Une chaine de burgers britannique piège ses employés sans-papiers

La chaîne de burgers britannique Byron est accusée d'avoir organisé un traquenard pour aider la police à arrêter une trentaine de ses employés, en situation irrégulière. De nombreuses entreprises ont déjà collaboré avec les forces de l'ordre mais c'est la première fois qu'une enseigne aurait piégé ses propres employés et organisé l'opération. Sur internet, l'affaire fait déjà beucoup de bruit.

C'est la chaine de restaurants qui fait parler d'elle en ce moment au Royaume-Uni: pas pour une histoire de viande de cheval ni d’embauche frauduleuse mais à cause d'un traquenard vicieux pour aider la police à arrêter des travailleurs en situation irrégulière. Le 4 juillet, des dizaines d’employés étaient invités à suivre une journée de formation dans 15 des 65 restaurants Byron de la capitale. Mais en arrivant ce matin là, à 9h30, les salariés ont été accueillis par les forces de l’ordre. Selon le journal The Sun, la police a ensuite sorti une liste de noms avec photos et a commencé à faire l’appel.

Les descentes de police sont plutôt courantes et sont en général effectuées de manière aléatoire mais selon plusieurs salariés interrogés dans la presse, il s’agirait d’un coup monté par l’enseigne : « Ils nous ont appelés un à un. Ils  voulaient arrêter 6 salariés, mais deux d’entre eux n’étaient pas là. »

Certains travailleurs rappellent, par ailleurs, que les employés arrivent généralement à 11h00 et qu'il est évident que l'enseigne était de connivence. Au total 35 employés de nationalités albanaise, brésilienne, népalaise et égyptienne ont été arrêtés. Sur place, tout le monde est sous le choc : « Certains travaillent depuis plus de quatre ou cinq ans pour la compagnie, on n’a même pas pu dire au revoir à nos collègues. » Selon le quotidien El Iberico, journal en langue espagnol basé à Londres, au moins 15 restaurants de la chaîne ont été visés et une centaine de salariés se cacheraient toujours.

Byron plaide la coopération
Le ministère de l'intérieur a confirmé le nombre d'arrestations et a expliqué que "l'opération avait été organisée avec la pleine coopération de Byron", mais a démenti les accusations de guet appens: "Les forces de l'ordre ont préalablement enquêté pour procéder à l'arrestation de 35 travailleurs illégaux". Byron ne sera pas tenu responsable de ses embauches illégales, la chaine verifie l'identité de ses employés qui ont donnés des documents falsifiés". Dans un communiqué, la chaine de restaurants a également confirmé le raid : "Ces visites sont le résultat du travail d'investigation  des forces de l'ordre qui ont suspecté que les salariés présentaient des faux papiers pour travailler."

Screen Shot 2016-07-29 at 11.40.28

Sur internet, la mobilisation s'organise
Depuis, les réactions fusent sur la toile. Un appel a été lancé sur les réseaux sociaux pour inviter les fans de burgers à boycotter les restaurants de la chaîne qui compte une soixantaine de restaurants dont plus de la moitié dans la capitale britannique. Sur Twitter, cette jeune britannique cherche déjà "un nouvel endroit favori pour manger des burgers".
Screen Shot 2016-07-29 at 11.30.09
D'autres, à l'inverse, saluent ce "geste citoyen" de l'entreprise et encouragent les gens à aider l'Office national de l'immigration britannique à lutter contre les fraudes :
Screen Shot 2016-07-29 at 11.31.51
Un appel à manifester lundi prochain devant le restaurant Byron de Holborn, dans le centre de Londres a été lancé sur Facebook.
 Laura Kalmus avec Loïc De La Mornais 

A lire aussi