Inglourious basterd

Si l'identification, la traque et l'interpellation de Farid de la Morlette, le "lanceur de chat", ont recueilli des échos globalement positifs des internautes, qui n'ont pas manqué de rappeler que les réseaux sociaux y avaient largement contribué, la peine prononcée par le tribunal correctionnel à l'issue de la procédure de comparution immédiate dont il a fait l'objet a suscité des réactions contrastées.

Sur son compte Facebook, la SPA Marseille Provence donne des nouvelles d'Oscar, un chat torturé qui a ému les internautes. 

Farid Ghilas, dit "Farid de la Morlette" sur Facebook, a comparu aujourd'hui devant le tribunal correctionnel de Marseille selon la procédure de comparution immédiate, afin de répondre des mauvais traitements infligés au chaton Oscar qu'il avait projeté en l'air, le plus fortement possible, et laissé durement retomber sur un sol en béton sous l'oeil complaisant d'une caméra manipulée par un ami.

A l'issue de cette audience, le tribunal a prononcé à l'encontre de M. Ghilas une peine d'emprisonnement d'un an, ainsi qu'une interdiction définitive de détenir un animal.

Si les amis des animaux ont applaudi à l'annonce de cette condamnation sévère, les réseaux sociaux, qui avaient pourtant contribué par la mobilisation de leurs membres à l'interpellation du jeune homme, ont vu émerger un courant plus mitigé. Nombreux sont ceux qui sur Twitter ont pu se demander publiquement si les auteurs de violences conjugales ou d'agressions brutales écopaient tous de peines aussi élevées. Si la valeur judiciaire d'une femme battue anonyme était inférieure à celle d'un médiatique chaton.

La peine prononcée à l'encontre de M. Ghilas est-elle rigoureuse ? On peut sans hésitation répondre par l'affirmative.

Le Code pénal réprime, en son article 521-1, le fait, publiquement ou non, d'exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, sanctionnant de tels agissements de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende.

En l'occurrence, les actes commis par M. Ghilas, soit le fameux "lancer de chaton", qui a causé à l'animal une fracture de la patte qui nécessitera une opération dans les jours à venir, le tout de façon ô combien publique puisque partagée et visionnée par des milliers d'utilisateurs du Web, entrent sans difficulté dans le champ de la répression déterminé par le Code pénal. La vidéo réalisée par l'ami anonyme a revêtu une valeur probante considérable quant au déroulement et à l'imputabilité des faits, mettant en outre en relief les motivations gratuites et sadiques de leur auteur.

Ces éléments factuels ont nécessairement été pris en compte par la juridiction correctionnelle, mais il est tout aussi évident que la personnalité du prévenu, et particulièrement son casier judiciaire manifestement fourni, a été déterminante lors de la fixation de la peine.

Le casier de M. Ghilas porte en effet mention de huit condamnations, comprenant apparemment au moins une peine d'emprisonnement qui, si elle a été prononcée dans les cinq années ayant précédé l'audience de ce jour, l'empêchait d'ores et déjà de bénéficier du sursis simple sur une peine de même nature. Un sursis avec mise à l'épreuve ne pouvait par ailleurs être envisagé qu'à la condition que M. Ghilas n'ait pas déjà bénéficié par deux fois d'une peine similaire, faute de quoi la condamnation d'aujourd'hui aurait nécessairement dû comporter une partie ferme.

Quoi qu'il en soit, le tribunal a fait le choix de condamner M. Ghilas à une peine d'emprisonnement sans sursis et de le maintenir en détention.

S'agit-il là d'une peine particulièrement sévère en répression de ce type de faits ? Oui, sans pour autant être inédite. J'ai, à titre professionnel, déjà vu prononcer des peines d'emprisonnement ferme ou assorti du sursis à l'encontre de tueurs de chiens ou de tortionnaires de chats poursuivis sur le fondement du même texte.

Cette condamnation est-elle pour autant surprenante au vu des éléments de personnalité de M. Ghilas évoqués dans la presse ? Non. Quelle que soit la nature des faits reprochés à un prévenu, mais plus encore lorsqu'il s'agit d'infractions à connotation violente, une neuvième comparution devant une juridiction pénale emporte fréquemment une condamnation rigoureuse - à une peine d'emprisonnement au moins en partie ferme, donc.

 

Related Posts:

  • Pierre

    Visiblement en France il est plus grave de jeter un chat que de battre sa femme! moins de 2% des hommes reconnus coupables de violences sur leur conjointe ont été condamnés à un an ferme ou plus.

    • Terribisio Sarmaroga

      ...ce qui ne veut pas dire qu'il faut alléger la peine de monsieur Ghilas, mais alourdir les autres !

    • ol2

      8 condamnations pour violence.
      A quand un enfant ? ou une femme ?

      Car quand on fait ça sur les animaux, c'est qu'on a aucune empathie, qu'on est un gros sadique.
      Et donc potentiellement possible de passer à l'acte sur des humains.

      • Margotte

        Tout a fait !!! A ce niveau de violence gratuite envers 1 chat, le rire sadique et euphorique bien visible, visiblement il était content de lui, il jubilait! Après tout, 1 chaton 1 enfant 1 personne agée, handicapée, tout être vulnérable en fait !!! peut être que dans quelques années il fera 1 fois de plus parler de lui... Affaire à suivre !!!

    • MarJac

      Ne soyez pas simpliste. Les jugements sur des actes ne sont pas prononcés par rapport à d'autres actes, mais en fonction du Code pénal. Aux juges, et ce n'est pas facile, de décider de la gravité de l'acte en fonction de certains critères dont, déjà, les antécédents de l'individu incriminé.

    • pat

      là n'est pas la question ! ce chaton ne pouvait pas se défendre alors que les femmes battues peuvent partir, il y a des centres pour elles. si je comprends bien il ne fallait pas réagir, le laisser faire ces atrocités ? il ne faut pas tout mélanger

  • Maurice Curie

    Ce papier est juste excellent.
    Il ne jette pas le discrédit sur une décision de justice, fût-elle sévère.
    Sévère ? Non, point. Ce mec a été ignominieux, il n'y a même pa

    • ol2

      Cette décision est juste, il a un sale antécédent.
      Il avait déjà eu de secondes chances (au pluriel), il n'a pas su les prendre, point.

      Je suis favorables qu'au delà d'un certain nombre de récidives (3-4) on considère que l'individu n'est pas ré-insérable et que lorsque ça porte préjudice aux autres (financier ou physique), on l'écarte sous simplement pour longtemps de la société car dangereux.
      Là, il était à sa 8e récidive ... bien trop.

  • Maurice Curie

    (un couac !)
    ... Il n'y a même pas de mots assez forts pour le qualifier. De grâce qu'on n'imagine pas (je parle là des internautes) que sa peine soit trop lourde : c'est celle des autres, peu condamnés dans des affaires de maltraitances et/ou violences à l'endroit de femmes ou d'enfants, qui est trop clémente. Point.
    (Et qu'on n'oublie pas qu'il en était à son énième acte délictueux ; euphémisme.)

    • Laetitia Planque

      Tout à fait d'accord!

  • ol2

    8 condamnations.
    Récidive ... mises à l'épreuve non respectées.

    Cet individu se sentait impuni, ses petites phrases lors du procès étaient simplement pour éviter la taule car il commençait à réaliser qu'il était mal engagé dans cette histoire, et là, brusquement il commence à faire profil bas.

    1 an de taule, très bien, il en sortira peut-être un peu plus respectueux des autres et des animaux, surtout qu'il risque lui même quelques maltraitances, mais très loin d'être celles qu'il a infligé.

    C'est très bien, et qu'on punisse aussi les violences conjugales ou non. Qu'on donne une seconde chance je peux comprendre mais il y a des limites.

    • pataplouf

      Seconde chance ? il en avait deja sept, non? tu rigoles. Trop c'est trop.

  • MarJac

    @ Judge Marie : S'il n'a jamais subi d'expertise psychiatrique, je me demande pourquoi une n'a pas été décidée à son encontre avec un suivi. Ce type a des antécédents de violence et un casier chargé. Il a passé un cap avec cet acte. Est on certain que cette condamnation le calmera ? Il faut vraiment avoir quelque chose de détraqué dans la tête pour, croisant un animal, l'attraper et le jeter contre un mur “gratuitement”. Quand, croisant un enfant ou une femme, ne se mettra-t-il pas à les tabasser « ... ça m'est venu comme ça, j'ai pas réfléchi. » ?

  • LEVADOUX

    Réponse directe à la question du titre : Non la peine n'est pas trop lourde. Ce sont les peines contre les maltraitances faites aux femmes et aux enfants qui sont beaucoup trop légères ! Je ne suis pas une fanatique du "zinzin" à tout bout de champ, mais je pense que la prison se doit d'abord d'être une sanction sévère, puis un endroit où on réfléchit sur soi, et enfin un endroit qui devrait permettre de s'amender et si on met tout ça bout à bout, pour certains ça fait bon nombre d'années...

    • Ludivine H-collenne

      Mon ex mari disait qu'il pouvait nous tuer, mes enfants et moi, qu'il n'avait rien à perdre, qu'en prison y a la télé... :(

      • pataplouf

        Il y a longtemps pour une connerie on me privait de la télé. Aie. Et si tu reste pas sage t'auras le pyjama rayé, la boule accroche aux chevilles, comme dans ( moi je lisais ) "Lucky Luke ". Zut, je ne dis pas que je suis devenu un ange, mais j'ai compris. Mais aujourd'hui les prisons sont des hôtels de luxe. Retour au pain et l'eau. Cellule nue et grise. Collier au cou.

  • Jacques Gardes

    pas assez severe pour moi !!!!

  • Ludivine H-collenne

    Alors, effectivement, dans le cadre de violences conjugales, pour obtenir aussi bien, il faudra les filmer, car quoi qu'on dise, sans preuves, et juste les dires de la femme battue ne suffisent pas (je sais de quoi je parle !) on obtient difficilement gain de cause ; ensuite, qu'advient-il de l'ami qui filme ? il n'est pas puni, lui ??? je n'ai rien lu qui va en ce sens et je trouve ça terrifiant, il est complice !!!

  • cremades

    La vidéo est atroce, il rit de sa perversité, encore un qui n'apportera rien de bon à la société, et qui va nous coûter!
    IL lui est interdit dorénavant d'avoir des animaux, mais cet homme ne devrait pa s avoir le droit même d'avoir des enfants.
    Les animaux entre eux ont des codes bien plus respectables.
    Le chaton n'a rien demandé, le choix il ne l'a pas eu, pour les enfants c'est aussi la même chose. Mais lorsqu'on est adulte on fait la différence entre le bien et le mal, on fait des choix.

  • Bertol Norbert

    Je suis complètement pour et j’espère que cette décision de justice fera jurisprudence, il faudrait que cette peine soit assorti de soins psychiques

    !

  • didji

    si et seulement si tous ces actes imbéciles et criminels pouvaient être traités de cette façon, peut être que cela en ferait réfléchir plus d'un! je pense également à toutes ces vidéos qui circulent mettant en cause des adolescents et adolescantes se faisant humilier ou tabasser...Internet : espace de Liberté, OUI mais avec une charte, un code de déontologie...

  • John-Ray

    Un an
    de prison est une peine clémente pour un acte de cruauté, que ce soit envers un
    animal ou un humain c’est l’acte qui est jugé et un acte cruel, envers un être faible
    de surcroit, ne peut être toléré dans notre société. Ceci dit il est intolérable
    que des peines plus légères soient prononcées pour des actes de violences
    domestiques, bien sûr il n’y a pas toujours une vidéo pour prouver les faits,
    cependant il y a une enquête et si le prévenu est reconnu coupable la justice
    se doit de le sanctionner à la valeur de son acte et de protéger la société de
    ses futures récidives.

  • Yo O

    Cette décision est elle trop sévère? OUI

    Resituons les faits dans leur contexte, considérons l'auteur de cet acte.
    Il me semble être d'origine maghrebine. Et dans cette culture, comme un peu partout dans le reste de l'Afrique les animaux restent... des animaux. On les chasse, on les égorge, on se nourrit de leur chair. Oui vous direz que c'est barbare, mais eux aussi ils trouvent tout autant incompréhensible le fait qu'on donne des noms d'humais aux animaux et qu'on leur lègue une partie de notre patrimoine.

    Il ne faut pas être nombriliste. Dans certaines cultures, on fait des combats de chiens, et dans d'autres on égorge les moutons en pleine rue. Ainsi va le monde

    Dès lors qu'on se veut être une terre d'accueil, il faut accepter chacun avec ses différentes conceptions de l'animal (qui ne changeront pas d'un coup de baguette magique)

    En conclusion : EN FRANCE, C'EST UN ACTE CONDAMNABLE (et cette décision est juste) MAIS DANS L'ABSOLU C'EST UN ACTE QUI PEUT ETRE TOLORE OU PAS SELON LES DIFFERENTES CONSIDERATION QU'ON A DE L'ANIMAL

    • qossag

      de quoi tu parles on est en france la loi ça existe... ça s'arrête la ... il puorrait être martien ça serait pareil..

      • Yo O

        C'est la raison pour laquelle j'ai écrit "EN FRANCE, C'EST UN ACTE CONDAMNABLE (et cette décision est juste)". Je nous invitais juste à essayer de comprendre leur point de vue

        • qossag

          peu importe leur point de vue à vrai dire... il est pas question de ça... ça marche dans les deux sens .. dans un autre pays on doit respecter la loi du pays... même si elle nous paraisse pas normal d'un point de vue culturelle ou autre..

    • gehoparis

      Votre raisonnement est binaire et caricatural ,en particulier avec le statut préalable que l'on attribue à l'animal ( d'élevage , compagnie , utilitaire , nuisible , dangereux , etc...) et l'acte de cruauté intrinsèque .Il n'y a pas de culture qui encourage ou admette la cruauté gratuite envers les animaux

      si on mange les chiens et les chats (plus rare ) dans certains pays et cultures , c'est tout à fait admissible , même si cela choque en Occident , puisqu'il s'agit d'animaux d'élevage .Sauf cas de folie isolée , on ne les tue pas en les envoyant contre un mur , en filmant une probable agonie , et on ne leur inflige pas , quand l'élevage est bien mené , ce qui est le cas le plus souvent , des souffrances inutiles .

      Les cultures que vous évoquez confinent l'animal à un statut subalterne à celui de l'humain ce qui est parfaitement sain et estimable , mais nulle part il est admissible que la cruauté et la violence gratuites puisse être acceptées envers les animaux .La plupart du temps c'est d'indifférence dont il s'agit ,même envers le chien , et souvent du respect ( par exemple envers les chevaux , les faucons ...) y compris envers les chats ( très présents en Egypte )

      Les combats d'animaux sont de plus en plus rares et clandestins , les pays concernés par la consommation de chiens ont aussi une partie grandissante de la population qui les admettent comme animaux de compagnie ( Chine , Corée ...) et s'y attachent , et la distinction est aussi forte que celle du cheval en Europe ou le double statut ( viande de boucherie et " sacralisation " ) existe ... .

      Le Maghreb a de plus en plus de chats et de chiens en appartement " compagnons " d'humains , et la cruauté gratuite envers ces animaux y est réprimée .Tuer un chien soudain méchant , errant ou dangereux n'y est pas dénoncé comme en France où il faut être en état de " légitime défense " pour ce faire , frapper un chien parce qu'il désobéit ou est dans " l'intrusion " est classique et admis , mais il ne s'agit pas de le tuer ou l'écraser contre un mur en rigolant et en filmant parce qu'il aboie trop ,

      mais pour le reste la cruauté gratuite n'y est pas tolérée .

      Ici il s'agit de cruauté " intrinsèque " qui est en premier lieu réprimée , l'homme ne doit pas se " rabaisser à cela " .Le statut de l'animal existe dans la plupart des droits sur la planète il est corrélé avec la propre dignité de nos actes qui n'inclut pas de se défouler contre un chaton , animal au système nerveux capable de ressentir souffrances et agonie , et d'en être fier au point de diffuser tout cela sur les réseaux sociaux ....

  • MonPrecieux

    J'aimerais qu'on ait ce genre de peine pour tous les récidivistes qui torturent des animaux pour le plaisir, par perversité.

    Au premier rang desquels... les toréadors !

  • LANG Roland

    Qui c'est le rédacteur de ce texte encore ? Mais où allez vous , à vous lire il faudrait presque dire merci à ce sauvage , ça devient vraiment n'importe quoi ce pays. Si moi je l'avais condamné il aurait pris 20 ans

  • Michel Didier

    peine juste,et sans appel...pas assez sévere viv a vis de cas plus graves.

    • Gil Devos

      rouvrir le bagne, voilà une solution !

  • qossag

    dirons nous enfermé c'est bien mais ça coute de l'argent faudrait les faire bosser ça serait le minimum...

  • Gil Devos

    Ce Farid Machin n'est qu'un déchet d'humanité qui devrait passer dans les égoûts avant de se développer en "tueur-égorgeur" de la race humaine....

  • Michèle

    Il faut qu'il soit en prison pour pouvoir bénéficier d'un suivi psychologique qui lui fasse prendre conscience de sa violence. Ce n'est pas lui qui irait spontanément voir un spy dans son cabinet. Il n'est pas à son premier acte violent. Ensuite, avec toutes ces menaces de lui " faire la peau", il vaut mieux qu'il soit à l'abris en prison. Sa peine n'est pas trop lourde, c'est le barème des peines à revoir.

  • MCC

    Je suis entièrement d'accord avec la peine requise contre cet homme. Je pense qu'elle est juste au vu de l'acte atroce perpétré en pleine conscience puisqu'il s'est fait filmé, qu'il riait et qu'il l'a posté... il avait besoin de reconnaissance ? Eh bien voilà, il aura celle de ses pairs, en prison... Compte tenu de son long dossier de violence, il est juste de le punir... car jusqu'où ira cet homme pervers, froid et sans empathie ? Quelle différence pourra-t-il faire entre un animal, une personne âgée, une personne handicapée, un enfant ?... On se le demande... Pourquoi s'arrêterait-il à un chat ? Il a vraiment besoin de se faire soigner...

  • gehoparis

    La justice n'est pas un guichet où un robot appliquerait automatiquement les peines standard .

    La mentalité , le casier judiciaire , la défense digne d'une personne avec le QI d'un bégonia , tout cela a du faire se demander au juge s'il n'avait pas affaire à une sorte de " barbare " dégénéré qui vivrait dans sa bulle et qui décide de l'exporter et d'en faire la publicité via les réseaux sociaux ,abolissant ainsi la définition du statut de l'animal mais aussi celle de la dignité humaine qui n'a pas lieu d'être celle d'un barbare

    On ne peut pas comparer des décisions de justice d'affaires si différentes selon la " gravité morale " qu'on y attache , un type qui frappe ses enfants et son épouse va en prison si sa violence est avérée et destructrice .Je suis de ceux qui estiment que la première baffe devrait entrainer l'éloignement définitif et une réponse pénale ferme ; mais un lâche de ce type de violence conjugale il ne peut aller en prison que quelques années dans les cas les plus graves , exceptionnellement vingt ou trente ans dans les cas les plus terribles et abominables ...comment comparer avec l'escroc Madoff qui finira ses jours en prison ?

    Ou plus au " sujet " , les compagnies pétrolières coupables de tant de pollution et donc de souffrances animales , en particulier les oiseaux de mer lors des catastrophes de cargos ?

    De fait l'exercice est impossible , le ou la juge juge en fonction de " ses " éléments ,de l'acte en lui même certes , du code mais aussi de l'individualisation des peines ,principe de droit essentiel , donc de " l'individu " ( dans un sens aggravant comme atténuant ...) et pas seulement de ses actes l'ENM le ou la prépare à cela , et Farid de la Morlette n'est pas particulièrement un personnage qui donne envie de lui payer une formation de baby sitter ....

  • pat

    bien fait et j'espère qu'en prison on lui en fera baver ! quand on fait du mal aux animaux on ne vaut pas grand chose

  • Is Adora

    non, la peine n'est pas trop lourde ! il fallait qu'il pense aux conséquences avant !! un être vivant est un être qui ne doit pas souffrir par la faute d'un abruti !!!

  • Véro

    bonjour,
    la peine est-elle assez forte ?
    La vraie question c'est pourquoi les gens qui se font agresser physiquement ne voient leurs agresseurs n'écoper que de la prison avec sursis.
    Pourquoi en ce qui concerne les humains il faut forcément un mort pour que l'agresseur soit incarcéré.
    Il est évident que ce pauvre chaton n'avait pas subir une telle violence.
    Mais la violence faite à un animal à plus d'importance que la violence fait à un être humain...

  • Pascal Campese

    c merite ,pour une foi qu,il y a une condamnation dans ce genre de fait ,je pense qu,il va etre libere a mis peine pour bonne conduite ;en verite il va faire 6 mois,non?!!