Comment « Pokemon Go » a changé le monde

Eduardo Woo

Sorti en France fin juillet 2016, le jeu « Pokemon Go » rencontre un succès phénoménal. L’objectif : capturer des Pokemon dans sa ville. Pour se déplacer dans le jeu, il suffit de se déplacer avec son téléphone.

Ce qui est déjà arrivé…

  • « Un chasseur de Pokemon, agressé et poignardé au coin d'une rue à Forest Gove, dans l'Oregon, a refusé des soins médicaux pour pouvoir continuer à jouer. » (Sud Ouest).
  • « En Turquie, Mehmet Bayraktutar, le chef de l’association officielle des imams Diyanet-Sen « condamne » le jeu car il « mine la valeur des lieux où les gens prient ». En effet, des Pokémon ont été trouvés dans une mosquée » (20 minutes).
  • « Samedi soir à New York, un Pokémon assez rare est apparu au cœur de Central Park. Des centaines de "dresseurs" se sont donc précipités pour le capturer. Créant un beau bouchon sur la route (notez qu'un conducteur abandonne sa voiture pour se joindre à la chasse). (…). À New York encore une fois, un conducteur jouait alors qu'il était au volant. Il a fini dans un arbre (…). Du coup, les sociétés d'autoroutes américaines se sentent obligées de diffuser des messages d’avertissement » (Sud Ouest) :
Sud Ouest

Sud Ouest

  • « Parfois, les conducteurs ne sont pas en tort. À Pittsburg (Pennsylvanie), une adolescente a traversé un boulevard pour attraper un Pokémon. Et a été renversée par une voiture. » (Sud Ouest).
  • « Ardèche : une femme portée disparue retrouvée par des joueurs de Pokémon Go » (francetvinfo.fr).
  • « Lundi 25 juillet 2016, à Besançon (Doubs), un jeune automobiliste a accidentellement percuté un muret en essayant d’attraper un Pokémon sur son téléphone portable alors qu’il conduisait, rapporte l’AFP. (…). L’accident s’est produit devant une patrouille de police qui avait repéré l’attitude étrange et dangereuse de l’automobiliste, qui avait effectué un dépassement périlleux et zigzaguait sur la chaussée. (…). Les gendarmes de l’Eure, ainsi que les préfectures de l’Orne et de Seine-Maritime préviennent les joueurs de Pokemon Go des dangers du jeu. « L’application téléchargée dans plus de 26 pays voisins et même en France, a déjà causé : des accidents de voitures, des effractions de domiciles (car un Pokémon s’y trouvait), des mises en danger (ne faisant pas attention à la circulation ou au alentour), des rackets (car tout le monde se rend au même endroit pour la capture du Pokemon avec son smartphone), des incivilités (des bagarres, des émeutes pour capturer les Pokemon), énumèrent les gendarmes de l’Eure sur leur page Facebook. » (Normandie Actu).
  • « Two Men Fall Down Cliff While Playing 'Pokemon Go’ » (7 San Diego). (Deux hommes sont tombés d’une falaise alors qu’ils jouaient à « Pokemon Go »).
  • « Un véhicule est entré en collision avec une voiture de police à l’arrêt, lundi 18 juillet, dans les rues de Baltimore, aux Etats-Unis. Le conducteur a expliqué qu’il était absorbé par son jeu Pokémon Go, au moment de l’impact » (lemonde.fr) :

Ce qui pourrait arriver…

Cela fait maintenant 5 ans que le jeu « Pokemon Go » est sorti en France. Voilà ce qui a changé :

  • Le taux de chômage est passé de 10 à 5% de la population active. « Chasseur de Pokemon » est en effet devenu une activité répertoriée dans la nomenclature française des catégories socioprofessionnelles. Ainsi, la législation vous permet d’exercer en libéral la chasse de Pokemon pour le compte d’une personne privée qui n’aurait pas le temps de les chasser lui-même.
  • Tous les véhicules fabriqués après le 31 janvier 2017 sont équipés d’un système électronique qui déclenche une alarme stridente dès que le conducteur ou l’un des passagers lance l’application « Pokemon Go ». Le système a déjà été mis à jour plus de 500 fois pour contrecarrer les piratages.
  • Au 1er juillet 2021, le nombre de personnes décédées accidentellement en jouant à « Pokemon Go » a franchi la barre des 100 000. Les dégâts matériels se chiffrent à plus de 12 milliards d’euros.
  • Il est de plus en plus fréquent de voir naître des bébés ayant un champ visuel accru. Plus précisément, de nouvelles mutations génétiques sont responsables d’un agrandissement de l’angle de la vison binoculaire pouvant aller jusqu’à 10°. Certains scientifiques font l’hypothèse que ces modifications génétiques ont valeur de survie pour l’espèce humaine : l’augmentation du champ visuel permettrait en effet aux joueurs de chasser les Pokemon tout en évitant les obstacles du monde réel.
  • Un accord entre Nintendo, Google et le Ministère de la Justice permet aux personnes disparues d’être « Pokemonisées ». Depuis la mise en place de ce dispositif « alerte enlèvement 2.0 », les victimes sont localisées en moyenne 20 fois plus vite.
  • La proportion des personnes considérées comme obèses est passé de 15% en 2016 à 4% en 2020.

Pokemon Go pourrait-il aider à rendre le monde « meilleur » ?

Le « phénomène » Pokemon fait beaucoup parler, en bien ou en mal. Plutôt que de fustiger les joueurs (ce qui n’aurait un impact que très limité sur leurs comportements), ne pourrait-on pas utiliser cette puissante « motivation » à chasser des Pokemon dans l’objectif d’améliorer la société ?

Par exemple, « le directeur d'un refuge pour animaux a trouvé comment utiliser la popularité du jeu Pokémon Go pour améliorer la vie des chiens qu'il recueille » (…). Il a publié cette annonce : « Vous essayez de faire éclore un œuf ou d'attraper un Pokémon rare ? Venez au refuge pour animaux de Muncie et promenez l'un de nos chiens pendant ce temps-là. » (huffingtonpost.fr). Certes, cette initiative est séduisante, mais elle risque quand-même de poser quelques problèmes. En effet, chasser les Pokemon est une activité bien différente de celle qui consiste à promener un chien : cette dernière exige un minimum de patiente et d’attention (d’un point de vue théorique, on dit que chasser les Pokemon n’est pas « fonctionnellement relié » au fait de promener un chien). Par conséquent, le chasseur de Pokemon qui déciderait en même temps de balader des animaux risquerait de transformer la promenade en un calvaire pour l’animal.

Par contre, ce genre d’initiative pourrait devenir intéressante si le plaisir procuré par la chasse aux Pokemon devenait « fonctionnellement relié » à des activités d’intérêt social ou bénéfiques pour l’individu. Ainsi, « en Nouvelle-Zélande un jeune homme a démissionné pour se consacrer à 100% à la chasse aux Pokémon. Son initiative l'a rendu très populaire dans son pays et des entreprises de transport se chargent de faciliter ses déplacements jusque dans les zones reculées, où se cachent les créatures les plus rares ». (Sud Ouest). Autres exemples : la chasse aux Pokemon est reliée directement à une augmentation de l’activité physique et donc à une amélioration de l’état de santé du joueur ; l’application pourrait être également utilisée dans le traitement des phobies sociales ; la quête des Pokemon pourrait aussi inclure une dimension scolaire en exigeant que le joueur fasse des recherches sur l’histoire de sa ville, ce qui pourrait améliorer ses connaissances, etc.

D’un point de vue éthique, il pourrait donc être de la responsabilité des concepteurs du jeu que de joindre l’utile à l’agréable...  

A lire aussi