Les 1001 aberrations de scénario de "World War Z"

Si Max Brooks était mort, il se retournerait sûrement dans sa tombe. Malheureusement pour lui, il est vivant. L'adaptation par Marc Forster de son livre World War Z, qu'il a publiquement reniée, n'est pas qu'une trahison de son histoire -toute adaptation a le droit de s'éloigner de l'œuvre première- mais une aberration en termes cinématographiques. La présence à l'écran de Brad Pitt, coproducteur du film, n'y fait rien. Dès les premières minutes, World War Z accumule clichés et incohérences scénaristiques. Et les quelques pistes intéressantes qu'il dessine sont abandonnées en un claquement de doigts.

Il serait fastidieux de faire l'inventaire de tous ces égarements, que l'on doit à Matthew Michael Carnahan, Drew Goddard et Damon Lindelof (voir IMDB). J'ai donc décidé de me pencher sur les séquences les plus invraisemblables, c'est-à-dire (SPOILER ALERT) de l'accident d'avion à l'inoculation du typhus par le héros principal. Comment leurs sont venues ces idées ? J'ai eu la chance de me glisser parmi eux...

Retranscription d'une séance de travail* (un peu tendue) entre les scénaristes. 

- Bon. Brad et la manchotte israélienne sont à l'aéroport de Jérusalem. Qu'est-ce qu'on fait d'eux ?

- Il n'y a pas d'aéroport à Jérusalem, Matt, il est entre Tel Aviv et la Ville sa...

- Shut up, Drew. De toute façon, le public sait à peine situer Israël sur une carte. J'ai pensé qu'on pourrait leur faire prendre un avion d'une compagnie obscure, mais pas la Corée du Nord, ça on en a déjà parlé. Les Soviets ? La Russie ?

- Va pas nous fâcher avec Poutine...

- Ok, la Biélorussie alors. Mais il faut absolument qu'un zombie soit déjà à bord de l'appareil, genre caché, pour surprendre tout le monde. Avec le montage, on devrait faire oublier aux gens qu'il faut douze secondes pour se transformer en zombie. On le fait sortir du placard en plein vol ? Après 3 heures de trajet ?

- Quel placard ?

- Les toilettes, le placard à balais, ton cul, qu'est-ce que j'en sais ! Bref, le mort-vivant terrorise l'avion et provoque un crash au-dessus du Pays de Galles. Ca manque de verdure notre truc, donc j'aimerais bien un paysage un peu joli. De la forêt.

- Bonne idée, mais comment ils vont faire pour retrouver le labo sans carte ni GPS ?

- L'instinct, Drew. Je te rappelle que Brad a fait la Sierra Leone ET le tsunami au Sri Lanka, c'est un génie. Disons qu'après le crash, il a un truc en fer coincé dans le ventre, mais qu'il arrive quand même à marcher 20 bornes et s'écroule pile devant le labo de l'OMS.

- Les spectateurs ne le savent pas encore, mais la moitié du bâtiment est infestée de zombies, Matt. Ils ne le repèrent pas, lui et sa pouffe rasée ?

- Tu as raison, les spectateurs ne le savent pas encore, c'est pour ça qu'on s'en fout. L'équipe les recueille, petit moment de défiance, puis discussions sur "comment s'en sortir". Ca vous va ? Bien. Soudain, Brad a son idée lumineuse : utiliser la maladie comme camouflage. Et on passe au climax, l'incursion dans l'aile zombifiée du bâtiment.

- Top. Au fait, sa femme... ?

- Elle va bien. D'ailleurs elle n'a jamais été en danger, même si on a fait croire le contraire. Pour cette scène, tu te souviens d'Une Nuit en enfer, de Robert Rodriguez ? J'aimerais bien qu'on fasse la même chose, des gentils armés d'un côté de la porte, des méchants de l'autre, et un long couloir vers l'Enfer.

- Extra ! Comment la porte est retenue ?

- Quelques chaises entassées.

- Mais les zombies ont assailli un mur gigantesque à Jérusalem...

- Ecoute, tu commences à me les briser, avec tes remarques. On n'est pas en train d'écrire une thèse, on veut juste que Brad arrive à traverser le bâtiment pour aller se planter une aiguille dans le bras. Et OUI, il faudra qu'un des personnages soit muni d'une batte de base-ball, même si j'imagine qu'en vrai il n'y a pas de battes de base-ball dans un labo de l'OMS.

- A fortiori, au Pays de Galles...

- A fortiori, au Pays de Galles. (Un temps) On en était où ? Ah oui, Brad s'est séparé de ses collègues, et il se dirige vers la chambre froide où se trouve le typhus. Il nous faut un enjeu là, ça ne peut être aussi simple. UN CODE ! Il faut un code ! Pour rentrer dans la pièce

- Personne ne l'a prévenu, quand ils ont préparé l'opération ?

- Eh non, Einstein, mais ça tombe bien puisqu'il y a un téléphone juste en face. Et des caméras de surveillance qui marchent. La médecin n'a qu'à l'appeler, lui donner le code et hop, le tour est joué. Hmmm... Je suis d'accord, c'est pas trépidant. Il nous faut plus d'obstacles.

- Parti comme tu es, ça n'étonnera personne si Brad laisse sa hache dehors, une fois entré dans la pièce.

- Très bien ça ! Il laisse sa hache dehors, et un zombie la repère. Pendant ce temps-là, Brad farfouille. La caméra filme les autres scientifiques, qui eux, savent à quoi ressemblent les tubes contenant les maladies mortelles. Je vois bien un "pas le tiroir de gauche", histoire d'ajouter un peu de suspense.

- Les décorateurs ont déjà acheté le matos, il n'y a que des meubles à tiroirs verticaux.

- Un détail, Drew, il suffira de cadrer le plan de travers. Brad choisit le bon tube, il s'inocule le typhus comme prévu, on oublie que la période d'incubation est de deux semaines et il s'en sort, ni vu ni connu. End of the story.

- Alright...

- MERDE ! On a oublié le placement de produit Pepsi. Mettons-le à la fin de la scène. Petite pause avant de repartir au charbon.

(A ce moment, Damien sort de sa torpeur)

- Attends, j'ai pas suivi... Il a des pennies dans sa poche, Brad ?

 

 * Fictive, bien entendu.

Crédit photo : Paramount Pictures.

Publié par Ariane Nicolas / Catégories : Actu

A lire aussi

  • Mehdi Berrahou

    Excellent :)

    • Ariane Nicolas

      Merci :)

  • http://www.facebook.com/profile.php?id=1261546337 Françoise Brumagne

    On a (presque) envie d'aller voir le film pour rire pendant la scène !

    • Ariane Nicolas

      On finit par rire devant cette scène, oui !

      • Matthias Gardon

        Ben pourtant y'a de quoi pleurer mais comme le dit le proverbe ...

  • ol2

    il sera coté à nanarland ?

    • Ariane Nicolas

      Etonnament, le film n'a pas reçu de critiques assassines... Comme si notre niveau d'exigence s'était afaissé.

      • Matthias Gardon

        En fait il y a des critiques assassines de ce film en tout cas sur le net notamment celle-ci

        http://www.nioutaik.fr/index.php/2013/07/19/651-world-war-z-la-critique-pourrie

        un peu border-line mais souvent juste aussi . J'ai en revanche été très déçu par la critique du site My Zombie Culture qui est plus que tranchant sur certaines œuvres et qui se dégonfle totalement sur ce film. Malgré quelques vérités du style: enfonçons des portes ouvertes, leur critique semble sortie tout droit des bisounours ou de mon petit poney.

      • Frank

        Oui... Regardons Star Wars ou Indiana Jones, voilà un bon niveau... Ah !! Ce que l'exigence était grande à cette époque !!... Les sabre lasers, les bruits dans l'espace, les courses en chariot de la mine au dessus de rivière de laves... Tout était si logique et cohérent et crédible... Il me semble qu'on fait aujourd'hui 10 000 fois davantage d'efforts de cohérence qu'il y a quelques décennies, mais bon... Il faut toujours quelqu'un pour balancer un "tout se dégrade" ou "c'était mieux avant".

        • Matthias Gardon

          Alors la je peux pas te laisser dire ça, y'a quand même eu des Walt Disney super cohérent. Exemple? Euh quand dans Bambi la moman meurt? Ouais bon je sais... il pue mon exemple.
          Nan mais sur Star Wars y'en a eu des critiques assassines, hein comment ça 10 ans plus tard?
          Indiana Jones c'est pas mon truc par contre alors j'ai peur de manquer d'objectivité.
          Sinon à part être de mauvaise foi j'ai peu d'arguments.
          Si ce n'est que pour un film d'une aussi mauvaise qualité il est vrai que les critiques négatives sont pas en nombre proportionnel à la mauvaise qualité du film.
          J'aurais quand même une question pour Ariane Nicolas: notre niveau d'exigence s'est affaissé par rapport à quoi ou à quand?

  • http://www.facebook.com/profile.php?id=1065184156 Cécilia Gracian

    L'aéroport de Jérusalem se situe entre Tel Aviv et Jérusalem, soit, mais dans un pays qui fait la taille d'un timbre poste cela doit revenir à faire CDG / Paris, non ? Tous les compartiments et placards autres que les toilettes d'un avion ne s'ouvrent que de l'extérieur. Le crash intervient alors que l'avion allait atterrir donc quasiment à destination. Ce n'est pas le typhus qu'il s'inocule puisque l'on parle d'un vaccin "camouflage" réunissant trois types de maladies virales à la fin, enfin la période d'incubation du typhus est entre 3 et 6 jours...donc toi aussi tu racontes des cracks ! En fait, tout dépends de l'état d'esprit dans lequel tu regardes et il est clair que ce genre de film est propice au décorticage cartésien mais est-ce bien le propos ? Et puis faut pas oublier que la réalité dépasse toujours la fiction...(là, je ne parle plus de zombies bien sûr)

    • Matthias Gardon

      "L'aéroport de Jérusalem se situe entre Tel Aviv et Jérusalem, soit, mais dans un pays qui fait la taille d'un timbre poste cela doit revenir à faire CDG / Paris, non ?" Il faut plus ou moins une heure pour se rendre à l'aéroport le plus proche de Jérusalem (un peu moins si ça roule bien).

      "Tous les compartiments et placards autres que les toilettes d'un avion ne s'ouvrent que de l'extérieur." Là je sèche , impossible de comprendre pourquoi tu dis ça même si il me semble que tu as raison.

      "Le crash intervient alors que l'avion allait atterrir donc quasiment à destination." Euh à destination de l'aéroport oui mais pas sur que le labo de l'Organisation Mondiale de la Santé se trouve à coté de l'aéroport...

      "Ce n'est pas le typhus qu'il s'inocule puisque l'on parle d'un vaccin "camouflage" réunissant trois types de maladies virales à la fin," Je ne sais plus si c'est le typhus qu'il s'inocule et à la fin du film il est précisé que le camouflage est conçu a partir de trois types de maladies différentes cependant dans leur réserves de souches de virus et maladies les chercheurs ne conservent pas trois souches dans un même flacon ... question de bon sens.

      "enfin la période d'incubation du typhus est entre 3 et 6 jours...donc toi aussi tu racontes des cracks !"; Il existe trois types de typhus différents dont un a une durée d'incubation de 3 à 6 jours et un autre de 1 à 2 semaines ... avant de dire de quelqu'un qu'il ment c'est bien de se renseigner convenablement.

      "En fait, tout dépends de l'état d'esprit dans lequel tu regardes et il est clair que ce genre de film est propice au décorticage cartésien mais est-ce bien le propos ?" Là tu pose une vraie question, personnellement je suis fan de science-fiction de fantastique et de paranormal je n'en aime pas moins la logique, la cohérence ou le bon sens dans une oeuvre qu'elle qu'elle soit film ou autre.

      "Et puis faut pas oublier que la réalité dépasse toujours la fiction...(là, je ne parle plus de zombies bien sûr)" Sait-on jamais un jour le monde devras peut-être faire face à des zombies mais quand tu dis "toujours" cela me semble excessif un "souvent" aurais été plus juste.

      Malgré tout merci d'avoir donné ton avis.

  • http://www.facebook.com/pablito.waal Pablito Waal

    Il y a des incohérences dans ce film, mais toutes celles que vous pointez n'en sont pas forcément. D'abord, une erreur commise par les personnages (oublier d'avoir donné le code au héros, qui devait à la base être accompagné d'un médecin avant de s'en séparer) n'est pas une incohérence, surtout si les personnages s'aperçoivent de l'erreur.
    Aussi, la théorie de la transformation des humains en zombies en 12 secondes est manifestement fausse, vu que l'épidémie s'est transmise par delà les océans et les airs. Le héros élabore cette théorie à partir d'un seul cas alors qu'il est dans Philadelphie, et qu'il ne sait donc pas que la pandémie est mondiale. En fait, pour expliquer une telle pandémie, il faut nécessairement des temps de transformations très variables selon les individus : de quelques dizaines secondes ou minutes (sans quoi les invasions urbaines sont impossibles, la transformation étant trop lente) à quelques heures ou jours (sans quoi pas de diffusion mondiale). Mais ce n'est pas parce que le héros formule cette théorie et qu'elle semble marcher à plusieurs reprises qu'elle est vraie, même dans le film !
    Pour le fait que nos héros aient trouvé le bâtiment de l'OMS au Pays de Galles, je trouve ça triste qu'aujourd'hui les gens pensent impossible de s'orienter sans GPS. Les scénaristes sont sympas, ils font survivre nos héros à un crash, et de surcroît dans la bonne région (l'avion devait être proche de son atterrissage à Cardiff). Ensuite, comment feriez-vous pour trouver un bâtiment dans une ville en étant perdu en campagne et sans pouvoir demander son avis à un habitant ? Simple (mais long) : trouvez une ville, regardez les lignes de bus (avec cartes) pour savoir dans quelle ville (ou région) vous êtes, changez-en si besoin, puis chopez un annuaire dans un bâtiment (le danger des zombies mis à part) et vous pourrez trouver l'adresse d'un bâtiment public tel qu'un labo de l'OMS avec des cartes de villes. Par contre, ce qui est vraiment aberrant, c'est d'avoir pu faire ça avec la blessure de Brad et en aussi peu de temps.
    Et puis pour ce qui est du mur de chaises, du temps d'incubation dans le local à virus, je suis d'accord, c'est fort peu plausible. Et moi non plus je ne savais pas qu'il y avait pas d'aéroport à Jérusalem, merci de l'info ! :)

    • Matthias Gardon

      "Il y a des incohérences dans ce film, mais toutes celles que vous pointez n'en sont pas forcément. D'abord, une erreur commise par les personnages (oublier d'avoir donné le code au héros, qui devait à la base être accompagné d'un médecin avant de s'en séparer) n'est pas une incohérence, surtout si les personnages s'aperçoivent de l'erreur." J'ai beau chercher je ne trouve pas comment dire ça mieux. Ceci dit dans un environnement aussi hostile si on envoi trois personnes dans une mission aussi périlleuse la logique ne voudrait pas que tous soient informé du code? On pourrait cependant arguer que ils comptaient bien sur que tous survivent ou qu'il n'y on pas penser .

      "Aussi, la théorie de la transformation des humains en zombies en 12 secondes est manifestement fausse, vu que l'épidémie s'est transmise par delà les océans et les airs. Le héros élabore cette théorie à partir d'un seul cas alors qu'il est dans Philadelphie, et qu'il ne sait donc pas que la pandémie est mondiale. En fait, pour expliquer une telle pandémie, il faut nécessairement des temps de transformations très variables selon les individus : de quelques dizaines secondes ou minutes (sans quoi les invasions urbaines sont impossibles, la transformation étant trop lente) à quelques heures ou jours (sans quoi pas de diffusion mondiale). Mais ce n'est pas parce que le héros formule cette théorie et qu'elle semble marcher à plusieurs reprises qu'elle est vraie, même dans le film!" On ne peut qu'être d'accord avec toi sur ces points.

      "Pour le fait que nos héros aient trouvé le bâtiment de l'OMS au Pays de Galles, je trouve ça triste qu'aujourd'hui les gens pensent impossible de s'orienter sans GPS. Les scénaristes sont sympas, ils font survivre nos héros à un crash, et de surcroît dans la bonne région (l'avion devait être proche de son atterrissage à Cardiff). Ensuite, comment feriez-vous pour trouver un bâtiment dans une ville en étant perdu en campagne et sans pouvoir demander son avis à un habitant ? Simple (mais long) : trouvez une ville, regardez les lignes de bus (avec cartes) pour savoir dans quelle ville (ou région) vous êtes, changez-en si besoin, puis chopez un annuaire dans un bâtiment (le danger des zombies mis à part) et vous pourrez trouver l'adresse d'un bâtiment public tel qu'un labo de l'OMS avec des cartes de villes. Par contre, ce qui est vraiment aberrant, c'est d'avoir pu faire ça avec la blessure de Brad et en aussi peu de temps."ca se tiens parfaitement j'ajouterais juste que dans certains pays ( je ne sais pas si c'est le cas là) il y a des annuaires dans les cabines téléphoniques et que Brad n'est pas le seul blessé son amie a perdu du sang et continue d'en perdre (oui on ne cicatrise pas d'une amputation le temps d'un trajet en avion Israël-Pays de Galles). Voila ce que j'appel un avis constructif et réfléchi merci!

  • http://www.facebook.com/godzyann Yann Kacenelen

    Le (pseudo-?) cartésianisme caractérisé des Français que je devine dans certains des commentaires me fait sourire, bien plus que "WWZ" que je suis allé voir hier et que j'ai beaucoup aimé. Ce film devait-il s'apparenter à un reportage sur les zombies pour que ne soit tolérable le relatif manque de plausibilité de certaines scènes ? Rassurez-moi : les zombies, ça n'existe pas (encore), si ?
    Nous sommes donc heureusement - sauf méconnaissance de ma part - encore dans une fiction. Et a fortiori dans un film d'action d'1h50 où la cinétique est forcément rapide. D'où les latitudes, bien moins aberrantes que dans d'autres films, que se sont permises les scénaristes. Je n'ai pas été choqué par ces "incohérences", bien en deçà de 1001, alors que je suis de formation scientifique - mais pas médecin ni virologue certes - et qu'une crédibilité minimale est l'un des points que je recherche dans un film et qui me fait l'apprécier ou non.
    Si le "niveau d'exigence" doit s'exprimer, c'est à mon sens principalement au sujet de la réalisation, du script, de l'interprétation et de la qualité des effets spéciaux. Et sur ces points, "mon" niveau d'exigence, qui ne "s'affaisse" pourtant pas, même avec le temps, a été satisfait. Mais nous baignons là dans la subjectivité, rien de plus discutable et tant mieux. :-)

    • Yosef ben Israel

      Les zombies existent dans le règne animal. Chercher "fourmis zombies" sur google.

    • Matthias Gardon

      "Le (pseudo-?) cartésianisme caractérisé des Français que je devine dans certains des commentaires me fait sourire, bien plus que "WWZ" que je suis allé voir hier et que j'ai beaucoup aimé". Je ne savais pas que les Français souffraient de cartésianisme caractérisé , merci de l'info je vais aller consulter. Ah c'est surement parce que Descartes était français... préjugé?

      "Ce film devait-il s'apparenter à un reportage sur les zombies pour que ne soit tolérable le relatif manque de plausibilité de certaines scènes ?"

      Non en effet le but n'est pas de faire un documentaire mais ce film s'apparente plus a un film d'anticipation qu'a un film de science-fiction (même si du fait qu'il traite de zombies il ne peut être exclu des film de science-fiction). En outre ce n'est pas que quelques scènes qui sont remises en cause par certains traits du scénario mais bien sa logique interne toute entière ( j'y reviendrais après).

      "Rassurez-moi : les zombies, ça n'existe pas (encore), si ? Nous sommes donc heureusement - sauf méconnaissance de ma part - encore dans une fiction.". Alors là comment te dire que tu es de mauvaise foi sans te vexer ? Puisque les zombies n'existent pas (encore) on peut prendre toutes les libertés que l'on souhaite avec la logique et le bon sens? Clairement non . Fiction n'est pas synonyme de non sens.

      "Et a fortiori dans un film d'action d'1 h 50 où la cinétique est forcément rapide. D'où les latitudes, bien moins aberrantes que dans d'autres films, que se sont permises les scénaristes". Donc si d'autres on fait plus inepte tant que je fais pas pire que eux ça va, c'est correct ...

      "Je n'ai pas été choqué par ces "incohérences", bien en deçà de 1001, alors que je suis de formation scientifique - mais pas médecin ni virologue certes - et qu'une crédibilité minimale est l'un des points que je recherche dans un film et qui me fait l'apprécier ou non." Alors la si tu ne comprend la la référence au milles et une nuits , je ne peut rien pour toi. Que tu sois en formation scientifique peut expliquer que tu recherche du paranormal, du fantastique etc dans un film mais cela n'est pas forcement le cas de tous .

      "Si le "niveau d'exigence" doit s'exprimer, c'est à mon sens principalement au sujet de la réalisation, du script, de l'interprétation et de la qualité des effets spéciaux. Et sur ces points, "mon" niveau d'exigence, qui ne "s'affaisse" pourtant pas, même avec le temps, a été satisfait. Mais nous baignons là dans la subjectivité, rien de plus discutable et tant mieux. :-)"; Si pour ta part le script et la réalisation sont au niveau ce n'est pas ce que je pense. Quand aux effets spéciaux et aux performances des acteurs il sont, je trouve, acceptables. En effet tout cela est subjectif et donc particulièrement discutable en revanche les évidentes incohérences du film sont peu subjectives et donc peu discutables comparé à ce que tu dis "discutable" . Merci quand même d'avoir donné ton avis.

  • comtox

    On s'en fous, on télécharge !

  • http://www.facebook.com/david.asdad.3 David Asdad

    Ok, la Biélorussie alors. Mais il faut absolument qu'un zombie soit déjà à bord de l'appareil, genre caché, pour surprendre tout le monde. Avec le montage, on devrait faire oublier aux gens qu'il faut douze secondes pour se transformer en zombie. On le fait sortir du placard en plein vol ? Après 3 heures de trajet ?

    1/T'as du mal suivre le film , l'avion étant bien de la compagnie biélorusse, la destination m'en semble toute autre, on voit bien les pilotes pointer du doigt une ile sur une carte. /On le fait pas sortir du placard, l'hotesse de l'air le libère, on voit de toutes facon bien qu'ils sont pas très à l'aise pour ouvrir des portes ils arrivent pas à défaire leur ceinture de sécurité lors d'un crash...

    2/Le labo est pret de l'aéroport 1h 1h30 de marche? on peut faire une randonnée pédestre avec eux ca peut etre sympa... mais chiant visuellement!

    Extra ! Comment la porte est retenue ? revenir à petit 1/

    3/Les spectateurs ne le savent pas encore, mais la moitié du bâtiment est infestée de zombies, Matt. Ils ne le repèrent pas, lui et sa pouffe rasée ?

    pas seulement le batiment les 3/4 de la planète mais ca tout le monde s'en doute.

    4/Pourquoi pas un téléphone ils auraient d'ailleurs très bien pu s'en servir au moment de choisir le virus 1 sonnerie non 2 oui sinon ya facebook twitter une invasion de zombie va t'elle nous priver d'internet, comment je vais faire pour taper comment combattre un zombie sur google?????

    5/Très bien ça ! Il laisse sa hache dehors, ca j'adhère il montre combien il est humain putain, c'est pas rambo et si t'es pas content j'appelle bruce willis!!

    6/Pepsi est bien meilleur que coca non ca je m'en fous toujours étant que le distributeur est complètement défoncé ya plus qu'à se servir, quelque chose me dit que tu as été le 1er contaminé, d'ailleurs on voit bien bradou tirer sur la languette pour faire tomber toutes les canettes et les zombinettes se ramenent tete de pioche merde ca rime plus bonsoir! 😉

    • Matthias Gardon

      Critiques des critiques émises en commentaire.(Donc critiques des critiques d'une critique cinématographique...)

      David Asad : " T'as du mal suivre le film , l'avion étant bien de la compagnie biélorusse, la destination m'en semble toute autre". A quel moment l'auteur de cette retranscription (fictive) dis que l'avion va en Biélorussie ? Jamais.

      Ensuite tu dis "On le fait pas sortir du placard, l'hôtesse de l'air le libère, on voit de toutes façon bien qu'ils sont pas très à l'aise pour ouvrir des portes ils arrivent pas à défaire leur ceinture de sécurité lors d'un crash..." . Lors d'une séance de travail entre scénariste on ne règle pas tout les détails d'une scène et donc quand ils disent (dans cette retranscription fictive) "On le fait sortir du placard en plein vol " on peut très bien comprendre : nous scénaristes , qui engendrons le film ,et non pas le zombie sort par ses propres moyens.

      "Le labo est prêt de l'aéroport 1 h 1 h 30 de marche? on peut faire une randonnée pédestre avec eux ça peut être sympa... mais chiant visuellement!". Donc deux personnes qui sortent d'un crash d'avion sans moyen de se repérer ni de situer leur objectif et qui pissent le sang tout les deux marchent 1 h 30 dans un monde ou rappelons le 3/4 des habitants sont des zombies , pour arriver au labo sans encombres. Sans commentaires...

      "Extra ! Comment la porte est retenue ? revenir à petit 1/" Alors la c'est toi qui n'as pas dû lire correctement la réplique suivante : "Quelques chaises entassées". Quand à la réplique qui suit : "Mais les zombies ont assailli un mur gigantesque à Jérusalem..." on pourrait admettre que quelques dizaines de zombies n'auraient pas la force de passer une porte convenablement barricadée , encore que .

      "Les spectateurs ne le savent pas encore, mais la moitié du bâtiment est infestée de zombies, Matt. Ils ne le repèrent pas, lui et sa pouffe rasée ?

      pas seulement le bâtiment les 3/4 de la planète mais ça tout le monde s'en doute." là je ne vois tout simplement pas la pertinence de ce que tu dis... Une meilleure critique aurait pu être : si les zombies sont enfermés dans une partie du labo , il ne peuvent peut-être pas les voir.

      "Pourquoi pas un téléphone ils auraient d'ailleurs très bien pu s'en servir au moment de choisir le virus 1 sonnerie non 2 oui sinon y'a facebook twitter une invasion de zombie va t'elle nous priver d'internet, comment je vais faire pour taper comment combattre un zombie sur google?????" Alors la je suppose que tu t'en prend à l'idée du téléphone ce que j'ai du mal a saisir. Rien de surprenant qu'il y ai des téléphones dans des labos. Ceci dit j'adore ton exagération sur les sonneries, facebook, twitter et google , ça m'a fait beaucoup rire .

      "Très bien ça ! Il laisse sa hache dehors, ça j'adhère il montre combien il est humain putain, c'est pas rambo et si t'es pas content j'appelle bruce willis!!" Admettons , même si j'aurais tendance a penser qu'à sa place je préférerais la ranger dans mon slip, c'est plus sûr que de la poser distraitement quelque part sans réfléchir.

      Dans ta sixième partie tu critiques des sodas et tu t'en prend à l'auteur a part ça ... Merci quand même d'avoir donné ton avis.

  • brodie

    L'article est très rigolo, et je m'en fiche j'ai apprécié le film. En fait on a tellement la trouille que pas le temps de penser à tous ces raisonnements cartésiens. Le rythme thriller haletant fonctionne. ça fait vraiment peur

    • Matthias Gardon

      Quand j'ai faim j'apprécie de manger , cela ne me dispenses pas de faire des critiques sur le repas . Sinon il est vrai que le film tiens plus par son rythme que part sa logique .

  • Pygargue, bald eagle

    Il faut regarder ce film comme une métaphore, le zombie est le virus, la pandémie

    • Matthias Gardon

      Pour ma part je regarde très peu de métaphores, si tu voulais dire que le film doit être pris métaphoriquement... pourquoi pas , mais le reste de ton commentaire est incompréhensible pour mon petit esprit .

  • Matthias Gardon

    Tout d'abord il faut féliciter l'originalité et la très bonne qualité de cette critique de World War Z.
    En revanche, pourquoi avoir mis des expressions anglophones (shut up/alright)? Comme si elle n'avaient pas d'équivalent en français. Si c'était du réalisme que tu recherchais en faisant ça, la caricature (quoi que caricature c'est vite dis) que tu fais des scénaristes U.S. suffisait amplement...
    Enfin dernière chose, il y a quelques clubs de baseball (et non base-ball comme tu l'as écris , on écrit pas non plus foot-ball ou basket-ball) à Cardiff (certes moins qu'au U.S.A. mais plus que la moyenne en Europe) donc ta caricature sur l'ignorance des Américains est magnifique. Si il y a plus de chances de qu'il y en ait une dans un labo au U.S.A. cette chance est tellement faible que la différence entre celle-ci et la chance qu'il y en ait une dans un labo au pays de Galles est plus que négligeable.
    A part ça rien à redire si ce n'est bravo.

    N.B. : Damon Linedelof a changé de prenom au cour de ta retranscription tu l'as appelé Damien à la fin. Cela fait-il partie de la caricature?

  • Matthias Gardon

    Alors là je suis obligé de dire que t'as tout faux certains documentaires, sur la fin du monde en 2012 ou sur les O.V.N.I. ne cherchent pas à être crédibles. D'un autre coté certains films comme Matrix cherchent à l'être le plus possible. La crédibilité d'un film tiens de la crédulité de ses spectateurs autant que de la qualité de sa cohérence, si tu ne veut pas voir les inepties de ce film on ne peut rien pour toi ...

  • Frank

    Hey ! Tu nous fait la même scène avec les scénaristes sur Star Wars ou Indiana Jones ? Ce sera encore plus drôle tellement y'a dans ces films rien mais rien du tout qui tient la route.

    • Matthias Gardon

      Voila une vraie bonne idée !
      Enfin presque. En effet depuis un moment de nombreux film fantastique, de science-fiction et de zombies, tentent de se rendre crédible. Crédibilité qui passe par une certaine cohérence. Même si en effet la cohérence absolue n'existe pas.

  • Frank

    Pour l'histoire du mur et de la porte avec les chaises, il me semble que d'abord ce qui les attire dans le cas du mur c'est le bruit important qui les rend fous, et que là il n'y en a pas et qu'il sont en état de sommeil à déambuler lentement sans aucun stimulus pour les rendre "rageux' et qu'ensuite le mur de Jérusalem, ils le défoncent pas mais l'escaladent en se grimpant dessus, ce qui a priori ne donne pas grand chose comme méthode avec une porte dans un couloir... mais encore une fois, seulement ils ne sont pas réveillés et attirés là bas par quelque chose. Voilà.

    • Matthias Gardon

      J'ai envie de dire, admettons.
      Mais je pense que c'était plus pour la caricature et non une analyse au 1er degré.
      Si j'avais été encore plus bête que je le suis déjà j'aurais surement répondu:
      Mon dieu un incohérence dans une critique d'un film qui en regorge, mais ou vas le monde !
      Enfin heureusement plus stupide que moi pas sur que ça existe *-)

  • Frank

    Pour Pepsi... Le placement de pub est plus que discret, car il n'y a pas de logo sur la canette que boit Brad Pitt... On aperçoit seulement les logos mais de très loin sur les canettes dans le distributeur et dans un seul plan, et même pas à la fin quand il fait tomber toutes les canettes pour le bruit... Pour un vrai placement de pub dans le genre, regardons Docteur Folamour de Kubrick, (là on cite même la marque à l'oral, qui s'offusque ?)... Il faut donc garder un peu le sens de la mesure. On a vu pire sur ce point et bien plus flagrant surtout pour un blockbuster ou pop-corn movie.

  • Frank

    Pour trouver le centre de l'OMS... On voit bien qu'il y a une importante ellipse... On est encore dans les bois quand on les quitte, et on les retrouve en pleine ville ou les gens les regardent avec suspicion par les fenêtres, puis ensuite devant le centre de l'OMS... Les ellipses sont généralement bien acceptées et comprises par les gens aujourd'hui, à quoi sert une scène ou on les voit demander de l'aide ou la direction ou appeler je ne sais qui dans un film entamé aux 3/4 et dont le rythme doit rester soutenu, qui cela intéresse à ce moment là du film ? Faire une film à la fois long et haletant est une tâche ardue qui ne doit pas s'embarrasser de ce genre de détails que tout le monde peut imaginer soi même. Scène d'un mec qui cherche le détail qui tue, juste pour justifier qu'il aime pas un film : A- Hey ! Mais attends, comment ils ont trouvé le centre ? B- Bah on sait pas. A- C'est trop incohérent, non ? B- Bah, ils ont peut être demandé, on voit des gens... Ils sont dans une ville... A- Mais on ne la pas vu ça... C'est incohérent non ? B- Bah sinon, ils ont passé un coup de fil... A- Ouais mais pareil on le voit pas... Puis doit y avoir des zombies partout. B- Ils ont peut-être trouvé une carte ou un téléphone portable dans les débris de l'appareil... A- Mais on le voit pas dans le film... B- La meuf fait partie de l'armée, elle a peut-être une boussole, un appareil GPS, un téléphone... A- Mouais, c'est louche non ? B- Y'a peut être des panneaux indicateurs dans la ville, va savoir, un truc de malade... A- Donc tu trouves pas ça incohérent ? B- Bah non, simplement on s'en fout quoi de comment et surtout... Mais ! Le film est déjà terminé !

  • Frank

    Pour le virus, à aucun moment du film il n'est dit que le virus doit être incubé... Sa simple présence dans l'organisme suffit... Il faut être "infecté", voilà tout, incubation ou non. Et c'est justement tout l’intérêt du vaccin de camouflage qui en sera tiré après... Il ne me semble pas que le virus contenu dans un vaccin incube une fois dans l'organisme, si ? Tu n'as pas bien suivi le détail de cette question, à mon sens. Se moquer est toujours à double tranchant, encore faut-il avoir un peu médité sur les questions et avoir un minimum suivi le film avec autre chose que la simple envie de trouver absolument une incohérence sans être cohérent soi-même.

  • Antoine Gamp

    Y a même pas besoin de le dire en fait ,on peu juste le montrer par des images ou des indices et ça casse par le rythme...on peu laisser l'imagination du spectateur brodé les vides mais l'aspect grotesque de certains précipités comme l'avion puis pan sur le plan d’après la banlieue et son labo c'est un peu to much ,sinon je pense qu'il y a toujours une part de "stupidité programmé" comme l'abandon de la hache pour créer des moments décisif,l'important c'est de pas faire tenir tout le film à ça et quand à la période d'incubation on laisse supposer que c'est 12 secondes UNE FOIS qu'on est mordus

  • Mélinou Slim Helù

    Personne ne semble avoir noter l'incohérence suivante: le Tommy (petit espagnol) arrive à rejoindre Brad et sa famille sur le toit de l'immeuble alors même que les escaliers sont infestés d'infectés et que le Brad y a balancé un meuble!