Photo AFP

États-Unis : l'énième bourde de Donald Trump à propos du père Noël

Donald Trump est à nouveau sous le feu des critiques. Le président américain s'est moqué d'un enfant de 7 ans en évoquant le père Noël.

C'est la première dame qui a supervisé toute la décoration de la Maison-Blanche aux États-Unis. Melania Trump a tenu à faire installer des sapins rouges dans les couloirs. Pour Noël, le couple présidentiel s'est adressé à la nation devant les caméras. Lundi 24 décembre, comme le veut la tradition, Donald Trump et son épouse ont appelé quelques petits Américains.

"Tu crois toujours au père Noël ?"

Melania Trump joue le jeu et indique à un enfant que le père Noël est en route, mais son mari ne fait pas dans la délicatesse auprès de Coleman, 7 ans. "Tu crois toujours au père Noël ? Parce qu'à 7 ans c'est un peu limite non ?", s'amuse Donald Trump. Les réseaux sociaux se sont enflammés et certains ont qualifié le président de "super méchant". D'autres ont préféré expliquer aux enfants que de toute façon, Donald Trump mentait tout le temps. Plusieurs parlementaires ont corrigé le tir, assurant aux petits Américains que le père Noël existait bel et bien.

Marchés d'ailleurs : Albuquerque, le rendez-vous des cow-boys

Au Nouveau-Mexique, on se plonge dans l'Amérique des cow-boys, celle des éleveurs qui présentent une fois par an leurs plus belles bêtes pour une vente aux enchères à Albuquerque. Un rendez-vous incontournable.

Un état presque aussi grand que la France. Au Nouveau-Mexique il y a pratiquement une vache par habitant et dans ses plaines, les cow-boys existent encore. Ce sont les éleveurs et une fois par an ils conduisent les plus belles bêtes de leur troupeau à la foire d'Albuquerque, une des plus importantes des États-Unis. Sous bonne garde des hommes du shérif, veaux, vaches, chèvres et cochons paradent avec leurs éleveurs avant d'entrer dans un immense hangar. Kindal Smith n'a que 17 ans, mais dans sa famille, on est éleveur de père en fille : "J'ai élevé ce veau dans le ranch de ma famille depuis tout bébé, on a commencé à le nourrir alors qu'il avait juste 3 mois, c'est pratiquement mon meilleur ami, car j'ai passé des heures à prendre soin de lui", explique la jeune fille. Elle essaiera d'en tirer le meilleur prix lors de la vente aux enchères : une fierté, mais aussi un enjeu pour toute la famille. "On espère vendre ce veau autour de 4 000 euros, ça permettrait à ma fille d'en acheter d'autres et d'économiser pour ses études", explique le père de Kindal. Elle parvient à vendre son veau 5 100 euros, mais avoue déjà qu'elle aura du mal à le voir partir avec un autre.

La gloire du rodéo

À la foire d'Albuquerque, il y a des présentations de tout ce qui nage, court ou galope. Il y a même des courses de porcelets. Dans ce sud américain, l'épreuve de toutes les gloires est bien sûr le rodéo : en coulisses, Bill Tutor se prépare, lui qui fait du rodéo depuis l'âge de 11 ans. "J'essaye de ne pas être superstitieux, mais j'ai mes petites habitudes", explique-t-il. Comme pour toute compétition de haut niveau, les cow-boys sont accompagnés par des médecins, car les blessures peuvent être nombreuses. Dans le monde du rodéo, on ne plaisante pas avec les valeurs américaines et on entre dans l'arène au son de l'hymne américain. La compétition démarre avec ses premiers éjectés et Bill Tutor doit rester au minimum huit secondes sur ce cheval indompté. Désarticulé, mais pas éjecté, il en sort vainqueur.

Reportage de Charlotte Mattout, Fabien Fougère et Loïc de la Mornais

Près de vingt états autorisent les écoles à punir corporellement les enfants. Photo: Flickr/ Wesley Freyer

Géorgie : une école réintroduit la punition corporelle

Une école publique de Géorgie a demandé aux parents l'autorisation de punir corporellement les élèves avec une pagaie en bois.

Il est loin le temps des fessées à l'école ? Pas en Géorgie... Là-bas, un établissement a décidé de réintroduire la punition corporelle. La Georgia School for Innovation and the classics (GSIC), située à Hephzibah, a fait parvenir un formulaire de consentement à tous les parents d'élèves. A eux de décider ou non si leur enfant peut recevoir des coups de pagaie sur les fesses pour mauvais comportement. "Dans cette école, nous prenons la discipline très au sérieux, indique Judy Boulineau, directrice, à la chaîne locale WRDW. Il fut un temps où les châtiments corporels étaient en quelque sorte la norme."

En cas d'infractions sérieuses et répétées, l'enfant sera e mmené dans un bureau, portes fermées. Il placera ses mains sur les genoux ou un meuble et sera frappé sur les fesses, pas plus de trois fois.

Sur une centaine de formulaires envoyés, peu ont été retournés à l'établissement. Et parmi les réponses reçues, un tiers des parents seulement donnent leur autorisation.

Aux Etats-Unis, les châtiments corporels dans le milieu scolaire sont autorisés dans près de vingt états. Une pratique qui reste néanmoins rare.

C.L

Etats-Unis : quand les maisons lèvent l'ancre

À Seattle (États-Unis), au lieu de détruire de vieilles bâtisses pour construire de nouvelles villas, on les déplace, on les vend et on les transporte en bateau jusqu'à leur futur propriétaire.

Des maisons en déménagement. Non pas leurs meubles, mais les maisons elles-mêmes. Sur cette île au large de Seattle (États-Unis), l'équipe de ces déménageurs hors-normes vient de décoller une bâtisse de ses fondations. Cette maison fait 25 mètres de large, 31 mètres de long et pèse 320 tonnes. Elle va être déplacée en un seul morceau. La maison est ensuite posée sur des roues, similaires à des trains d'atterrissage. L'entreprise déménage environ 300 maisons de cette superficie par an.

"Même avec le coût de transport, c'est une bonne affaire"

Pourquoi une telle opération ? C'est gagnant-gagnant : les propriétaires qui veulent construire une villa sur le terrain ne payent pas de frais de démolition et l'entreprise de son côté récupère l'ancienne maison. De plus, c'est mieux pour l'environnement et l'entreprise vend cette maison d'occasion à un prix raisonnable. Même avec le coût de transport, c'est une bonne affaire. Les maisons sont ensuite transportées de manière spectaculaire jusqu'à leur nouveau propriétaire, par bateau.

Reportage de  Loïc de la Mornais, Thomas Donzel et Charlotte Mattout

Génétique : l'homme d'affaires qui voulait fabriquer des génies

En 1980, un riche homme d'affaires a mis en place une "fabrique des génies", banque de sperme où les donneurs répondent à des critères très exigeants. Plus de 200 enfants sont nés de cette expérience.

Il voulait faire naître des enfants exceptionnels qui "sauveront l'humanité". En 1980, Robert Graham, homme d'affaires fortuné, créé la première banque de sperme en Amérique, exigeant des donneurs particuliers. Au moins 130 de QI, une santé à toute épreuve, scientifique, prix Nobel : 223 enfants sont nés aux États-Unis de pères au QI exceptionnel.

Une efficacité limitée

Tout au long de sa vie, Leandra Ramm sera filmée par les télévisions américaines. Très vite naîtra chez elle une passion pour la musique. Ses parents n'adhéraient pas vraiment au programme de Robert Graham, mais l'accès à la banque était gratuit. L'homme démarchait des scientifiques par téléphone. Un Prix Nobel, physicien inventeur du transistor, accepte de faire un don. Un journaliste a rencontré des dizaines enfants issus de la "fabrique des génies", et n'a pu que constater la normalité des individus, certains brillants, d'autres moins.

Reportage d'Agnès Vahramian, Régis Massini, Andreane Williams et Louise Dewast

Feuilleton sur les toits du monde : zoom sur New York

(Re)visionnez le feuilleton du 13 heures de France 2 qui vous emmène sur les toits du monde, une manière de redécouvrir des villes que l'on croyait déjà bien connaître. Aujourd'hui, direction New York sur la côte Est des États-Unis.

Il y a tant à voir lorsque l'on survole celle que l'on surnomme la "Grosse Pomme". Vue d'en haut, l'île de Manhattan (New York) est une succession de toits-terrasses, des espaces parfois étonnants aujourd'hui prisés des habitants, et souvent jalousement gardés par leur propriétaire.

L'entretien de réservoirs d'eau, la pousse d'un potager ou encore la construction d'une habitation atypique : voici trois exemples d'aménagement de toits, qui nécessitent de prendre de la hauteur parmi les buildings américains.

Les autres épisodes 

(2/5) Bath, ville thermale au sud de l'Angleterre

(3/5) Hong Kong, la ville chinoise verticale

(4/5) Focus sur Rome en Italie

Reportage de Jacques Cardoze, Régis Massini, Arielle Monange, Laurent Desbois et Andréane Williams.

New York : vivez les scènes de "Maman j'ai encore raté l'avion" pour les 25 ans du film

À l'occasion du 25e anniversaire du film "Maman j'ai encore raté l'avion" (traduit de l'anglais "Home Alone 2 : Lost in New York"), sorti aux États-Unis le 20 novembre 1992, l'hôtel Plaza à New York propose aux fans de revivre certaines scènes du film dans la peau du jeune héros, Kevin McCallister.

C'était il y a 25 ans, jour pour jour. Le deuxième volet du film "Maman jai raté l'avion" était diffusé sur les écrans américains. En cette date anniversaire, le luxueux établissement new-yorkais offre à ses clients la possibilité de vivre dans la peau de Kevin durant une journée.

Disponible du 1er décembre au 29 octobre 2018, le pack "Live like Kevin" ("Vivez comme Kevin") propose : une balade dans Central Park où se déroulera une séance photo sur le lieu de l'une des scènes, une virée en limousine à travers la ville, une montage de crème glacée à déguster gratuitement dans la chambre - à l'image de celle du personnage principal -, un sac à dos à l'effigie du film, les deux DVD et une copie de "l'édition anniversaire" en Blu-Ray. Enfin, les clients pourront s'attabler au restaurant Todd English Food Hall du Plaza, et y déguster le menu spécial années 90, composé de plats uniques. Cette expérience a tout de même un prix : 895 dollars (environ 762 euros).

Le synopsis du deuxième volet 

La famille McCallister s'apprête à passer les vacances de Noël en Floride. Les parents, Kate et Peter McCallister, font attention de ne pas oublier leur fils Kevin, comme ils l'avaient fait un an auparavant. Mais dans l'effervescence du départ, le garçon se trompe d'avion et embarque par mégarde pour New York. Grâce à la carte de crédit de son père, il visite la ville qui ne dort jamais, et séjourne au luxueux palace Plaza Hotel, situé en face de Central Park.

Les deux cambrioleurs, Harry et Marvin, capturés dans l'épisode précédent, se sont évadés de prison et tombent par hasard sur le jeune garçon. Rancuniers, ils le poursuivent à nouveau. Kevin entreprend alors de faire échouer le plan des casseurs flotteurs, renommés « les casseurs poisseux », qui est de braquer un magasin de jouets.

Yelen Bonhomme-Allard

Mon supermarché est un parc d'attractions, visite XXL au pays de la démesure

Nous vous emmenons à Minneapolis, à la découverte du plus grand centre commercial des États-Unis. 520 magasins côtoient un véritable parc d'attractions. Ce concept insolite attire de nombreux consommateurs toute l'année. 

C'est une ville dans la ville. C'est surtout le temple de la consommation à l'américaine. Bienvenue au Mall of America, le plus grand centre commercial du pays. Avec ses 520 magasins et ses 40 manèges, ce supermarché XXL peut accueillir des visiteurs toute l'année et par toute saison. Résultat : 120 000 personnes s'y pressent chaque jour, soit 40 millions d'individus par an, l'équivalant de la population du Canada.

Certaines familles n'hésitent pas à conduire plusieurs heures pour jouir des nombreux divertissements qu'offre le complexe. En additionnant les dépenses liées aux achats, à la nourriture et aux attractions, la facture peut vite devenir salée à la fin de la journée. Une aubaine pour le centre commercial américain qui affiche un taux de fréquentation 30% supérieur à ceux de ses concurrents dispersés dans le pays.

Reportage de Jacques Cardoze, Laurent Desbois et Louise Dewast 

Coincée dans la tempête Harvey, une Française raconte son évacuation

Quand Laura Ismar a quitté la France le 21 août dernier pour devenir fille au pair aux États-Unis, la jeune éducatrice spécialisée était loin d'imaginer ce qui l'attendait. Quatre jours seulement après son arrivée, la tempête Harvey frappe Houston, sa ville d'accueil. Hier, Laura et sa nouvelle famille ont roulé toute la journée pour fuir la montée des eaux. Récit. 

"C'est la panique. Nous sommes en voiture en train d'évacuer vers l'ouest, mais nous ne savons pas vraiment où aller". Il est 13h19, lundi 28 août, lorsque le premier contact est établi avec Laura. Par l'intermédiaire de Facebook, la jeune femme âgée de 22 ans envoie régulièrement des messages ainsi que des photos décrivant le chaos et les inondations qui l'entourent. "Tout le monde parle vite, je ne comprends pas tout. Je sais seulement que la situation est vraiment préoccupante" rédige Laura à la hâte, dont le niveau d'anglais est encore faible.

Capture d’écran 2017-08-29 à 16.19.31

Laura a découvert New York pour la première fois.

En arrivant aux États-Unis, Laura était loin de se douter qu'elle serait un jour témoin d'un tel désastre. Basée pendant quatre jours dans l'État de New York pour une formation, Laura s'envole vendredi dernier pour Sienna Plantation, dans la banlieue sud de Houston, où habite sa famille d'accueil. Inquiète, elle s'informe régulièrement sur internet de la progression de la tempête tropicale, encore catégorisée comme ouragan. Son vol est maintenu, mais un élément la trouble : "L'avion était vide. Il devait y avoir 30 passagers tout au plus. Je me suis demandée si les gens avaient annulé au dernier moment leur voyage".

Malgré quelques turbulences, l'appareil atterrit sans encombres au Texas. L'excitation de la Française dissipe toutes craintes quant à l'approche imminente d'Harvey. Pourtant, ce dernier est proche, avec dans son sillage ses premières manifestations météorologiques. Des pluies torrentielles s'abattent sur la ville pendant tout le week-end, faisant presque déborder la rivière proche de la maison. "Les parents étaient constamment branchés sur les chaînes d'information. Ils ont  même commencé à scanner les documents importants comme les carnets de santé et les passeports" relate Laura.

Un risque d'inondation trop important

Laura comprend que la situation se dégrade hier matin quand le père de la famille fait irruption dans la cuisine. "J'étais en train de préparer des crêpes lorsqu'il nous a dit : Préparez des affaires pour les enfants, préparez des affaires pour vous. Dès que vous êtes prêtes, on y va", se souvient aux mots près la jeune Française. Cette dernière se précipite alors dans sa chambre et pioche au hasard des vêtements qu'elle jette dans un sac. Elle prend également le soin d'envelopper son passeport et son visa dans un sac plastique pour les protéger de l'eau.

Avant de quitter la maison, les parents, Laura et Magdalena, l'autre fille au pair de la famille, mettent en sureté le mobilier et les objets électroniques au premier étage. La famille charge les deux 4x4 stationnés devant la maison et se sépare : Laura accompagne la mère et ses deux fillettes âgées de 4 et 6 ans, tandis que Magdalena suit le père et son fils de 9 ans. "Quand la maman s'est mise à prier, j'ai vraiment paniqué. Je ne comprenais pas tout mais pendant tout le trajet, elle répétait sans cesse : "Thanks God" et "Jésus", se remémore Laura.

Un périple long et dangereux

Capture d’écran 2017-08-29 à 16.18.45

L'inondation des routes rend la conduite difficile.

Les deux véhicules foncent en direction de l'ouest, afin de s'éloigner de la trajectoire de la tempête qui se dirige vers la Louisiane, à l'est de Houston. Assise sur le siège passager, Laura immortalise avec son téléphone les routes complètement inondées. Les aires de jeux, les piscines et les parcs sont submergés. Les marques de signalisation au sol sont invisibles, si bien que la famille roule parfois sur les trottoirs. "Ce n'est que lorsque les roues heurtaient la bordure qu'on s'en rendait compte".

Les yeux rivés sur son portable, Laura est en charge d'informer la mère de famille de l'état des routes. "Nous avions un groupe WhatsApp sur lequel des amis des nous envoyaient constamment des indications sur les itinéraires à prendre". 

300 km en 7 heures 

Soudain, la voiture conduite par le père tombe en panne. Impossible de la redémarrer. Son fils, Magdalena et lui sont alors secourus par un groupe de résidents mexicains qui les transportent dans leur remorque jusqu'au second véhicule, où ils s'entassent avec le reste de la famille. Par chance, un convoi de la Garde nationale qui se dirigeait vers Houston les aide à tracter le véhicule immobile hors de l'eau. "Nous avons été obligés de l'abandonner sur un pont, en espérant le retrouver intact au retour" confie Laura, abasourdie par le souvenir de cette scène chaotique. "Je me croyais dans un film".

Capture d’écran 2017-08-29 à 16.33.09

Magdalena et Laura gardent le sourire malgré cette incroyable aventure.

La famille texane pose finalement ses valises dans un hôtel d'Austin vers 18h00. Il aura fallu sept heures pour parcourir les 300 kilomètres séparant les deux villes. En temps normal, trois heures suffisent. Laura peut enfin rassurer ses parents en France. Pour la première depuis son arrivée dans le pays, elle voit enfin le soleil. "En une semaine, j'ai dû faire face à un ouragan. Malgré tout, cette épreuve ne m'a pas donné envie de rentrer en France".

Yelen Bonhomme-Allard 

Ouragan Harvey : quatre histoires insolites pendant l'horreur

Depuis vendredi 25 août, l'État du Texas fait face aux assauts de l'ouragan Harvey, rétrogradé en tempête tropicale. Dans les inondations, trois personnes ont trouvé la mort, mais, selon le gouverneur Greg Abbott, il est encore trop tôt pour dresser un bilan humain officiel. De nombreux quartiers sont encore inaccessibles aux sauveteurs. 

Un prête embarque sur un kayak pour acheter du vin de messe

Dimanche 27 août, David Bergeron, prêtre Canadien Français, est devenu le héros de sa communauté. Interrogé au micro de la chaîne ABC 13 sur son embarcation, le religieux a expliqué qu'il voulait remonter le moral aux habitants en officiant la messe. À bord de son kayak, il s'était donc donné pour mission d'acheter du vin de messe. Malheureusement, une fois amarré à l'épicerie, il a réalisé que la vente d'alcool est interdite le dimanche matin avant midi à Houston. "Je ne suis pas habitué à acheter de l'alcool si tôt le matin" a-t-il raconté au journaliste en riant.

Une maison de retraite évacuée grâce à un tweet

Capture d’écran 2017-08-28 à 16.25.19

© Compte Twitter de Timothy McIntosh

Le cliché a été relayé 4 500 fois sur Twitter. Dimanche 27 août, Timothy McIntosh a publié sur le réseau social une photo à la demande de sa belle-mère, gérante de la maison de retraite Vita Bella, située à Dickinson (Texas). Plusieurs personnes âgées - 18 au total - y apparaissent prisonnières des eaux, immergées jusqu'à la taille, dans l'attente des secours. Au premier plan, l'une des résidentes semble prendre son mal en patience en s'adonnant au tricot.

Suite à la publication de cette image, les internautes ont été sceptiques tant la scène est surréaliste. Interrogé par le Daily News, David Popoff, coordinateur des urgences de la ville, a cependant confirmé la prise en charge de tous les retraités : "Nous avons évacué des grands-mères et des grands-pères". Le lendemain, Timothy McIntosh a de nouveau publié un message indiquant que les pensionnaires, ainsi que les chats de l'établissement, étaient tous sains et saufs. Il a également tenu à remercier les internautes pour le partage de l'information.

Un homme pêche à domicile, dans son salon inondé 

Comme des milliers d'habitations, la maison de cette famille texane n'a pas été épargnée par la tempête tropicale. Mais au lieu de s'apitoyer sur son sort, cette famille a fait de ce tragique événement un moment de rigolade. Viviana Saldaña a publié sur Facebook, dimanche, une vidéo de son père en train de pêcher à mains nues dans le salon. Après quelques plongeons ratés, l'homme est parvenu à attraper sa proie sous les exclamations hilares de sa famille. 

Un journaliste reçoit des bières à l'antenne

Vendredi 25 août, Casey Stegall, reporter de la chaîne de télévision FOX News est apparu en direct le visage fouetté par les trombes d'eau. Devant la caméra et les téléspectateurs, il a lutté de longues minutes face à des conditions météorologiques particulièrement violentes. Quand soudain, le journaliste s'est fait interrompre par une habitante du Texas - elle aussi trempée jusqu'aux os - venue lui offrir des canettes de bière.

Une attention manifestement très apprécié par le professionnel : "Ce sera très sympa après ce direct sur la tempête" a-t-il déclaré en prenant dans ses bras sa bienfaitrice. Quelques heures plus tard, Casey Stegall a tenu personnellement à remercier le geste de cette femme sur son compte Twitter. "Voilà ce que j'appelle un CHOUETTE photobomb ! Elle a été vraiment adorable et m'a pris dans ses bras…Un moment de légèreté dans un reportage sur un sujet grave".

Yelen Bonhomme-Allard