Candidats #4: Scott Walker, un favori en Harley

La course pour les primaires républicaines est toujours aussi confuse, avec déjà plus d'une dizaine de candidats déclarés et toujours de nouveaux entrant. Pourtant, la première primaire (techniquement, un caucus) du parti, disputée dans l'Iowa, a trouvé son favori. Scott Walker, gouverneur du Wisconsin.

C'est le portrait de cette semaine, par Valérie Astruc.


Candidats #4: Scott Walker by ftv-geopolis

1Qui est Scott Walker?

Scott Walker, c'est un peu votre voisin qui souhaiterait devenir président. Rien au cours de sa vie ne le distingue des autres candidats à part, justement, son côté ordinaire. Fils d'une libraire et d'un prêtre baptiste, il mène une carrière banale dans le privé. Au milieu de docteurs, de PDG, de politiciens de carrière formés dans les universités de la Ivy League, Scott Walker abandonne l'université de Marquette sans diplôme, pour un emploi chez IBM avant d'entrer à plein temps en politique.

Ce côté simple et « blue collar » (les ouvriers par opposition aux employés de bureau « white collars ») plaît énormément aux républicains, tout comme le bilan de Scott Walker à la tête de son état du Wisconsin, un ancien bastion démocrate qu'il tient depuis 2011. Dans cette place forte, Walker a même réussi à triompher des puissantes « unions », les syndicats de travailleur, en établissant un « droit au travail » (les employés peuvent choisir de ne pas être représentés par les syndicats dans les conventions collectives) et en abolissant certains acquis sociaux.

Ce fait d'arme, Walker en à fait son fer de lance. Une de ses citations « Nous avons besoin d'un président qui puisse faire reculer l'islamisme. Si j'ai battu des centaines de manifestants, je peux le faire à travers le monde. » a été souvent détournée, mais elle représente bien le personnage Scott Walker: Un homme déterminé mais inexpérimenté, du sang neuf chez les conservateurs, qui plaît visiblement aux électeurs et aux financiers.

2Quel est son programme?

Fidèle à son image de champion des américains moyens, Scott Walker se bat avant tout sur les questions économiques plutôt que sociales. Il se distingue aussi par une certaine capacité à jouer la girouette sur des sujets sensibles, particulièrement l'immigration.

Economie: C'est le dada de Walker, qui se décrit lui même comme un candidat « fiscal ». Dans la lignée de ses victoires contre les syndicats, il veut procéder à de vastes campagnes de dérégulation du marché de l'emploi et d'allègement des taxes sur les entreprises. Walker est un défenseur fervent du marché libre, dans la ligne économique la plus pure du parti. Il faut toutefois noter que contrairement à un Rand Paul, Walker n'est pas un extrémiste, il ne propose par exemple qu'une réduction progressive du budget.

Société: Sur les questions sociales, Scott Walker ne se distingue pas du reste des candidats républicains. Il respecte à la lettre la plate-forme conservatrice, anti-avortement, anti-mariage gay, pro-armes. Toutefois, contrairement aux candidats évangélistes et aux membres du Tea Party, Walker ne fait pas des questions de société son cheval de bataille. Il entend dans la plupart des cas laisser le choix aux états, et a d'ailleurs déclaré sur la mariage gay qu'il considérait une décision de la Cour Suprême comme définitive et ne chercherait pas à la combattre politiquement.

Immigration: Un sujet sensible pour Walker, qui a montré sa capacité étonnante à jouer la girouette idéologique. Il a d'abord fait partie des républicains les plus modérés, offrant aux immigrés illégaux un « chemin vers la citoyenneté » avant de virer à droite toute et de réclamer une frontière imperméable et aucun droit supplémentaire pour les illégaux, puis de retourner dans le premier camp. Des pirouettes qui démontrent pour certains son inexpérience des questions nationales, avec lesquelles il adapte souvent son discours à son auditoire.

International: Attention, lacunes. Walker s'est bien gardé de donner des détails sur son plan de renforcement des financements de l'armée et le retour des GI en Irak, histoire de ne pas attirer l'attention sur son point faible. Rien de rédhibitoire dans la course à l'investiture, mais il faudra aussi faire le poids face à Hillary Clinton, une ancien secrétaire d'état spécialiste des questions internationales.

3Quelles sont ses chances?

En un mot, élevées. Walker est un candidat capable de rassembler les républicains, avec une personnalité neuve et un programme conservateur classique. Le parti pourrait voir l'attrait d'une personnalité à l'opposé de celle d'Hillary Clinton, un homme jeune, hors de l'establishment, conservateur, qui dispose en plus de l'appui des puissants frères Koch face aux démocrates.

Autre atout: l'Iowa. Walker se présente en favori dans le tout premier caucus de la campagne. Dans une campagne ou il sera très difficile de se faire un nom en raison du nombre de candidats, quelques victoires initiales pourraient bien faire toute la différence.

En revanche, Walker pourrait avoir du mal à rassembler au delà de ses bases. Les républicains conservateurs et les centristes n'apprécient guère son inexpérience et son intransigeance, comme le montre l'édito virulent publié par un stratège républicain sur CNN intitulé: « Et si Scott Walker n'était pas qualifié? ». De plus, Walker n'a pas le profil pour aller braconner sur les terres démocrates, comme Marco Rubio pourrait le faire pour les latinos par exemple.

CHANCES DE DEVENIR PRÉSIDENT DES ETATS-UNIS: De très bonnes chances d'être nommé candidat républicain. Ça reste à voir pour la présidentielle elle-même.

T.L

 

Publié par France 2 Washington / Catégories : Non classé

A lire aussi

  • Aucun article