Agressions sexuelles: Haro sur le porno?

Dans son discours de samedi, consacré à la lutte contre les violences sexuelles, le président Macron a entre autre abordé la question de la pornographie, qui a "franchi la porte des établissements scolaires et fait des femmes un objet d'humiliation". S'il est vrai que les nouvelles technologies facilitent l'accès aux contenus classés X pour les jeunes, et que l'image des femmes y est lamentable, il n'est pas certain pourtant que lutter contre la pornographie soit un bon moyen de réduire les violences sexuelles; il est même à craindre que ce soit l'inverse. (NB: tous les liens de ce post peuvent être consultés sans crainte).

Quels effets?

Les effets de l'accès à la pornographie sur les violences sexuelles sont notoirement difficiles à mesurer. "Consultez-vous des sites pornos" et "êtes vous un pervers violent" sont deux questions auxquelles les gens n'ont pas tendance à répondre de manière très sincère. Il faut donc essayer d'identifier les effets de manière indirecte.

La première chose que l'on note, c'est que depuis les années 70 le nombre d'agressions sexuelles s'est effondré (-85% aux USA) au cours de la période d'essor de la pornographie; c'est d'autant plus remarquable que le taux de plainte a augmenté dans le même temps. Les deux ne sont pas forcément liés: il est possible que ce ne soit qu'une coïncidence, ou que la baisse des agressions aurait été plus forte sans croissance du X.

Mais il y a des raisons de penser que ce n'est pas le cas. Il y a une dizaine d'années, l'économiste Todd Kendall avait constaté que les violences sexuelles avaient diminué au fur et à mesure de la diffusion de l'accès à internet sur le territoire des USA: les Etats à faible accès à internet avaient plus de violences sexuelles, et celles-ci s'effondraient au moment ou l'accès internet augmentait. Là encore, cela ne peut être qu'une coïncidence: peut-être que les agresseurs potentiels ont utilisé internet pour trouver l'âme soeur sur un site de rencontres, ou ont trouvé sur internet un autre dérivatif que le X à leur violence. Mais Kendall constatait premièrement que la consultation de sites X constituait une part énorme du trafic internet; que la baisse des agressions sexuelles était plus marquée chez les jeunes (qui accèdent plus à internet que les personnes âgées); que par ailleurs, les autres formes de violence (non sexuelles) n'étaient elles pas affectées par l'accroissement de l'accès internet.

Mais ces résultats ont été confirmés, et reconfirmés, par d'autres études et d'autres disciplines des sciences sociales. La coïncidence entre accès au X sur internet et réduction des viols a été constatée au Danemark, en Chine et au Japon. Si la pornographie peut causer des addictions dommageables pour certaines personnes, dans l'ensemble elle ne semble pas inciter à commettre des agressions sexuelles, ni dégrader l'image des femmes pour ceux qui la consomment de manière raisonnable.

A tout prendre, elle semble même plutôt avoir un effet positif, réduisant la tendance à commettre des violences sexuelles; selon certains travaux les auteurs de violence ont été plus tard que la moyenne en contact avec le X. Tout cela est évidemment discutable: mais si vraiment l'image de la femme dans le X conduit à des violences sexuelles, on ne le voit pas dans les données.

Paradoxal?

Cela peut sembler paradoxal. Dans le même temps des praticiens, psychologues, déclarent voir dans leurs consultations des victimes d'agressions sexuelles dont l'auteur s'adonnait à la consultation de contenus X violents. Des travaux en psychologie notent que la stimulation par des images pornographiques tend à pousser les gens à répondre plus favorablement à des questions comme "seriez-vous prêt à faire boire quelqu'un pour augmenter vos chances d'avoir un rapport sexuel". Comment concilier cela avec les résultats précédents?

Le problème c'est qu'il y a ici des biais. Les gens qui vont consulter un sexologue pour leur addiction au X, ou parce que leur conjoint violent consulte des sites X violents, sont des cas particuliers peu représentatifs de la population dans son ensemble. On peut penser aussi que la relation est inverse: lorsqu'une personne, pour quelque raison que ce soit, a des prédispositions à commettre des agressions sexuelles, il est possible qu'elle commence par essayer de soulager ses pulsions sur des sites internet classés X avant de passer finalement à l'acte. Par ailleurs l'effet global n'est pas incompatible avec des effets très dommageables pour certaines personnes (addictions en particulier).

Quant aux études psychologiques en laboratoire, il n'est pas certain qu'elles reproduisent bien les circonstances de la vie réelle ni la diversité des populations. Dans la pratique la consultation de sites X est plutôt un acte solitaire, pas quelque chose que l'on fait dans un laboratoire universitaire sous l'oeil de son professeur qui collecte les réactions.

Risques de dérives

Se pose aussi la question des potentiels effets pervers de politiques visant à limiter l'accès aux sites internet X. L'une des caractéristiques de cette industrie actuellement est la montée en puissance des "tubes", des sites sur lesquels on trouve gratuitement des quantités invraisemblables des contenus les plus divers; en grande partie des contenus piratés d'autres producteurs. L'essentiel de ces sites est centralisé dans un seul groupe qui absorbe les revenus du secteur au détriment des autres acteurs.

Ce développement a conduit à une dérive qui pénalise les professionnels du X, au premier rang desquels, les actrices. Les rémunérations se sont effondrées et beaucoup se retrouvent contraintes de dériver vers des contenus de plus en plus violents et extrêmes pour continuer de pouvoir vivre de ce métier.

Et à ce titre l'exemple britannique devrait inciter à la prudence. La lutte contre le X avait été déclarée prioritaire par le premier ministre David Cameron, et l'an prochain tous les sites classés X opérant sur le territoire britannique devront vérifier l'âge de leurs utilisateurs. Ce qui peut sembler une solution de bon sens risque de bénéficier outrageusement à ces "tubes" qui développent une technologie de vérification d'identité de leurs utilisateurs et pourraient utiliser cela à la fois pour collecter des masses de données personnelles extrêmement intimes et pour étouffer un peu plus la concurrence et des formes de pornographie plus respectueuses des acteurs.

La lutte contre les violences sexuelles est un combat légitime: dans ce combat cependant, le porno peut rapidement devenir la cible trop facile, qui conduit à détourner l'attention des vraies causes des problèmes et au bout du compte avoir des effets pervers.

A lire aussi

  • Aucun article
  • un physicien

    Qui s'intéresse à la réalité ? L'essentiel est d'aligner les éléments de langage dans le sens du buzz

  • Munatius

    Effectivement ,il est toujours bon d'éviter les raccourcis trop faciles du type :la Santé coûte trop cher ",y'a qu'a réduire le nombre de prescripteurs " donc de médecins / y'a trop de prostituées dans les rues,"y'a qu'a pénaliser les clients " /les femmes sont victimes d'agressions sexuelles ,y'a qu'a supprimer les sites pornos du Net incitatifs à la débauche des jeunes...etc

  • ciryll

    Il semble y avoir ici un cas d’école du match : intuition vs science

    • Emaca

      Ou du match entre le déontologique et le conséquentialiste:
      - le premier condamnera le porno pour l'image qu'il véhicule. Que sa diffusion s'accompagne (statistiquement) d'une baisse des agressions ne compte pas à ses yeux. Selon lui, "le porno c'est mal", point barre.
      - le second considèrera cet effet positif (possible) et avancera que sa consommation (solitaire) ne porte préjudice à personne.
      Le premier occupera l'espace médiatique puisque "lutter contre le mal" est un bon moyen de se faire entendre (et aussi d'avoir des potes, des émules...).
      Le second occupera l'espace politique puisqu'en situation d'incertitude, le moindre mal (utilitariste) n'a pas de concurrent sérieux.
      AD nous signale l'incidence dérangeante du débat sous l'angle économique: les professionnels du secteur devront choisir entre une surenchère épouvantable et le repli sur le "live".

      Pour le coup, je partage son pessimisme: les innovations à venir n'ont rien de réjouissant.

  • j “jwanquet” wanquet

    Si vous aviez vu le poster rieur de Pierrette l'ex femme de Jean Marie , y' a pas
    de smiley pour traduire l'érection
    Daniele-gilbert-nue-lui-03 : image / photo publiée (téléchargée, uploadée) par un internaute anonyme sur Hiboox en Août 2008. Image / photo sur les

  • propergo

    Vieux débat sur l'influence télévisuelle, puis "internetique" (Qui n'est pas forcément éthique...)
    Longtemps, des acteurs du monde de la télé ont expliqué qu'elle n'y était pour rien dans certaines violences... sans doute y-a-t-il eu des études sur le sujet qui démontre le contraire. J'en suis même sûr, car sinon les limitations d'accès selon l'âge n'existeraient pas. J'ai été bercé aux westerns et aux films d'action des années 60/70, donc essentiellement en rapport avec la deuxième guerre mondiale.
    Je ne veux pas de mal actuellement ni aux "peaux rouges" ni aux "Fridolins", ni aux "Japs" car depuis j'ai grandi et me suis quelque peu cultivé, mais il fut une époque où leurs défaites me rendaient joyeux et songeurs et j'ai utilisé ces surnoms pour prouver que cela faisait partie de l'imaginaire collectif de l'époque.
    Je ne suis pas sûr que ce soit le cas de tous, certains doivent toujours avoir cela en tête et peut-être ai-je eu également la chance de disposer d'un certain équilibre, je dis peut-être, je suis mal placé pour en juger.
    Est-ce que tous les enfants de mon âge ont eu le même parcours?
    Est-ce que le porno qui est très accessible ne facilite pas des passages à l'acte, hors contexte?
    Je pense que oui, mais le problème n'est pas dans le porno, il est dans l'accès au porno. Comme il est de l'accès à certaines choses, comme par exemple, la vérité.
    Ne dit-on pas qu'elle n'est pas forcément bonne à dire?
    Ne dit-on pas que l'on peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui ?
    Donc le problème n'est pas dans le quoi, mais dans le qui.
    Et comme pour ce qui précède, peut-être que certains peuvent, d'autres ne devraient pas...
    Le chantier est donc beaucoup plus complexe que l'on veut bien le dire en faisant, il est vrai, un peu de sensationnel.
    En attendant, j'ai cru comprendre que le porno faisait de gros ravages sur certains ados, en les sortant de la réalité, à laquelle ils et elles seront un jour confrontés et de ce point de vue là, j'ai adoré mon époque, faite de vraies découvertes...
    Courage les jeunes, ça ne durera pas (la jeunesse) :-)