« Je ne pourrai pas vous embrasser une dernière fois. J’avais toute la vie devant moi » : les conversations téléphoniques bouleversantes de ce couple d’italiens

La Repubblica

Ils étaient partis à Londres pour travailler. Ils y ont trouvé la mort. Gloria Trevisan et Marco Gottardi, deux jeunes architectes italiens originaires de la Vénétie, au nord-est de l’Italie, sont décédés dans le gigantesque incendie qui a ravagé un immeuble de 24 étages à Londres, mercredi.

Gloria et son petit-ami Marco étaient à Londres depuis 3 mois et vivaient au 23ème étage de la Grenfell Tower, dans le quartier de Kensigton. Elle avait trouvé un travail payé 1406 livres par mois et était très contente de commencer une nouvelle carrière dans la capitale britannique. Dans la nuit de mardi à mercredi, les deux jeunes ont réussi à appeler leurs parents pour les tenir au courant, heure par heure, de l’avancée du drame.

Le contenu de ces conversations téléphoniques est glaçant.

Peu avant minuit, la jeune femme de 26 ans appelle ses parents pour leur dire qu’un feu vient de se déclencher au 3ème étage de l’immeuble. A ce moment-là, elle et ses parents sont sûrs que le feu va être éteint par les pompiers. Et qu’il n’atteindra par leur appartement, situé au 23ème étage.

A 2h du matin, Gloria devient plus nerveuse. Au téléphone, sa mère demande à parler à son petit ami, Marco, qui la rassure : « Les pompiers sont là, tout va bien. »

Une heure après, les parents de Gloria sont toujours devant leur poste de télévision, chez eux, près de Padoue, en Vénétie. Ils suivent en direct les flammes qui détruisent l’immeuble de leur fille, tout en la tenant au téléphone.

« Nous ne pouvons pas sortir, nous sommes bloqués »

« Nous ne pouvons pas sortir, nous sommes bloqués » s’inquiète Gloria. De son côté, Marco a joint son père, Giannino. Il décrit la même situation : «  Il y a beaucoup de fumée, mais ne t’en fais pas, nous attendons les secours. Nous avons ouvert la porte d’entrée mais il y a tellement de fumée que nous ne pouvons pas sortir. Les ascenseurs sont bloqués. »

Le dernier appel a lieu précisément à 4h07, heure italienne, quand les fumées pénètrent dans l’appartement de Gloria et Marco. « Je suis tellement désolée, je ne pourrai pas vous embrasser une dernière fois. J’avais toute la vie devant moi. Ce n’est pas juste. Je ne veux pas mourir. Je voulais vous aider, vous remercier pour tout ce que vous avez fait pour moi » dit la jeune femme à ses parents, dans ses derniers instants. « Je vais au paradis, je vous aiderai de là-bas. »

Le père de Marco a fait ce récit à la presse italienne : « Lors du premier appel ils nous ont dit de rester calme, que la situation était sous contrôle. Mais la seconde fois - et je ne peux me l’enlever de la tête - il m’a dit qu’il y avait de la fumée, que beaucoup de fumée était en train d’arriver. » « Il n’y a rien de plus que l’on puisse faire à part attendre un miracle » lui a dit son fils.

Sur Instagram, une photo en noir et blanc du studio, prise quelques mois auparavant par Gloria Trevisan, est partagée par les internautes. Deux chaises, l'une à côté de l’autre, et des fenêtres closes. Avec une superbe vue, la nuit, sur les toits et les lumières de Londres. Un appartement qui, cette nuit-là, s’est transformé en véritable piège.

Capture

Publié par Alban Mikoczy / Catégories : Non classé

A lire aussi

  • Aucun article