Brexit : réactions et scénarii après le vote britannique

Les principaux dirigeants ont mis moins de 3 minutes à réagir. Sur leur compte Twitter, visiblement les déclarations étaient prêtes.

Donald Tusk, le président du Conseil européen, qui représente les chefs d’État est le plus cash : « si un accord est impossible ? Et si personne ne veut de sortie sans accord… Alors qui va avoir le courage de dire quelle est la seule solution positive ? »… Sous entendu, rester dans l’Union.

Jean Claude Juncker, le président de la Commission européenne « a pris note avec regret du résultat du vote, et presse le Royaume-Uni de clarifier ses intentions aussi vite que possible ». « Le risque d’une sortie sans accord, s’est accru » affirme-t-il...

Après ce vote cinglant pour Theresa May, quels sont les scénarii possibles ?

La seule chose, quasi certaine ce soir, c’est qu’il n’y aura pas de Brexit ordonné le 29 mars, comme le prévoyait l’accord. Et l’écart est tel, (432 voix contre 202) que Theresa May ne pourra pas convaincre ses homologues européens qu’un aménagement minime du texte pourrait inverser la tendance… L’écart est trop grand.

Alors tous les scénarii sont possible : une sortie brutale sans accord, à la date prévue ; un report de deux mois, pour se donner une ultime chance avant les élections européennes… voire après, comme le parie ce soir Emmanuel Macron ; une démission de Theresa May, qui va devoir affronter une motion de défiance du parti travailliste ; un nouveau référendum, et avec quel résultat ? Bref, tout est possible. Et personne ne s’aventure à prendre des paris à Bruxelles.

La sortie « sans accord » est plus proche que jamais, sauf que personne n’en veut, excepté quelques dizaines de députés britanniques qui rêvent d’un big bang économique en se débarrassant de l’Union… Pour le reste, des deux côtés de la Manche, on redoute les conséquences sur de nombreux secteurs économiques, la pêche, le transport aérien, les flux financiers… Bruxelles n’a pas non plus envie de voir Londres partir sans régler la facture sur laquelle le Royaume-Uni s’est engagé jusqu’en 2020. Ce sont des dizaines de milliards d’euros qui vont manquer, et déstabiliser le budget de l’UE.

Valéry Lerouge

A lire aussi

  • Aucun article

A lire aussi

  • Aucun article