Cuba / USA : la diplomatie secrète du Vatican et l'effet Pape François

Annonce soudaine, après 52 ans de gel, Washington et La Havane renouent des liens.
Dans la bouche de Barack Obama et de Raul Castro les même remerciements pour l'intercession du Vatican.
Depuis 18 mois, dans l'ombre, émissaires et missi dominici ont oeuvré.
L'immense popularité de François, encore plus forte sur le continent américain qu'en Europe a fait son oeuvre.

Jamais souverain Pontife n'aura mieux mérité son nom. Celui qui bâtit des ponts.

Ecoutez son premier commentaire, ce 18 décembre 2014 à l'occasion de la présentation par un groupe de nouveaux ambassadeurs près le Saint Siège de leurs lettres de créances

Les hommes de François ont aussi mis tout leur poids dans la balance.

Pietro Parolin, secrétaire d'Etat soit chef du gouvernement de l'Eglise était encore nonce apostolique au Vénézuela il y a à peine plus d'un an.
Une grande proximlité avec cuba qui s'est révélée utile.
Depuis son arrivée à Rome, sa présence au sommet de la hiérarchie du Vatican a aidé.
Il avait rencontré à deux reprises au moins le secrétaire d'Etat américain John Kerry, la dernière fois en début de semaine.

Vatican Kerry

Son prédécesseur aussi, le cardinal Tarcisio Bertone. il était comme par hasard à Cuba le 12 décembre dernier.
C'est lui qui avait installé le 26 août 2014 une réplique de la Vierge de la Charité de Cuivre; vénérée par tous les cubains, castristes et non castristes; dans les jardins du Vatican.

IMG_6888

A cette occasion, la délégation d'évêques caribéens qui avait apportée la statue à Rome avait également transmis des messages en provenance de La Havane.

Sans compter l'influence de Monseigneur Giovanni Angelo Becciu, numéro deux de la sécrétairie d'Etat du Vatican.

becciu

Comme par hasard, avant de prendre ses fonctions au Saint siège, il était nonce apostolique; ambassadeur du Pape; à Cuba !

A lire aussi