Covid-19 : "Arrêtez de vous toucher le visage !"

thejbird

"Lavez-vous fréquemment les mains et évitez de vous toucher le visage". Ces préconisations vous sont répétées en boucle depuis le début de l'épidémie. Mais arrivez-vous à vous y tenir ? Pour vous aider, voici une astuce proposée Steve C. Hayes, Professeur de psychologie à l'Université du Nevada1

"En cette période de COVID-19, on ne cesse de vous conseiller de vous laver fréquemment les mains et d'éviter de vous toucher le visage. Ce sont clairement de bons conseils de santé publique.

Cependant, en tant que psychologue, je peux vous garantir que les "bons conseils" sont l'un des moyens de changement de comportement les plus inefficaces. De toute évidence, il est en effet insuffisant de se contenter de dire aux gens ce qu'ils doivent faire. Et c'est particulièrement vrai lorsque le conseil porte sur des actions banales, des petites manies du quotidien, comme se ronger les ongles, dire "en fait" au début de chacune de vos phrases, baisser la lunette des toilettes, ou… se toucher le visage. 

Commençons par quelques faits.

Les gens se touchent le visage. Souvent. Très souvent. Presque constamment. 

Je suis bien placé pour le savoir, puisque je suis l'un des seuls chercheurs à m'être penché sur la question. 

Il y a plus de 40 ans, j'ai mené avec mes deux collègues Norm Cavior et Rosemery O. Nelson une série d'études sur "l'auto-surveillance" des comportements. Nous cherchions à savoir si le simple fait de remarquer nos propres comportements et de les comptabiliser pouvait permettre de les faire diminuer. Pour cette étude, il nous fallait cibler un type de comportement qui se produisait régulièrement, qui était facile à observer, et qui était suffisamment déprécié par les participants pour qu'ils soient motivés à les faire diminuer.

Le fait de se toucher le visage répondait parfaitement à ces impératifs.

Nous avons pu constater dans un premier temps que lorsque les gens ne savent pas qu'ils sont observés, ils ont tendance à se toucher le visage entre 0,5 et 3 fois par minute.

Faites le calcul. Cela signifie que sur une journée d'éveil de 16 heures, nous nous touchons le visage des centaines, voire des milliers de fois par jour !

La plupart d'entre nous a conscience que se curer le nez, se lécher les doigts ou se ronger les ongles ne sont pas des comportements socialement appropriés. D'un point de vue sanitaire, ces comportements ne sont pas terribles non plus.

Mais nous le faisons quand même. 

Alors comment pourrions-nous nous auto-discipliner ?

Une première méthode consiste à rappeler constamment aux gens de ne pas se toucher la face (dans l'une de nos études, nos participants se touchaient en effet beaucoup moins le visage si nous leur rappelions toutes les minutes de ne pas le faire). Mais en pratique, cette stratégie est impossible à mettre en place : à part votre mère, qui diable ferait une chose pareil ? Et puis, au bout d'un jour ou deux, vous péteriez les plombs. 

Nous avons cependant trouvé une autre méthode qui a permis de réduire ce "problème" de 65 à 95 %. Dans nos recherches, cette méthode a fonctionné à court ou à long terme - tant que vous l'appliquiez, il n'y avait pas de rechute.

Alors, quel est ce truc ?

Procurez-vous un scoreur (genre compteur de golf) - le chronomètre de votre smartphone pourra aussi faire l'affaire. Puis comptabilisez religieusement chacun de vos touchés de visage : à chaque fois que vous vous touchez la face vous scorez une fois. Vous verrez qu'au bout de quelques minutes, la fréquence de vos touchés aura chuté radicalement :

Nelson et al, 1982

Lorsque les participants de notre étude arrêtaient de comptabiliser, ils se remettaient automatiquement à se toucher dès que l'envie leur en prenait. Et dès que nous leur demandions de recommencer à compter, les contacts faciaux diminuaient à nouveau de façon spectaculaire. Le nombre de contacts restaient faibles tant que les participants continuaient à scorer, même si cette auto-surveillance durait plusieurs semaines !

D'autres études ont montré que le simple fait d'avoir votre outil de comptage à portée de main suffisait à terme à vous dissuader de vous toucher le visage. 

Bien sûr, le comptage n'est pas un remède miracle contre cette manie de se toucher le visage : dès que les participants cessaient de compter, ils se remettaient à se toucher le visage aussi souvent qu'avant. Ainsi, pour continuer à bénéficier de cette méthode, il faut continuer à l'utiliser.

Je n'ai jamais pensé que cette recherche pourrait être utile un jour. Et pour être honnête, je n'avais plus pensé à ces travaux depuis bien longtemps. Mais le COVID-19 a changé beaucoup de choses, et me voilà confiné chez moi, assis dans mon fauteuil, muni de mon scoreur… toucheur chronique de visage que je suis".

1. La version originale de cette chronique de Steve Hayes est disponible ici.

A lire aussi