Sur quelques fixettes et bizarreries éducatives des candidats à la Présidentielle

@ THOMAS SAMSON / AFP

Cette semaine, je me suis penché sur le programme éducation des candidats. J’ai bien ri. Ou pas. Je ne sais plus. Peut-être que non, finalement.

Truismes

« Face aux multiples défis auxquels la France et les Français sont confrontés, l’école est le combat premier. Seule l’éducation pourra garantir la cohésion sociale et la prospérité de la France ». A votre avis, quel candidat commence ainsi la partie éducation de son programme ? Allez, mouillez-vous !... Ce pourrait être un peu tout le monde, avouez. En l’occurrence c’est Emmanuel Macron, le même qui se prononce « pour une école qui garantisse la réussite de tous et l’excellence de chacun »… Des phrases de ce genre, attribuables à tous ou presque, on en mange à toutes les sauces dans les programmes des candidats. Tiens, Mélenchon : « Nous voulons le meilleur pour tous les élèves : réussite scolaire et professionnelle, plaisir à apprendre, joie à fréquenter l’école, accomplissement individuel ».  A ce train-là moi, je veux la fin de la famine en Afrique et la paix sur Terre aux hommes de bonne volonté.

Ou comment ne rien dire avec des grands mots. Pour savoir si une idée tient la route, il suffit d’inverser la manière dont elle est énoncée ; si ça tient toujours, alors c’est sans doute une idée : les candidats qui veulent en finir avec le décrochage et l’échec scolaire se sont-ils demandé si quelqu’un souhaitait vraiment qu'ils perdurent ? Benoit Hamon déclare qu’il veut « démocratiser la réussite », ça fait un joli slogan certes, mais quel candidat écrira dans son programme éducation qu’il aimerait que seuls certains élèves réussissent ?

Les grandes déclarations des candidats ressemblent souvent à des invocations, des mantras. Par exemple, Marine Le Pen veut « imposer la sécurité » dans les écoles et Nicolas Dupont-Aignan, carrément « sanctuariser les établissements scolaires pour les prémunir de la menace terroriste et plus largement de toute forme de violence ». Nous aussi, qui travaillons dedans, on est pour ! Alors, on fait quoi ? On mise tout sur un champ de force magnétique ? Derrière les déclarations d’intention, rien, pas de proposition, ni de l’une, ni de l’autre, on comprend bien que le plus important, ce sont les mots (imposer, sécurité, sanctuariser), tant pis s’il n’y a rien derrière.

Fondamentaux

Outre la suppression des réformes des rythmes scolaires et du collège (arriver, tout casser, plutôt que construire), que tout le monde sauf Hamon promet, outre la suppression ou la création de postes d’enseignants, vrai clivage droite / gauche, les deux sujets phares de la campagne éducation sont exactement ceux qu’on aurait aimé ne pas voir, tant ils sont les symboles de la pauvreté du débat sur l’école en général : les fondamentaux et l’autorité.

Le point de départ est, ici encore, une Lapalissade : comme Dupont-Aignan, ils sont nombreux à « se fixer comme objectif minimum que chaque élève maîtrise parfaitement la lecture, l’écriture d’un texte simple, les quatre opérations de base de l’arithmétique, l’Histoire en quittant l’école primaire », comme si avant eux personne n’y avait pensé, comme si nous, sur le terrain, avions autre chose en tête, nous battions chaque jour pour qu’ils progressent en macramé. Marine Le Pen entend ainsi « assurer la transmission des connaissances par le renforcement des apprentissages fondamentaux (français, histoire, calcul) » et Emmanuel Macron veut « donner la priorité à l’apprentissage des fondamentaux « lire, écrire, compter » dans le pré-scolaire, en maternelle et en primaire » (au passage, Manu, d’une il faudra nous expliquer ce qu’est le pré-scolaire, si la maternelle vient ensuite, de deux si tu dis maternelle, alors il faut dire élémentaire, vu que primaire = maternelle + élémentaire).

Je suis instit depuis une bonne douzaine d’année, j’ai déjà vu passer 4 nouveaux programmes, issus de tous les bords politiques, et tous entendaient insister sur les fondamentaux. Tous. Pourtant, c’est la surenchère : à ma droite, le petit François, sourcil froncé, brandit sa pancarte « 75% » du temps consacré aux fondamentaux en primaire, du coup à sa droite à lui, Marine qui veut toujours faire la forte sort carrément la pancarte « 100% », histoire d’avoir le dernier mot.

Il y a plusieurs problèmes, avec les fondamentaux. D’abord, si tout le monde s’accorde à dire qu’ils sont constitués majoritairement de français et de maths, chacun leur adjoint ensuite ce qu’il considère lui comme fondamental : l’histoire pour Marine Le Pen ; la géométrie, la poésie, la musique pour Jacques Cheminade ; les grandes dates et grands personnages de l’histoire de la Nation et la géographie de la France pour François Fillon... Deuxième problème, ce qu’il faut enlever : personne ne le dit, mais forcément, si on rajoute du français et des maths, c’est moins voire plus du tout de géographie, d’anglais, d’informatique, de sport, de sciences, de musique, de dessin… Ce serait assez honnête, que les candidats le disent (à la place, certains n'hésitent pas à ajouter, un peu plus loin, qu'il faut enseigner le code et l'informatique par exemple, ou comme Fillon que l'école, c'est aussi "l'ouverture au monde", cherchez l'erreur).

Par ailleurs, à ceux qui pensent que le « retour aux fondamentaux » permettra à lui seul de remonter le niveau des élèves et celui de la France dans les classements internationaux, il faut rappeler que la France est déjà la championne des fondamentaux : on y consacre 57% du temps en primaire, tous les autres pays européens sont sous les 50% sauf le Portugal. Nous y consacrons 37% du temps scolaire (seule la Hongrie dépasse les 30%, la Finlande si souvent citée en exemple est à 24%). 21% du temps scolaire est dédié aux maths en France, seule la Serbie, la Hongrie et le Portugal font mieux (Finlande : 16%) – et encore dans ces pays, les élèves ont moins d’heures de classe dans l’année, en nombre d’heures sur les fondamentaux les petits français écrasent tout le monde (source Eurydice 2015). C’est donc que le problème est ailleurs, en tout cas il ne saurait résider seulement là. La question des volumes horaires et de leur répartition mérite peut-être d’être posée, mais pas en de si simplistes termes.

Enfin, comme le dit très justement Olivier Rey sur le blog Les mots d’école, « sur le fond, revenir aux fondamentaux c’est notamment postuler qu’il n’y a qu’en faisant du français qu’on apprend à écrire ou à s’exprimer, ce qui est contraire à la plupart des conclusions des recherches sur le sujet (…). C’est souvent confondre la maitrise des langages avec la seule mémorisation-répétition des règles de ces langages. »

Autorité

L’autre star du non-débat sur l’école, c’est l’autorité, qui se limite pour beaucoup à la fameuse restauration de l’autorité. Il faut « restaurer l’autorité nécessaire » (Fillon), « rétablir l’autorité et le respect du maitre » (Le Pen), « revaloriser le métier d’enseignant par le rétablissement de l’autorité » (Dupont-Aignan) : à ceux qui se posent des questions sur l’autorité, ceux qui, comme nous enseignants, sont confrontés au quotidien à son difficile exercice, les grands mages de l’éducation nous montrent la voie : qu’on est bête, il suffisait de la restaurer !

C’est bien, ça fait autoritaire, de parler ainsi d’autorité, ça donne une posture de gardien protecteur, intransigeant (si seulement un galopin s’avisait de fouiller dans ma poche devant les caméras, je pourrais lui coller une tarte pour illustrer mon propos, ça me ferait monter de 10 points, ça !), mais ça ne fait pas avancer les choses. Là encore, on est dans l’invocation, la déclaration aussi vaine qu’inutile. Car, que proposent-ils, ces candidats, pour étayer leur belle intention ? Rien, ou presque : ça se limite à « instaurer le port d’un uniforme à l’école », en espérant sans doute que l’habit fera le moine, et chez Fillon, qui a dû se dire que l'uniforme, c'était un peu juste, quand même, à « instaurer une évaluation du comportement de l’élève au collège afin de prendre en compte l’assiduité en classe, le respect des règles de l’établissement, le respect des autres et d’abord des professeurs et éducateurs, la politesse, l’attention aux élèves malades ou handicapés, la prise de responsabilité. » Allez, tout le monde en uniforme, et une paperasse en plus pour « évaluer les comportements » des collégiens. Avec ça, pas de doute, l’autorité va être mieux restaurée qu’une toile de maitre.

On a, il y a peu, dit ici-même comme l’autorité est aussi complexe de l’intérieur du métier d’enseignant qu’elle peut paraitre simple de l’extérieur (il suffit de l’imposer, voyons !), qu’elle ne se décrète pas, ne se restaure pas, elle s’instaure, elle se construit, par l’enseignant dans sa classe et en équipe. Répétons-nous : il ne faut pas être dupe, quand un politicien, surtout un candidat, parle de restauration de l’autorité, c’est en idéologue qu’il parle, en calculateur et en ignare des choses de l’enseignement. Promettre l’autorité, faire de sa restauration le cœur de sa proposition éducative, en campagne présidentielle, est bien pratique pour un candidat : d’une part, l’opinion publique sera d’accord avec lui, d’autre part c’est plus facile que de promettre la baisse du nombre d’élèves par classe ou de financer la formation continue des profs. Et puis ça ne coûte pas un sou, c’est pratique, pour ça, les mots.

Absurdités et curiosités programmatiques

La lecture de certains programmes, ou de certaines parties de programmes, laisse assez songeur. J’ai dû relire plusieurs fois celui de Jean Lasalle (chose faite assez rapidement, fort heureusement) pour bien percevoir la logique. On comprend bien que le candidat au bel accent rocailleux veut éviter aux élèves « le risque de rester sur les rails de la conformité », qu'il veut « leur donner les matériaux de leur orientation », qu’il souhaite les « préparer à un métier », mais quand il parle (et c’est à peu près tout) de « maîtriser profondément Internet et les outils de communication » dans le même temps qu’il préconise la « découverte du travail de la ferme dès l’enfance, l’alternance bien avant seize ans, les classes spécialisées pour les artistes ou les sportifs » on a un peu de mal à suivre. Internet, travaux des champs, arts, sport, dis donc Jeannot, et les fondamentaux dans tout ça ? Tu vas nous fâcher les autres !

Il y a aussi cette incongruité, dans le programme d’Emmanuel Macron. Souvenez-vous, plus haut on lui demandait de préciser ses propos un peu confus (pré-scolaire, maternelle, primaire). Et bien figurez-vous que son programme éducation commence par… la crèche.  « Objectif 1 : faire de la crèche un instrument de la lutte contre les inégalités ». Les propositions qui suivent ne sont pas inintéressantes, mais après avoir vérifié que j’étais bien dans le volet éducation, je suis allé voir s’il y avait un volet famille et société : il y en a bien un. Alors pourquoi mettre la crèche avec l’école ? Comment veux-tu, Manu, que le prochain ministre de l’éducation de ne rejoue pas le coup des instits qui changent les couches en maternelle ? On croit comprendre la logique macronienne : puisque « les bienfaits de la crèche sur la socialisation, l’éveil et le développement du langage des jeunes enfants sont reconnus », on est déjà dans l’enseignement. Bon.

Mais le champion toutes catégories, celui qui n’en rate pas une, est Nicolas Dupont-Aignan. Pour faire sérieux, pas comme ce cancre de Jean Lasalle, on va tartiner des pages, sur l’éducation, s’est-il dit. Alors il propose à tout-va, et tant pis si ce qu’il propose est déjà en place. « Eveiller les enfants à la connaissance du patrimoine national et à l’art dès l’école primaire, par un enseignement adapté » : les arts visuels, l’histoire des arts, y compris l’architecture, la sculpture existent déjà dans les programmes, on a d'ailleurs du mal à tout faire, parfois on préfère même se concentrer sur les fondamentaux (c’est quoi, au fait, un enseignement adapté, ça s’applique aussi ailleurs ou c’est juste pour l’art ?). Chantre de la restauration de l’autorité, NDA ne se contente pas d’uniforme, lui, il appelle à « réintroduire l’apprentissage de la Marseillaise et des symboles de la République dans les écoles et les collèges ». Là aussi, on conseillera la lecture des programmes actuels d’éducation morale et civique, qui parlent notamment d’« identifier les symboles de la République présents dans l’école, connaitre les valeurs et reconnaitre les symboles de la République française : le drapeau, l’hymne nationale, les monuments, la fête nationale », des programmes d'EMC bien chargés qui fort heureusement vont bien plus loin que les symboles (droits de l’homme et du citoyen, notion de bien commun dans la classe, dans l’école et dans la société, droits et devoirs de l’enfant, du citoyen…).

NDA aimerait « repérer dès le départ les enfants en maternelle ayant besoins d’apprentissages supplémentaires et leur dispenser ces apprentissages », les instits de maternelle apprécieront, eux dont c’est l’une des priorités (au passage, on dirait bien que certains chez NDA ont besoin d'apprentissages supplémentaires en orthographe, au moins en relecture). NDA souhaite « encourager l’apprentissage de la lecture par la méthode alpha-syllabique et l’usage du boulier pour se représenter mentalement les quantités tout en laissant une marge à l’enseignant au titre de la liberté pédagogique », ce qu’on pourrait traduire par « voilà ce que vous devez faire en toute liberté pédagogique ». Enfin, NDA entend « revaloriser le traitement des enseignants pour l’aligner sur celui des enseignants luxembourgeois et allemands (proposer 2000 € en début de carrière) ». J’ai sauté de joie en lisant cette proposition, qui a emporté mon adhésion : c’est décidé, je voterai Nicolas Dupont-Aignan, en espérant qu’il tiendra sa promesse, vu qu’un instit allemand touche 50000$ en début de carrière, un instit luxembourgeois 66000$, un instit français 26.000$ (chiffres OCDE). Bon, c’est un peu plus de 2000 € par mois, mais il ne fallait pas promettre d’aligner les salaires. C’est dit, c’est dit.

Nota : sur les fondamentaux, on pourra relire ce post. Sur l'autorité, celui-ci.

Suivez l'instit'humeurs sur facebook et sur Twitter @LucienMarboeuf.

A lire aussi

  • Aucun article
  • Breizh35

    Très intéressant à lire cet article, dommage que seuls les programmes de droite ou centre (NPA, Fillon, Le Pen et Macron) soient décortiqués. J'aurai aimé plus de critiques (positives comme négatives) sur les programmes de Hamon, Mélenchon etc...De toute façon, le respect du maitre et l'autorité en général ne passeront que par l'aval des parents, pierre angulaire de l'éducation trop souvent renvoyée à la charge des enseignants et trop peu dit par les candidats. Merci pour cet article :)

  • Breizh35

    Très intéressant à lire cet article, dommage que seuls les programmes de droite ou centre (NPA, Fillon, Le Pen et Macron) soient décortiqués. J'aurai aimé plus de critiques (positives comme négatives) sur les programmes de Hamon, Mélenchon etc...De toute façon, le respect du maitre et l'autorité en général ne passeront que par l'aval des parents, pierre angulaire de l'éducation trop souvent renvoyée à la charge des enseignants et trop peu dit par les candidats. Merci pour cet article :)

  • Pauline Hasenclever

    Travaillant dans le secteur de l'éducation, mais à l'échelle de la petite enfance (je suis éducatrice de jeunes enfants), je souhaitais moi-même me pencher sur les programmes de chaque candidats à propos de l'Education avec un grand E, et voilà que je tombe sur votre article qui m'en donne un petit aperçu ! Merci :) !
    Assez lucide (je pense), je ne m'attendais pas à une révolution dans les propositions de chacun, mais je suis tout de même toujours sidérée de voir à quel point nos politiques sont complètement à côté de la plaque ! Nous voyons bien qu'ils ne maitrisent absolument pas les choses déjà existantes et mises en place, qu'ils n'ont aucune idée de ce qu'ils vont mettre en place, mais surtout qu'ils n'ont absolument aucune connaissance du fonctionnement, au sens biologique et psychologique, et des besoins naturels de l'Enfant (avec un grand E aussi !!!).
    Très naïvement je me demande alors : ont-ils si peu de connaissance sur le sujet ? L'Education et l'avenir de la société ne les intéresse-t-ils pas ? Ont-ils seulement à l'esprit les mots "argent", "pouvoir", "autorité", "sécurité" et "rentabilité" ? N'ont-ils pas une ambition collective pour notre pays ? Connaissent-ils les mots "empathie", "bienveillance", "respect mutuel", "rythme naturel", "joie", "enthousiasme", "curiosité", "harmonie", "coopération", "PAIX" ?
    Fort heureusement, de nombreux professionnels de la petite enfance et de l'éducation, passionnés par leur métier et animés des meilleures intentions, oeuvrent quotidiennement pour offrir un environnement riche à nos enfants, aux "petits citoyens" qu'ils sont dès leur naissance. La grande optimiste que je suis garde espoir, et je rêve vraiment qu'un jour nous n'aurons plus à nous battre pour cette prise en compte de l'Enfant dans sa globalité par les politiques, et que notre société offrira enfin un environnement bienveillant, aimant et motivant aux enfants, aux adultes, bref à TOUS les citoyens de ce beau pays qu'est la France !

  • Ennuis

    Merci pour cet article.
    Pour avoir connu des réformes, contre-réformes, math modernes, lecture globale, latin, etc, etc, je pense que les programmes scolaires ne devraient pas être décidés par les politiques mais cela n'engage que moi.

    • Jean-Luc Rouy

      Les livrets thématiques de la France Insoumises, qui complètent le programme porté par Mélenchon, ont tous été élaborés en concertation avec qui voulait. Il y a eu de la pub sur les réseaux sociaux. Ceux qui n'y sont pas allés l'ont bien voulu... https://avenirencommun.fr/le-livret-education/

    • coursmerlin

      Ni les nouveaux programmes ni la réforme du collège ne se sont faits sans consultation. Pour ces deux points (différents) la consultation a duré de 2012 à 2015.
      Perso je vais voter JLM mais sans emballement pour son programme éducatif (celui de Vannier) du primaire et du collège. je commence à me réconcilier quand il parle des lycées pro.
      Je vote quand même pour lui car 1 - c'est avec lui qu'on a le plus de chance de se faire entendre, et surtout ; 2 - L'école réformée ou non ne saura réussir sa mission dans une société qui souffre comme la nôtre depuis 10, voire 30 ans....

  • Phil

    Citer une phrase "générique" de JLM pour dire que "bof, tout le monde veut ça" ... c'est un peu court et surtout ce n'est pas faire preuve d'une véritable intention de s'informer de la par de l'auteur de l'article.
    Sur le sujet, le programme de France Insoumise est décliné en un livret thématique sur l'éducation et un autre sur l'enseignement supérieur et la recherche.
    Pour être complet dans une démarche d'information sur le sujet, on peut aussi lire le livret thématique sur la planification écologique, celui sur l'agriculture écologique et paysanne et celui titré 100% énergies renouvelables
    Je laisse Lucien Marbeuf prendre connaissance de ces éléments et nous proposer une critique argumentée

    • marboeuf

      Vous le dites vous-même, c'est une belle phrase générique !...
      J'ai lu les livrets que vous citez, comme ceux des autres candidats disponibles. Dans un autre post sans doute, je prendrai le temps de dire en quoi certaines propositions me paraissent intéressantes ici ou là. Saurez-vous accepter que ce ne soit pas forcément celles que vous défendez, ou pas toutes ?... Je l'espère...
      En attendant, mon envie dans ce post, et la simple lecture de son titre le laissait aisément deviner, était de mettre en évidence les grandes lignes générales des programmes éducation, les incongruités et les tics de campagne que sont par exemple les éléments de langage, les phrases "génériques" Lapalissées, dont celle de Mélenchon en est une belle illustration. C'est l'une des premières que l'on trouve dans son livret.

      • Phil

        merci pour ces éclaircissements, prof

        • Framboise Leclercy

          nul part, on n'entend parler de la notion du PLAISIR d'apprendre.
          Quand j'en avais fait la remarque à mon inspecteur, il m'a ri au nez.

  • Gilles

    très bien dit ! et très bien vu. un gamin qui a une bonne culture générale aura toujours plus de chances de s'en sortir dans pas mal de situations.

  • Pseudo007

    > Outre la suppression des réformes des rythmes scolaires et du collège (arriver, tout casser, plutôt que construire)

    C'est faux. En tout cas ce que propose Macron est de laisser le choix. Ceux qui veulent rester aux rythmes scolaires actuels y resteront et ils seront très probablement la majorité.

    Sinon, j'ai pas compris l'objet de ce billet. Ou oui je l'ai compris, c'est pour se foutre de la gueule des candidats. À part ça, il n'y a rien dans votre billet (qui est bien plus vide que certains programmes que vous fustigez).

    • marboeuf

      Je vois en effet que vous n'avez pas compris ! Pourtant, l'objet de ce billet était contenu dans son titre... Pour plus de précisions (si vous souhaitez vous donner la peine, ce qui ne me semble pas sûr), voir le commentaire ci-dessous, fait à Phil.

  • GAP

    Excellentes réflexions, qui trahissent malheureusement l'inanité du discours politique sur ces sujets cruciaux.

  • on-marche-sur-la-tete

    Bonsoir Anonyme666. Tout à fait d'accord.
    Mais dans l'esprit des candidats les plus axés sur l' "autorité", les "fondamentaux" incluent la culture générale définie selon leurs critères. Critères franco-français peu enclins à concevoir l'ouverture d'esprit.
    Parlons plutôt d' "appétit culturel", probablement plus fidèle à votre pensée, telle que je la comprends.

    • Anonyme666

      Nous en sommes d'accord, il faut développer cet esprit "d'appétit culturel", quand je parle de culture générale c'est de mieux développer la compréhension de la géopolitique en histoire-géo par exemple au lieu de nous marteler des dates et biographies à apprendre par coeur sans faire comprendre l'impact de certains évènements sur notre monde. Ce n'est qu'un exemple parmi d'autres.

      • Gilles

        c'est même un excellent exemple !!!

      • on-marche-sur-la-tete

        Oui ! la première vocation de l'école est, à mon avis, de susciter et stimuler l'appétence et la curiosité.
        Et ce n'est pas avec "autorité" et apprentissage par coeur que cela peut être fait.

        • Anonyme666

          J'ai vu les désastres de la méthode globale pour la lecture sur mon neveu, je l'aidais pour ses devoirs et il faut savoir trouver une autre technique pour intéresser un enfant à apprendre.

  • Skydreamer

    J'ai moi aussi lu les programmes des candidats, et après 40 ans d'une vie d'instit, je sais pour qui je vais voter.
    Pour celui qui va me débarasser du LSU, du socle commun, des centaines de feuilles de "projets" qui remplissent mes tiroirs (et qui aussi servent à allumer la cheminée), pour les imbéciles aveugles qui ont remplacé le dogme du redoublement par son contraire (tout aussi crétin). Mais aussi des magnifiques classeurs (vides) sensés retracer le parcours culturel de l'enfant, sans oublier les cahiers du nageur et autres documents EPS qui font qu'un gamin doit sans cesse se regarder pédaler.
    Monsieur (madame, je n'y crois pas trop) le futur président, laissez-moi bosser ! Des nouveaux programmes, j'en ai déjà connu plusieurs, et franchement ça ne change quasiment rien. Mes livres ont plus de 10 ans, il n'y a pas d'ordinateur dans ma classe à part le mien...
    Je vais bientôt quitter la scène, et j'aurai assisté pendant 40 ans à la lente mais inexorable agonie du système éducatif auquel j'ai consacré une vie d'intit.
    Heureusement autour de moi, il y a des collègues dont personne ne parle qui ne recevront jamais une quelconque reconnaissance, et qui se défoncent jour après jour pour apporter tout ce qu'il peuvent à leurs "gamins", cela malgré une administration qui fonctionne pour elle-même, en réclamant "l'annexe 2" du projet piscine.
    Le discours du prochain ministre est déjà écrit, et pour cause, c'est le même à chaque fois !
    Alors je vous le dis, monsieur le futur président : pour encore quelque temps, je ferai la classe malgré votre ministère, vos programmes, votre hiérarchie, vos paperasses, vos pédagos à la mode. Et peut-être même qu'un jour, j'irai en sortie à pied au bout du village sans remplir le papier qui va avec !
    Sans déconner, pour qui voulez-vous que je vote, j'ai déjà tout essayé...