Harcèlement sexiste dans les transports : et au Brésil alors ?

Crédits : Correio

Ce mercredi 10 février, la France a finalement réintroduit l'article 14, relatif au harcèlement sexiste, au sein du projet de loi de sécurité dans les transports. Une victoire pour les féministes. Et l'occasion de s'intéresser à la question au Brésil.

Selon une étude de 2015 menée par l'association féministe Chega de Fiu Fiu, 64% des femmes brésiliennes ont déjà été victimes de harcèlement sexuel dans les transports publics, bus et métro confondus. Une situation préoccupante, notamment liée à une culture machiste et au fait que les auteurs ne soient que rarement punis. A São Paulo, les chiffres sont particulièrement inquiétants : toutes les 48 heures, une femme porte plainte pour harcèlement sexuel. Sans compter le (très grand) nombre de victimes qui gardent le silence, par fatalisme, par honte ou par peur.

Actuellement, il n'existe pas de peine définie pour punir le harcèlement sexuel dans les transports en commun. En 2009, la loi de révision des crimes sexuels avait retiré la punition du harcèlement dans les transports ou dans les agglomérations publiques. Depuis, le gouvernement brésilien s'est de nouveau penché sur le problème. En 2014, le sénateur Romario a ainsi présenté un projet de loi visant à recriminaliser le harcèlement sexuel dans les transports publics. Il prévoit notamment une peine de détention allant de trois mois à un an, ainsi qu'une amende. A ce jour, le projet est encore en étude.

Certains Etats ont opté pour des mesures spécifiques. Les villes de Brasilia et Rio de Janeiro ont par exemple mis en place l'option du fameux "wagon rose". Il s'agit de séparer hommes et femmes dans le métro, en réservant certains trains pour les femmes aux horaires de pic. Une initiative polémique, décriée par certaines féministe et accusée de favoriser de nouveaux comportements sexistes.

A Rio, certains wagons sont réservés aux femmes, du lundi au vendredi et aux heures de pointe. Crédits : Marie Gentric

A Rio, certains wagons sont réservés aux femmes, du lundi au vendredi et aux heures de pointe.
Crédits : Marie Gentric

L'année dernière, la ville de Sao Paulo a, quant à elle, lancé une campagne contre le harcèlement sexuel dans le métro, diffusée sur les réseaux sociaux et sur des panneaux urbains. Il semblerait que l'opération ait porté ses fruits puisque le nombre de plaintes pour harcèlement sexuel a augmenté. Selon les organisateurs de la campagne, cette recrudescence marque en effet un progrès. Elle prouve que les femmes se sentent désormais plus enclines à défendre leurs droits.

"Vous n'êtes pas seule. Nous sommes plus de mille agents de sécurité prêts à agir face au harcèlement sexuel". "Le harcèlement sexuel est un crime. Dénoncez-le".

"Vous n'êtes pas seule. Nous sommes plus de mille agents de sécurité prêts à agir face au harcèlement sexuel".
"Le harcèlement sexuel est un crime. Dénoncez-le".

Fanny Lothaire, Marie Gentric

Related Posts: