Ferrari : le coeur d'une légende

C'est à Maranello, situé à 20 km de Modène en Italie, que les ouvriers assemblent les joyaux de cette automobile qui en fait rêver plus d'un : la Ferrari.


C'est ici à Maranello en Italie, que depuis toujours, bat le coeur de Ferrari. Un site mythique grand comme 80 terrains de football : une ville dans la ville. Pouvoir entrer dans la firme italienne est rarissime. Ici, la technologie est ultra-moderne, mais la fabrication est restée artisanale. Chaque pièce mécanique est fondue sur place par les ouvriers de la maison. Elle est ensuite contrôlée au dixième de millimètre près.

Une production limitée à 20 voitures par jour

Une fois assemblée, le moteur, le coeur du véhicule, rejoint la chaîne de montage. C'est dans cette usine que sont fabriquées toutes les Ferrari du monde même si le principe de base est la rareté. Il ne s'agit donc pas d'une fabrication en série. Pour préserver cette rareté, Ferrari limite volontairement sa production à 20 voitures par jour. Il n'y a presque pas d'automatisation, tout est basé sur le professionnalisme de leurs techniciens. La chaîne avance une fois tous les quart d'heure à un rythme très lent.
Autre particularité, chacun de ces véhicules a déjà un propriétaire. Il attend souvent depuis deux ans sa Ferrari qui sera unique ou presque. Toutes les finitions sont faites à la main, par une armée de couturières. Comme leurs collègues masculins, elles sont très bien rémunérées puisqu'elles peuvent gagner jusqu'à 8.000 euros de prime chaque année. Pour comprendre jusqu'où va la personnalisation des Ferrari, nous sommes allés dans un lieu unique où seuls sont admis les clients de la marque. Ici, aidés d'un designer, ils peuvent tout choisir de leur future voiture. Le volant, les sièges, les garnitures. Tout, jusqu'au moindre détail. Alors, elles deviennent unique, et d'une valeur inestimable. Pour un modèle personnalisé, il faut compter 230 000 euros. Des prix qui ne semblent pas être un frein au succès. L'an dernier, la marque au cheval cabré a dépassé tous ses records.

A lire aussi