Quand Phoenix, en Arizona, (re)découvre la neige...

 

 

Une nouvelle dépression, appelée "Q", touche en ce moment le centre des Etats-Unis.

Que l'on se comprenne bien: un phénomène météorologique, quel qu'il soit, n'est pas tant la conséquence d'une "vague" de chaleur ou de froid, mais plutôt la combinaison de ces deux extrêmes. C'est donc le conflit, assez brutal, entre ces deux masses d'air qui engendre, en ce moment, un temps très agité entre le Colorado, le Nebraska, le Kansas, l'Oklahoma et la plaine du Mississippi.

Les Etats-Unis ont toujours été un terrain d'observation météorologique idéal pour les passionnés. Les phénomènes, comme le blizzard, les tempêtes de neige, les tornades sont souvent violents, soudains, et s'étendent sur plusieurs états américains à la fois. Il n'y a vraiment qu'aux Etats-Unis où l'on peut observer ces vastes dépressions qui peuvent s'étendre parfois sur plusieurs centaines de kilomètres. En Europe, les phénomènes cités ci-dessus sont plus rares (mais pas inexistant non plus!). La géographie est un élément à prendre en compte dans la caractérisation d'un climat local, régional ou national, mais il ne suffit pas.

Or, les Etats-unis se trouvent justement au carrefour entre, d'une part, l'air froid et sec canadien qui descend fréquemment l'hiver - et le reste de l'année d'ailleurs - vers le sud, c'est à dire vers les grandes plaines centrales, et d'autre part de l'air chaud et très humide qui remonte du golfe du Mexique.

Cette fois-ci, la dépression "Q" s'est creusée légèrement plus à l'ouest que d'habitude, et c'est pourquoi on a observé de la neige jusqu'en Arizona, notamment à Phoenix, plus connue pour ses chaleurs dantesques l'été que les flocons ! Rappelons que Phoenix est l'une des grandes villes les plus chaudes au monde avec des températures estivales comprises entre 40 et 45° ! Les gelées sont quasi-inexistantes; seulement une entre 1999 et 2007... On comprend donc que la neige fasse ce jeudi la UNE du journal local "The Arizona Republic", une journée finalement presque "historique" pour la ville:

 

 

La plus forte accumulation de neige à Phoenix a été enregistrée le 20 janvier 1933 ainsi que le 21 et le 22 janvier 1937 et n'a pas dépassé les... 3cm ! La dernière chute significative datait du 6 décembre 1998. Et encore, quand il neige, il ne s'agit très souvent que de quelques traces puisque les températures peinent à descendre sous la barre du 0°...

En revanche, en montagne, dans le nord de l'Arizona, il est tombé jusqu'à 60cm de poudreuse, comme l'atteste cette vidéo. L'or blanc a aussi recouvert les "Superstition Mountains", à l'est de Phoenix. Images insolites !

Publié par matthieuwa / Catégories : Actu, neige

A lire aussi