"Green Blood", western new-yorkais

green02Ne vous laissez pas abuser par la couverture qui pourrait faire penser à un bon vieux western dans l'Ouest sauvage. « Green Blood » se déroule dans un cadre autrement plus dangereux : New-York, dans les années 1850. Et plus précisément « Five Points » un véritable bidonville au cœur de Manhattan.  Dans cette ville d'émigration et de misère, les deux frères Burns ont choisi deux voies très différentes pour s'en sortir. Le plus jeune, Luke, travaille comme manutentionnaire. Pour lui, le rêve américain se gagne honnêtement, à la force des bras, quel que soit le temps que cela prend. L'aîné, Brad dévoile ses talents la nuit, en cachette de son frère. Connu sous le surnom de "Grim Reaper", il est tueur à gages pour la plus grande bande de truands du quartier, les « Grave Diggers », les « pilleurs de tombe ». Au milieu de toute cette noirceur et de cette violence, il trouve un peu de réconfort dans les bras d’Emma, une jeune prostituée.

Gene McDowell, le chef du gang, confie un jour à Brad Burns une mission périlleuse : assurer la protection de son fils Kip McDowell. Kip est un fou violent, qui ne rêve que de devenir tueur à son tour. Quand Kip frappe violemment une prostituée, amie d’Emma, Brad doit faire un choix impossible : son amour pour Emma qui crie vengeance ou sa fidélité au clan McDowell et à son patriarche.

green blood ki-oon

Dans ce manga, on retrouve tout ce qui fait la richesse de la BD japonaise à mon goût : un univers original, un background historique très fouillé qui donne un côté « instructif » à la chose (Cf. « Cesare » chez le même éditeur, qui raconte l’histoire de Cesare Borgia). La misère et la violence de New-York au XIXème siècle sont évoquées ici de façon assez frappante au travers de graphismes somptueux. Le rythme de lecture est plutôt agréable ; l’auteur Masasumi Kakizaki se donne tout le premier tome pour présenter les personnages et l’intrigue.

« Green Blood » est d’une grande richesse narrative, dès le premier tome les intrigues s’entremêlent. Car en toile de fond, Brad Burns poursuit aussi un but secret : retrouver et tuer son père qui les a abandonnés lui et son frère. Une histoire riche et complexe donc, mais pas d’inquiétude : si vous êtes agacés par les mangas à rallonge comme « One Piece » (70 tomes à ce jour !), « Green Blood » sera bouclé en 5 volumes.

Les premières pages à découvrir ici et ci-dessous un extrait à lire dans le sens de lecture japonais (les bulles de droite à gauche et les cases de haut en bas). 

pagegreen

---------------------------------------------------------------------------------------------------

"Green Blood" de Masasumi Kakizaki . Tome 1 déjà paru. Tome 2 en octobre.

Publié chez Ki-oon

Publié par Nicolas Le Marignier / Catégories : Actu

Related Posts: