Printemps 2013: de neige et d'eau fraîche !

Mais que leur est-il arrivé, à nos poètes français, d'avoir eu l'idée, un beau jour, de chanter le mois de mai ? Que l'on me dise où est passé le "joli joli mois de mai" de l'ami Bourvil ? Où donc ont filé les jours de fête du regretté "joli mai" d'Yves Montand ? Comment Henri Dès peut-il siffler: "J'suis content, c'est le printemps" ? Sans parler d'Hugues Aufray qui s'extasie "dès que le printemps revient". Bon sang, mais jusqu'à quand attendrons-nous le "bonjour du printemps" comme nous le fredonnait en 76 Michel Fugain ? Quant à Jean Ferrat qui rêvait d'un "printemps ininterrompu", la belle utopie !! Bref, cette année, "y'a pas de printemps" et tout le monde piaffe d'impatience...

J'ai préparé ci-dessous une carte qui explique assez simplement la situation actuelle. De l'air froid est descendu du pôle et de l'air très chaud est remonté à l'est de la dépression; en Russie occidentale, en Finlande, et même jusqu'en Scandinavie.

 

 

En effet, si chez nous le printemps a été pourri, le mois de mai a été très sec et chaud entre la Norvège et l'ouest de la Russie. À Arkhangelsk, à plus de 1000 km au nord de Moscou, près de la mer de Barents, les températures sont plus de 10° au-dessus des normales et on attend pour samedi et dimanche pas moins de 28° l'après midi !

Un printemps qui détonne...

Deux images illustrent bien, à mon sens, la tonalité générale de ce mois de mai 2013 en France: un contraste parfois saisissant entre le réveil - certes tardif - de la végétation en plaine et les neiges (éternelles ?) qui continuent de recouvrir abondamment - pour la saison ! - nos massifs.

Ci-dessous, une photo prise près de Salers dans le Cantal, au nord d'Aurillac, à 1000 m d'altitude. Au premier plan un arbre fruitier déjà en fleur, et au second plan, les monts du Cantal enneigés... dès 1100 m !

Autre lieu, ci-dessous, la capitale des Pyrénées-Atlantiques. Le 26 mai dernier, les Palois ont profité d'une journée enfin ensoleillée après deux semaines sans presque avoir vu le soleil. Comme nous le voyons sur la photo, l'hiver est encore très présent en montagne puisque l'on signale de la neige dès 1500 m, et même plus de trois mètres au-dessus de 2400 m !

 Entre les murs... au col du Petit-Saint-Bernard

Un mur de neige séparait encore en cette toute fin mai la vallée de l'Isère et la vallée d'Aoste. La preuve: on mesure encore huit à dix mètres de neige au col du Petit-Saint-Bernard. Insolite !!

 

 

Pour le moment, le travail est au déneigement...

Histoire de records...

On l'a dit, et répété, cet hiver 2012-2013 restera comme l'un des plus enneigés de ces 30 dernières années en montagne, en particulier sur les Pyrénées.

En France, le record de cumul de neige sur une saison hivernale aurait été enregistré au col du Grand-Saint-Bernard avec 24 m !... Cependant, la moyenne de neige cumulée de ces dix dernières années pour ce col est de 15,50 m.

En fait, pour trouver le record absolu du cumul de neige sur une seule saison, il faut aller aux États-Unis.

C'est en en effet au mont Rainier (photo ci-dessus), dans l'État de Washington, que l'on a mesuré, entre février 1971 et février 1972, la plus importante accumulation neigeuse: 31,10 m !!! (l'équivalent d'un immeuble de 11 étages...).

Un record qui n'est probablement pas près d'être battu. À moins que...

Sources photographies et vidéo: Ledauphiné.com; Infoclimat.fr; cg73.fr; Hamweather.com

A lire aussi