Le Louvre et les légumes

 

Peu avant les vacances une collègue de CM2 est allée avec sa classe visiter l’Assemblée Nationale. C’est toujours une sortie intéressante, évidemment féconde sur le plan de l’éducation civique et de l’histoire de France.

Ce que l’on oublie c’est la forte impression que peuvent également laisser sur des enfants peu habitués aux ors de la République l’imposante architecture («maîtresse, j’ai vu les mêmes trucs en Grèce ! »), la prestance de la statuaire (« regarde, c’est le directeur ! »), les boiseries et les moulures, les draperies et les dorures, les marbres et les parquets enfin, sur lesquels il est si amusant d’organiser des concours de glissades.

Au milieu du rang, parmi ses camarades diversement concernés, un élève est littéralement envoûté par toutes ces merveilles. Kevin est un élève en grande difficulté, naïf et très gentil, pris en charge dans la classe et hors de la classe afin de suivre moins difficilement les cours. Volontaire et travailleur malgré ses lacunes, il est de ces élèves qu’on a facilement envie d’aider.

Pour l’heure il ne sait plus où donner de la tête, où poser ses yeux brillants. Il confie tout à coup à sa maîtresse :

« J’adore visiter des trucs comme ça. Je voudrais bien y aller au Louvre aussi, mais mon père il dit que y a que des conneries là-dedans ».

fg

… Je ne sais pas pourquoi mais cette scène m’a immédiatement rappelé un souvenir de vacances cet été. J’étais au supermarché au rayon fruits et légumes, en train de choisir des melons, quand un enfant de 6 / 7 ans déboule et s’arrête net. Il observe quelques secondes puis se retourne et crie :

« Papa papa, c’est quoi ça ? ».

Du rayon charcuterie mitoyen (j’assure que cette anecdote est véridique) apparaît alors son père. Sorte de colosse viking, 130 kg au bas mot, des tatouages tout le long de bras comme mes cuisses, un cou de taureau portant une tête chauve bordée de rouflaquettes rases. Il rigole quand il répond à son fils d’une voix de stentor.

« Laisse tomber c’est des légumes, on mange pas de ça ! On mange que de la barbaque, nous ! ».

Dans le dernier regard du gamin vers les légumes je jurerais avoir aperçu une pointe de curiosité déçue.

df

Soyons clair : j’adore la viande et je déteste les catégories, et n'ai pas d'a priori sur les liens entre Louvre et brocoli.

C’est juste que, parfois, l’instit en moi se dit qu’il va bien galérer sur la prochaine leçon d’histoire des arts, ou pour la prochaine séance de sciences sur l’alimentation.

df

Bientôt, dans la série « marchons sur des œufs avec les familles des élèves », un double numéro spécial programme d’histoire :

Chapitre 1 : christianisme et christianisation au temps des romains (CE2).

Chapitre 2 : la naissance de l’Islam (CM1).

A lire aussi

  • Aucun article