journey", le jeu qui fait pleurer les développeurs

Après trois années passées à jouer à World of Warcraft, Jenova Chen, le co-fondateur de Thatgamecompany, a réalisé une chose essentielle. Ce MMORPG (jeu de rôle en ligne massivement multijoueur) n’induisait aucune connexion émotionnelle entre les joueurs. D’où son idée de créer un jeu en ligne sans ennemi mais avec une vraie intensité entre les joueurs. Pari réussi pour ce jeu de nombreuses fois récompensé qui a même fait pleurer quelques joueurs lors des tests de la version finale.

Si vous n'avez pas eu l'occasion de jouer à Journey, le jeu sera disponible sur PS4 le 21 juillet.

"Resident Evil" a failli être sans zombie 

Pour la première fois, on pouvait lire sur la jaquette japonaise les mots "survival-horror". Ce terme est désormais employé pour désigner un genre de jeu où le joueur cherche à survivre dans un environnement hostile, inspiré des films d’horreur. Pourtant, initialement, les ennemis imaginés par Shinji Mikami devaient être des fantômes. Mais influencé par les films de George A. Romero, Mikami les a remplacés par des zombies. Un choix judicieux car se déplaçant très lentement, les zombies participaient à faire monter la pression auprès des joueurs.

 

100 jeux vidéo, 1000 anecdotes aux éditions Pix’n Love, 208 pages, 21,90 euros

 

A lire aussi