Le pactole de l’ancien patron de la Deutsche Bahn fait scandale [revue de presse 19/03]

Rüdiger Grube a eu droit à un joli cadeau de départ lorsqu’il a quitté la direction de l’entreprise de chemin de fer: 2,3 millions d’euros de prime ! En janvier 2017, il était pourtant parti en claquant la porte, mécontent des conditions que le conseil de surveillance lui proposait pour la reconduction de son contrat. Le chiffre a été révélé par le Stuttgarter Zeitung, et fait polémique. « La Deutsche Bahn a à peine de quoi faire rouler ses trains, mais quand son chef part, elle va chercher l’argent au fond des poches », ironise la Bild ce matin. Les rémunérations des patrons allemands font régulièrement la une en Allemagne pour leurs montants souvent astronomiques. Ce dernier exemple fait bondir de nombreux responsables politiques. « La Deutsche Bahn a des problèmes plus urgents que de couvrir d’or son ancien patron », déclare un député Vert, quand un élu du SPD déclare: « cela montre que tout sens de la mesure a été perdu ». Dans les colonnes du quotidien populaire, le nouveau ministre des Transports se dit scandalisé: « il faut changer de culture dans les entreprises publiques ».

L’ombre des néo-nazis plane sur la direction du parti populiste allemand

Alexander Gauland est vice-président du groupe AfD Au Bundestag, l’une des figures du parti d’extrême-droite, l’incarnation aussi de son aile la plus conservatrice. Et selon le Tagesspiegel de ce matin, l’un de ses assistants parlementaires est un néo-nazi affirmé. L’homme était par le passé membre d’une organisation, Heimattreue Deutsche Jugend (HDJ), qui a été interdite en 2009 par le ministère de l’Intérieur, au motif qu’elle propageait « des idées racistes et nationales-socialistes. Âgé de 33 ans, il travaillait déjà avec Gauland quand celui-ci siégeait au Parlement régional du Brandebourg, avant de le suivre au Bundestag. Le quotidien explique que ce cas n’est pas isolé, plusieurs anciens membres de la HDJ exerçant d’autres fonctions au sein de l’AfD, qui apparait de plus en plus comme la vitrine « présentable » de tous les mouvements et groupuscules d’extrême-droite allemands.

En bref, les Blitzactus

Le patron de la compagnie Eurowings, filiale de la Lufthansa, n’y est pas allé par quatre chemins: « ce truc va être rasé et reconstruit ». Le « truc » en question est le futur aéroport de Berlin-Brandebourg, qui devait ouvrir en 2012, et dont les Berlinois espèrent pouvoir profiter à l’automne 2020. Sans trop se faire d’illusions, tant la liste des malfaçons et des travaux restants à faire est longue. Les propos du chef de la compagnie low-cost dans la FAZ d’hier ont semé le doute, et le groupe Lufthansa a du préciser par la suite qu’il ne « plaide pas pour une reconstruction » de l’aéroport.
///
Événement ce week-end lors de la 27e journée de Bundesliga, le championnat de foot allemand: Pour la première fois, le FC Cologne n’est plus dernier du classement ! Le club a en effet battu Leverkusen (2-0), un miracle qui pourrait en annoncer un autre: une folle remontée d’ici la fin de la saison pour obtenir une place de barragiste et, qui-sait, se maintenir parmi l’élite.

Bonne journée !

Toute l'équipe du bureau de Berlin.

A lire aussi