Les étranges règles de la supercagnotte du Powerball

Chaque combinaison de numéros n'a qu'une chance sur 292 millions de l'emporter. Pourtant, les Américains se ruent en masse dans les "corner stores" pour acheter un billet de loterie et tenter leur chance au Powerball, l'équivalent américain de l'Euromillions, dont le tirage aura lieu mercredi 13 janvier au soir.

Une file d'attente dans une épicerie, à Washington DC.

Une file d'attente dans une épicerie, à Washington DC.

En jeu, une cagnotte jamais atteinte aux Etats-Unis : 1,5 milliard de dollars, soit plus d'1,3 milliard d'euros - de quoi acheter plus de 300 millions de Bigmacs.

Certains Américains parcourent des kilomètres sur les routes pour jouer - la loterie n'étant pas autorisée dans tous les états du pays. On a également vu des habitants de Washington se demander s'ils doivent acheter leur ticket dans le Maryland, non loin, afin de s'assurer qu'ils pourront conserver l'anonymat en cas de gain.

Ces situations insolites sont liées à la somme faramineuse qui est en jeu - résultat d'une politique récente de Powerball, qui favorise les gains rares mais aux montants élevés.

Mais c'est aussi le résultat du fédéralisme américain, qui laisse une grande place à chaque état pour déterminer ses propres lois.

Voici quelques unes des étranges règles qui régissent la cagnotte du Powerball :

Les billets ne sont pas vendus dans tous les états

Les billets du Powerball peuvent être achetés dans 44 états, le District de Columbia, les Îles Vierges et Porto Rico.

Dans certains états, le Powerball est interdit. C'est le cas du Nevada, qui compte de nombreux casinos, réticents à voir la loterie leur faire de l'ombre.

En Alabama, Mississippi et dans l'Utah, les opposants à la légalisation de la loterie invoquent régulièrement des arguments religieux.

Le gagnant doit révéler son identité... sauf dans 6 états

Le Delaware, le Kansas, le Maryland, le North Dakota, l'Ohio et la Caroline du Sud autorisent le gagnant à conserver l'anonymat. Dans tous les autres états, le nom du gagnant fera les gros titres.

Cependant, certains autres états "autorisent les gagnants à créer des sociétés à responsabilité limitée, de sorte que lorsque leurs noms sont annoncés, ce sont les entreprises et non les individus qui sont identifiés", précise NBC News.

En France au contraire, le gagnant de la loterie peut choisir de rester anonyme.

La cagnotte est soumise à l'impôt... qui varie selon l'endroit où vous avez acheté votre ticket

Aux Etats-Unis, les revenus issus de la loterie sont imposables. Le fisc américain prélèvera donc 25% de la somme remportée par un résident américain (qui possède un numéro de sécurité sociale ou un numéro de contribuable) avant même que le gagnant ne récupère son dû. Le taux grimpe à 30% pour les étrangers qui ne disposent pas d'un tel numéro.

Il faudra également payer l'impôt sur le revenu à l'échelle fédérale, qui est plafonné à 39,6%, précise CNN.

Ajoutez à cela les impôts locaux, qui varient en fonction des états. ABC donne l'exemple d'un gagnant vivant à New York, qui se verra ponctionner 8,8% par l'état de New York et 3,9% par la ville. Au contraire, d'autres états comme le Texas ne prélèvent pas d'impôts sur les gains. En fonction de l'endroit où votre billet a été acheté, la somme finale pourra donc être amputée de plusieurs millions de dollars.

Le paiement de la somme peut être réparti sur plusieurs années

Si les gagnants décide de retirer la totalité de la somme en une fois, il ne recevra "que" 930 millions de dollars de la part de Powerball. Pour obtenir 1,5 milliard, il faut accepter de recevoir des paiements annuels (de plus de 45 millions de dollars bruts par mois) pendant 30 ans - même après votre mort. Dans le premier cas, cela signifie payer, en une fois, une grosse somme au fisc. Dans le second, le gagnant devra payer des impôts chaque année. Il sera donc soumis à tout changement futur du code des impôts.

Selon une porte-parole de Powerball interrogée par le NYT, la plupart des heureux gagnants décident d'empocher le jackpot en une fois.

Tout le monde peut participer, même les étrangers qui ne vivent pas aux Etats-Unis... à condition de payer des taxes supplémentaires

Des "milliers" de Canadiens venus "de villes comme Vancouver, Toronto et Montréal pour avoir la chance de devenir le prochain milliardaire", selon le Washington Times. Et pour cause : la loterie est ouverte aux étrangers. Cela étant, ces derniers sont soumis à plus de taxes que les résidents américains. Le fisc prélève 30% de la somme gagnée par un étranger.

Avis à ceux qui veulent tenter leur chance : vous pouvez vous rendre aux Etats-Unis pour acquérir un ticket, ou mandater un individu ou une entreprise qui achètera un billet sur place pour vous. "'Une foule de sites propose de valider votre tirage sur le sol américain. Une copie du ticket doit ensuite vous être remise", explique le Huffington Post. A condition de payer des frais très élevés... et d'accepter le risque qu'on vous vole votre reçu en cas de jackpot.

Le tirage aura lieu à 23h heure de la côte est, soit 5h du matin en France.

A lire aussi

  • Aucun article