L’industrie automobile allemande s’enfonce dans la crise à plein gaz [revue de presse 31/01]

La pression ne retombe pas sur les constructeurs allemands, après la série de révélations sur les tests aux émissions polluantes menés sur des singes et des humains. Et les premières têtes commencent à tomber. Hier, Volkswagen a annoncé avoir suspendu son lobbyiste en chef, qui a reconnu avoir été au courant des expériences menées sur les singes aux Etats-Unis. Ce matin, la Bild fait de nouvelles révélations sur ce scandale, avec notamment une photo prise dans le laboratoire américain mis en cause, sur laquelle on voit James Liang, ancien haut responsable de Volkswagen USA, aujourd’hui en prison pour son implication dans le dieselgate. Autre élément important: un mail de l’un des chercheurs qui a mené les tests montre que les résultats n’étaient pas ceux attendus par le donneur d’ordre. L’organisme EUGT, financé par les constructeurs allemands, voulait prouver que les moteurs diesel récents étaient inoffensifs… les tests sur les singes auraient démontré le contraire. Le Tagesspiegel résumait hier l’opinion d’une grande partie des Allemands face à ce scandale: « encore une fois, l’industrie automobile démontre qu’on ne peut lui faire confiance. Y-aura-t-il des conséquences ? Il serait temps ! ».

Grande coalition: cacophonie aux premiers jours des négociations

Depuis vendredi dernier, le SPD et la CDU négocient formellement leur contrat de coalition, et l’un des premiers points abordés était aussi l’un des plus problématiques: la question du regroupement familial des réfugiés. Hier, les deux partis ont annoncé qu’un accord avait été trouvé, mais, comme le résume la Bild ce matin, « d’abord ils s’unissent, ensuite ils se divisent ! ». En fait, le SPD et la CDU/CSU ont décidé de plafonner le regroupement familial des réfugiés à 1000 personnes par mois, sous conditions strictes. Mais le texte laisse suffisamment de place aux interprétations pour que les deux formations voient midi à leur porte, le SPD expliquant avoir obtenu un accord « équilibré et raisonnable », les bavarois de la CSU soulignant de leur côté que la nouvelle législation allait supprimer le droit au regroupement pour les réfugiés bénéficiant de la protection subsidiaire, moins protecteur que l’asile. Bref, c’est le « chaos », souligne la Bild, « et cela n’augure rien de bon pour la future coalition ! ». L’éditorialiste du quotidien explicite: « une coalition qui trouve des compromis mais qui n’est pas capable d’assumer ces compromis ? Ça ne marchera jamais… »

« Maintenant, je m’appelle Ahmad »: l’élu d’extrême-droite converti à l’islam s’explique

Il est membre d’un parti, l’AfD, qui ne cesse de répéter que « l’islam n’appartient pas à l’Allemagne », que le pays est menacé « d’islamisation ». Arthur Wagner, élu dans la région du  Brandebourg,  a pourtant décidé de se convertir à l’islam, et s’explique pour la premier fois et en exclusivité dans la Bild ce matin. Lui qui était impliqué dans la vie de sa paroisse, dont l’épouse travaille dans un jardin d’enfant évangélique, met justement en cause le comportement de l’Eglise protestante dans sa conversion: « l’une des raisons est l’attitude de l’Eglise vis-à-vis de l’AfD, le mariage pour tous, et la participation de pasteurs à la Gay Pride avec des enfants, ça ce n’est pas possible ! ». C’est lors d’un voyage en Russie, fin 2015, qu’il a pris la décision de se convertir, avant de sauter le pas le 29 octobre dernier. Certains à l’AfD lui demandent publiquement de prendre ses distances avec le parti, il reçoit depuis l’annonce de sa conversion des menaces de mort. Mais il répond: « quelqu’un m’a écrit que je devais quitter tout de suite l’Allemagne, avant que je ne me mette à fabriquer des bombes. Mais je reste à l’AfD. Je vais étudier l’Islam, et construire des ponts entre les musulmans et les Allemands. »

Bonne journée.

Toute l'équipe du bureau de Berlin.

A lire aussi