Quand la maison de Dieu doit cohabiter avec... une maison close

Comment concilier la vie spirituelle des uns avec les besoins plus... matériels des autres ? La question se pose de façon très concrète à Rosenheim, une ville de Bavière. En effet, dans un bâtiment où se trouve déjà une salle de prière évangélique doit bientôt ouvrir... une maison close !

L'affaire, qui suscite un émoi certain sur place, est rapportée par le quotidien Die Welt. Située dans la peu riante zone industrielle de Aicher Park, la "Maison du Pain", une église évangélique, va cohabiter avec un lupanar de "dix cabines et un showroom". Les fidèles et les clients des prostitués devront utiliser le même parking, emprunter la même entrée, le même escalier. Il leur faudra juste ne pas se tromper de porte... Et comme le bordel, la salle de prière est essentiellement fréquentée le soir, notamment par des scouts.

Le pasteur de la Maison du Pain a dit dans un communiqué tout le mal qu'il pensait de cette prochaine ouverture:

"Un élément clé de notre société repose sur la famille et ses valeurs. Nous considérons la prostitution comme une décomposition de ces valeurs"

Le pasteur a reçu le soutien de la mosquée du quartier, dont les responsables ont aussi fait part de son "inquiétude".

La municipalité essaye désormais d’empêcher l'ouverture de cette maison de passes. Elle a déposé un recours devant le tribunal administratif de Bavière. Mais ce même tribunal a déjà donné l'autorisation à la maison close d'ouvrir ces portes à cet endroit...

Ce n'est pas la première fois que l'ouverture d'une maison close pose problème en Allemagne, où la prostitution a été légalisée en 2002. Il y a deux ans, à Nuremberg, c'est dans un bâtiment abritant un jardin d'enfants qu'un bordel devait ouvrir...

 

A lire aussi