"Au coeur de l'histoire du Brexit" : ce que révèle le livre de Craig Oliver sur le 10 Downing Street

D'après le livre, Theresa May a été surnommée "May le sous-marin" par les partenaires de David Cameron pendant la campagne. (Getty Images)

Dans son nouveau livre, Craig Oliver, l'ancien directeur de la communication de David Cameron, accuse Theresa May, actuelle Première ministre britannique, de ne pas avoir soutenu suffisamment son prédécesseur lors de la campagne du Brexit en juin dernier. Révélations depuis le 10 Downing Street.

51F4IhPVOGL._AC_UL320_SR208,320_Tensions chez les Torries, le parti conservateur britannique. Dans des extraits de son livre intitulé "Les démons déchaînés : au coeur de l'histoire du Brexit" ("Unleashing Demons: The Inside Story Of Brexit"), publiés dans le Daily Mail ce dimanche, l'ancien directeur de la communication de David Cameron, Craig Oliver, critique violemment le comportement de l'actuelle Première ministre britannique et ancienne secrétaire d'État à l'Intérieur durant la campagne sur le référendum européen.

 

 

 

Theresa May accusée d'avoir abandonné David Cameron pendant la campagne du Brexit

Cette dernière est critiquée par l'auteur pour avoir laissé David Cameron "se battre tout seul" pendant la campagne. Dans son livre, l'ancien directeur de communication raconte que l'entourage du Premier ministre avait pris l'habitude de surnommer Theresa May "May le sous-marin", en raison de sa fâcheuse tendance à disparaitre à chaque fois que le Premier ministre lui demandait de le soutenir. "Visiblement à bout de nerfs", il lui aurait "passé un savon" par téléphone, raconte le Guardian.

Dans son texte, l'un des plus proches conseillers de David Cameron critique également Boris Johnson. Il décrit l'ancien maire de Londres comme une personne pleine de contradictions entre le "Leave" et le "Remain", particulièrement pendant le week-end à la fin duquel il s'est finalement prononcé en faveur du Brexit.

3500

Craig Oliver, ancien directeur de la communication de David Cameron, a promis un livre plein de détails et d'anecdotes croustillantes. ( Toby Melville/Reuters)

5197vbr39TLMais les critiques ne s'arrêtent pas là. Un autre livre intitulé "Une guerre sans relâche : comment le Brexit a fait couler la classe politique britannique" ("All Out War: The Full Story of How Brexit Sank Britain’s Political Class, ") écrit par le rédacteur en chef du service politique de The Sunday Times, Tim Shipman, et dont la sortie est prévue le 6 octobre, enfonce le couteau dans la plaie.

D'après l'ouvrage, David Cameron aurait qualifié Theresa May de "peureuse". Cette dernière lui aurait en effet conseillé d'abandonner ses plans alors que David Cameron souhaitait renforcer le contrôle de l'immigration au Royaume-Uni en mettant en place un "frein à main d'urgence". Elle aurait refusé de le soutenir face à  la chancelière allemande Angela Merkel et face aux autre leaders européens pout leur demander l'autorisation de limiter le nombre de migrants sur son territoire.

Le livre de Craig Oliver s'appuie sur des discussions avec David Cameron et sur des notes prises durant les différents meetings avec les dirigeants politiques :

"Mon livre décrit ce que cela faisait d'être aux côtés de David Cameron durant la campagne du Brexit et pourquoi, malgré tout ses efforts pour rester dans l'Union européenne, il a perdu, et a dû quitter Downing Street. Mon récit est basé sur des notes et sur un journal, issus des meetings auxquels j'ai assisté, notamment avec Barack Obama, Angela Merkel, Boris Johnson ou encore Theresa May. Je ne voulais pas dévoiler l'histoire trop tôt, car je pensais que nous allions gagner", a déclaré Craig Oliver au Daily Mail.

Celui qui a rejoint l'équipe de David Cameron en 2011 raconte que le Premier ministre s'est senti frustré de "l'incapacité de Theresa May à prendre une décision" avant le début de la campagne du référendum européen. Il l'accuse notamment d'avoir échoué à soutenir David Cameron à treize reprises avant de finalement "prendre position" en faveur du "Remain" (rester), "à contrecoeur".

Camille Soligoavec Loic De La Mornais

A lire aussi