Les JO du Prince Harry pour les blessés de guerre

Ce matin, au pied de Tower bridge, le Prince Harry a annoncé les Invictus games, qui se tiendront à Londres du 10 au 14 septembre. Comme durant les Jeux olympiques, différentes nations s'affrontent. Mais les athlètes sont des soldats, vétérans ou toujours en service, de l'armée britannique, blessés au combat.

Certains sont en fauteuil roulant, d'autres dévoilent des jambes artificielles. Tous sont très souriants : les sportifs sélectionnés pour représenter le Royaume-Uni durant les Invictus games ont reçu ce matin un encouragement royal, celui du Prince Harry, à l'origine de l'initiative.

Sous le soleil londonien, le Prince Harry a exprimé son soutien à ces 130 athlètes, hommes et femmes, qui défendront les couleurs du Royaume-Uni du 10 au 14 septembre. Les jeux se tiendront à Londres, en grande partie dans les infrastructures construites pour les Jeux olympiques de l'été 2012. Ces sportifs vêtus de maillots rouges et noirs ont tous combattu aux côtés des British Armed Forces. La plupart ne guérira pas des blessures laissées par la guerre, l'Afghanistan pour beaucoup. Mais peu importe : avec le sport, ils ont retrouvé une forme d'engagement.

Le Prince Harry a exprimé son soutien aux athlètes.

Le Prince Harry a exprimé son soutien aux athlètes.

Le papier où est inscrit son discours s'envole ? Qu'importe, le Prince en rit, et le rattrape au vol. Un chien aboie pendant son discours ? Il s’interrompt, sourit et questionne : "A qui est ce chien ?" C'est en fait la mascotte des jeux. Naturel, détendu, l'homme au sang bleu - c'est ainsi que l'on désigne l'aristocratie - semble sincèrement heureux d'être là. Peut-être parce que le plus populaire membre de la famille royale connaît la réalité de la guerre. Il est parti deux fois en Afghanistan, en 2007-2008 et en 2012-2013.

"Tellement de prothèses, de chiens, de chaises roulantes, de voitures puissantes, de 4x4, de tatouages... On a tout ici, ça ne pouvait être que les Invictus games", a plaisanté le Prince.

Parmi la dizaine de sports représentée aux Invictus games se trouvent l'athlétisme, l'aviron, le basket-ball, le rugby et le volley-ball (en chaises roulantes). Au total, 14 pays s'affronteront : le Royaume-Uni mais aussi la France, l'Afghanistan, l'Australie, le Canada, le Danemark, l'Estonie, l'Allemagne, la Géorgie, l'Irak, l'Italie, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande et les Etats-Unis.

"Il y encore des tas de billets en vente", a annoncé le Prince Harry. Avant de se reprendre : "Enfin, pas des tas, mais quelques-uns !" Les places coûtent 12,85 livres, soit 16 euros.

Les Invictus Games se tiennent du 10 au 14 septembre.

Les Invictus Games se tiennent du 10 au 14 septembre.

Le capitaine de l'équipe britannique s'appelle Dave Henson. Il a perdu ses jambes en Afghanistan. "Quand j'ai été blessé, j'ai pensé que c'était bon, ma vie était finie. Le regain de confiance que m'a apporté le sport a été énorme et être sélectionné au sein de l'équipe britannique est un immense honneur", a-t-il déclaré.

Aux côtés des athlètes, le Prince Harry a pris le temps de serrer chaque main, a échangé quelques mots gentils, enchaîné les selfies. Ray Lowrie est ravi d'avoir rencontré le Prince. La spécialité de ce sportif ? L'aviron. Il s'entraîne pour les Invictus games depuis l'été 2013, aux côtés de sportifs sans handicap. Comme ça, il oublie sa différence. Cette jambe en moins, résultat d'un entraînement pour la Marine en Norvège qui a mal tourné. Il préfère parler de son sport que de sa blessure : "Je m'entraîne cinq jours par semaine. Les Invictus games ne sont qu'une première étape. Mon but est de participer aux Jeux paralympiques."

Ray Lowrie s'entraîne quotidiennement depuis un an.

Ray Lowrie s'entraîne quotidiennement depuis un an.

 

Le but des Invictus games est d'utiliser le pouvoir du sport pour accompagner la guérison, aider la rééducation et générer une meilleure compréhension et un plus grand respect de ceux qui servent leur pays. "Invictus" signifie "invaincu" en latin... Ces athlètes, que la guerre n'a pas épargnés, le sont, sans aucun doute.

Céline Schoen

A lire aussi