Aamir Khan, mégastar et nouvel ambassadeur de l’Unicef


Le célèbre acteur de Bollywood Aamir Khan a été nommé ambassadeur de l'Unicef pour la nutrition mercredi. Il succède ainsi au non moins célèbre Amitabh Bachchan ainsi qu'à l'actrice indienne Priyanka Chopra.


Acteur, réalisateur, scénariste et producteur de films Bollywood, la superstar Aamir Khan est devenu mercredi 30 novembre à New Delhi le nouvel ambassadeur de l’Unicef pour la nutrition en Inde. A 46 ans, ce « touche-à-tout » du cinéma indien a promis de faire de son mieux pour améliorer la situation de la malnutrition dans le sous-continent.

« C’est une vraie responsabilité. Le futur de notre pays dépend de la bonne santé physique et morale de nos enfants ». Alors qu’en Inde, un enfant sur deux est en situation de malnutrition, Aamir Khan a annoncé qu’il mettrait à profit sa célébrité pour toucher le plus grand monde. « L’objectif est d’utiliser toutes les plateformes publiques - télé, journaux, radios, peintures murales ou affiches - pour expliquer aux parents les risques de la malnutrition pour leurs enfants. Nous leur parlerons également de leurs droits, et comment il leur est possible de bénéficier des actions du gouvernement dans ce domaine ».

La star de Lagaan, Rang de Basanti et Dil Chahta Hai travaillera surtout à réduire la malnutrition chez les enfants de moins de deux ans. « Il faut commencer par traiter le problème en amont, et s’assurer que les mères ont assez à manger pendant leur grossesse ». Environ un tiers des nourrissons sont sous-alimentés à la naissance selon l’Unicef, dû aux carences alimentaires des mères.

Après Amitabh Bachchan et Priyanka Chopra, Aamir Khan est la troisième star de Bollywood à représenter le Fonds d'urgence des Nations Unies pour l'enfance en Inde. « C’est un ambassadeur rigoureux, qui a déjà montré à plusieurs reprises qu’il était concerné par la condition des enfants, » a commenté Karin Hulshof représentante de l’Unicef à New Delhi.

Apprécié et reconnu pour se dédier aux causes qui lui tiennent à cœur, le "perfectionniste de Bollywood" est le représentant du ministère pour le développement de la femme et de l'enfant. Il a également abordé le sujet de la dyslexie dans son film Taare Zameen Par. « Il a les pieds sur terre, et s’impliquera entièrement dans cette cause. Nous sommes chanceux de l’avoir à nos côtés, et espérons un jour pouvoir dire 'All is well'... » conclut Karin Hulshof.

Adeline Bertin.

A lire aussi