Le clubbing en semi-confinement

Au Benelux, le milieu de la nuit se déconfine... doucement. Aucune date de réouverture n’est pour l’instant à l’ordre du jour, alors, après trois mois de portes fermées, certaines boites de nuits tentent d’innover. Aux Pays-Bas, le patron d’un club a décidé d’organiser des sessions musicales de vingt minutes. Dans la pénombre, une dizaines de clients peuvent danser…sur leur chaise ! Et pas le droit d’en bouger.

Autre secteur, pleinement touché par la crise sanitaire et le confinement : le milieu de l’hôtellerie. En Belgique, la quasi-totalité des hôtels sont fermés depuis trois mois, et leurs pertes financières sont abyssales. Depuis huit jours maintenant, ils ont légalement le droit de rouvrir leurs portes, mais l’absence de touristes et d’activité dans les quartiers d’affaires poussent les exploitants à rester fermés.

Un hôtel de Bruxelles a fait, lui, le choix de s'associer avec un organisateur de soirées pour tenter de faire revivre son établissement. Il propose désormais de privatiser une chambre d’hôtel, ou encore la piscine ou la terrasse pour y organiser des soirées, entre amis. Là encore, la règle est stricte : 10 personnes maximum.

A lire aussi

  • Aucun article

A lire aussi

  • Aucun article