Earth Day, la Saint-Valentin de l'écologie?

Happy Earth Day! Le 22 avril, il est difficile d'échapper aux célébrations qui fleurissent à travers les Etats-Unis. Twitter se recouvre de photos de pots de fleurs, les écoliers mènent des opérations de nettoyage bienvenue, les conférences sur l'écologie se multiplient dans les lieux publics et pendant 24h, le premier pollueur mondial ne parle que d'environnement.

A sa création en 1970, suite à une fuite de pétrole à Santa Barbara en Californie, le Earth Day avait entraîné une série de lois environnementales d'importance. L'agence de protection de l'environnement américaine avait été créée la même année, la loi de protection de l'eau passée en 1972 et celle sur la protection des espèces en danger en 1973.

Depuis, les Etats-Unis sont de retour à la traîne. La dernière loi environnementale signée dans le pays date de 1990, visant à réduire le nombre de pluies acides. Depuis, le pays a snobé les accords de Kyoto et l'accord particulier signé avec la Chine a tout d'un paravent. L'administration Obama à beau faire quelques efforts dans le sens de la lutte contre le réchauffement climatique, l'ensemble des textes proposés en ce sens ont été rejetés par le Congrès républicain.

Le discours prononcé par Obama dans les Everglades, ou il s'attaque notamment aux climato-sceptiques, a le mérite d'exister. Mais il ne devrait pas changer grand-chose sans de meilleurs appuis politiques et populaires.

Hélas, comme en témoigne si bien Twitter, Earth Day est devenu à l'écologie ce que la Saint-Valentin est à la romance. Une bonne opportunité d'en parler, à condition d'accepter une avalanche de sponsors et de campagnes marketing dédiée. La plupart des grandes et petites marques et organisations américaines font parler d'elles. Petit florilège:

La meilleure solution pour l'environnement est-elle de retirer des humains? En tout cas, le fabricant d'armes à feu Glock vous souhaite un joyeux Earth Day.

L'industrie du fast-food, notoirement adepte des bonnes pratiques environnementales, vous présente sa planète rêvée.

Difficile de trouver plus eco-friendly que l'industrie de l'automobile. General Motors vous donne des leçons pour préserver la planète (sic).

Si l'on devait présenter un dernier exemple de la vacuité commerciale dans laquelle s'est engoncée le Earth Day, on pourrait citer le grand concert organisé à Washington le 18 avril dernier.

Tandis que les conférenciers avaient du mal à se faire entendre face à une foule distraite, c'est bel et bien les performances des stars -Usher, No Doubt, Fall Out Boy- qui ont attiré plusieurs dizaines milliers de personnes. Comme le note le Washington Post avec ironie, le mouvement spontané s'est transformé en opportunité commerciale dont les sponsors officiels comptent Google, Caterpillar ou encore Toyota. Un dernier morceau d'ironie, les spectateurs du concert le plus écolo de l'année ont laissé le fameux Mall dans un état...discutable.

T.L

Publié par France 2 Washington / Catégories : Non classé

A lire aussi

  • Aucun article