Les roux en voie d'extinction ?

Les roux, premières victimes du changement climatique ? Selon une étude écossaise, le gène responsable de la couleur de cheveux popularisée par le Poil de carotte de Jules Renard se développe à cause d'une météo nuageuse, très caractéristique à l’Écosse. Or le réchauffement - synonyme de plus de soleil - pourrait mettre en péril le développement de ce gène.

C'est la fin d'un règne pour ce gène. Les cheveux roux flamboyants risquent de ne pas faire de vieux os, indique The Independent, qui revient sur une étude menée en Écosse. Elle montre que le réchauffement climatique pourrait mettre en péril le développement de ce gène. En effet, la mutation génétique à l'origine de cette couleur de cheveux résulte du faible ensoleillement auxquelles les cellules sont exposées. Dès lors, si les prédictions de hausse de température se révèlent exactes, elles pourront entrainer une moindre apparition de ce gène.

Les chercheurs se sont penchés plus particulièrement sur le Royaume-Uni, dont les régions du Nord sont celles qui connaissent le taux d'ensoleillement le plus faible. "Nous pensons que les cheveux roux en Écosse, en Irlande et dans le Nord de l'Angleterre sont une adaptation au climat", éclaire le docteur Alistair Moffat, le directeur du laboratoire de recherches Scotland DNA.

Il ajoute : "La cause de la peau claire et des cheveux roux est que nous ne recevons pas assez de soleil et que nous devons absorber toutes les vitamines D possibles. [...] Si le climat change et que le temps devient plus ou moins nuageux, alors cela va affecter le gêne."

Ainsi, si le ciel devient moins nuageux et qu'il y a plus de soleil, alors moins de gens porteront ce gêne. Mais rassurons-nous, la fin des roux n'est pas pour demain : "Cela prendra des années à avoir lieu", admet le scientifique.

Seulement 1 à 2% de la population mondiale a des cheveux roux... sauf en Écosse, où cette part atteint 13%. Mais alors, à en croire cette étude, le Prince Harry serait-il le dernier membre de la famille royale à arborer une crinière à la couleur tantôt moquée, tantôt adulée ?

Céline Schoen avec Loïc de La Mornais

A lire aussi