Histoire : l’inquiétante vision de Monsieur Fillon

Décidément, François Fillon a un problème avec l’histoire, ses chercheurs et ses enseignants. A rebours de la quasi-totalité de la profession, le Républicain ne cesse de marteler que la discipline serait écrite par des idéologues au service d’une vision de la société dont on a bien compris qu’elle ne cadre pas avec la sienne. Un discours inquiétant, typique d’une tendance du politique à prendre une discipline scientifique pour la boîte à outils de ses ambitions.

Mensonges infondés

Commençons par les mots et les faits, puisqu’il faut de toute évidence revenir à des choses simples – et donc les propos de François Fillon lors de son récent débat avec Alain Juppé. Voici les propos du candidat :

"Aujourd'hui, les programmes d'histoire sont rédigés par des idéologues qui veulent imposer leur vision de la société. (...) Dans la dernière instruction qui a été donnée par l'inspection générale, on enlève Clovis, Jeanne d'Arc. Même Voltaire et Rousseau ne sont plus au programme"

Des propos quasi identiques à ceux qu’il tenait déjà en août dans le Figaro :

« A cette rentrée disparaissent du programme plusieurs personnages importants français et européens : Jules César, Vercingétorix, Hugues Capet, Jeanne d'Arc, Gutenberg, Christophe Colomb, Copernic, Galilée, Richelieu, et même Voltaire et Rousseau ! »

Vraiment ?

En une phrase, François Fillon donne à la fois dans mensonge et le ridicule, prouvant surtout qu’il n’a pas lu la moindre ligne des nouveaux programmes de 2015. Clovis y figure bel et bien, en toutes lettres, aux côtés de Charlemagne et des principaux souverains de l’histoire de France. Pour aider un petit peu François Fillon, je lui fais la gentillesse de le souligner en rouge sur l’image ci-dessous – c’est en classe de CM1, auprès d’enfants de 9 ans donc, qu’on évoque Clovis, puis Charlemagne et bien d’autres.

programme clovis

Idem pour la dynastie des Capet, bien présents – à moins qu’un enseignant s’amuse à parler des Capétiens sans parler d’Hugues Capet.

Programme Capet

Quant à Jeanne d’Arc, là encore, c’est une ânerie sans nom de prétendre qu'elle a disparu. Sa vie et son action figurent largement dans les documents d’accompagnement des enseignants, toujours en CM1. Mieux, elle n’a absolument pas disparu des manuels, et encore moins des instructions du Ministère. La preuve :

Programme Jeanne

Pour le reste, c’est toujours aussi faux, sauf à imaginer qu’on évoque en 5e la gravure et l’imprimerie sans parler de Gutenberg – autant croire qu’on peut parler de la Joconde sans citer Léonard de Vinci. Christophe Colomb est évidemment évoqué lorsque les enseignants abordent les grandes découvertes géographiques des Européens. Copernic, Galilée et d’autres sont présents, toujours en 5e, lorsque les élèves planchent sur les bouleversements que connaît l’Europe de la Renaissance.

Concernant Voltaire et Rousseau, on peut concéder à François Fillon qu’on ne parle en effet ni de l’un ni de l’autre en primaire - probablement parce que le Contrat social ou Micromégas sont un peu rudes à avaler à 8 ans. En revanche, ils sont bel et bien évoqués en 4ème dans le chapitre consacré au 18ème siècle. Puis en Première, où les deux philosophes sont également présents dans les programmes de français.

Qu’est-ce que l’Histoire ?

Voilà pour les faits : François Fillon a tort, factuellement tort.

Sur le fond du discours maintenant : le 28 août dernier, le député regrettait déjà que « les jeunes Français ignorent des pans de leur Histoire ou, pire encore, apprennent à en avoir honte » et proposait de « revoir l’enseignement de l’Histoire à l’école primaire afin que les maîtres ne soient plus obligés d’apprendre aux enfants que le passé est source d’interrogations »

Une déclaration qui laisse, sincèrement et littéralement stupéfait. François Fillon pourrait se scandaliser que les mathématiques apprennent aux enfants à compter, ce ne serait pas plus absurde : c’est la nature même de l’histoire de considérer que le passé est source d’interrogation !

C’est le métier même de l’historien que d’interroger les sources, régulièrement et constamment. Recouper, comparer, confronter chercher, se remettre en cause, avancer avec prudence en cherchant un terrain ferme… L'histoire, comme la géographie, est une discipline scientifique et il n’y a pas de science sans question, ni capacité à considérer qu’une thèse n’est jamais établie qu’à titre provisoire et sous réserve que de nouvelles découvertes ne viennent la préciser, voire la contredire.

C’est tout le sens de la tribune publiée par l’association des professeurs d’histoire-géographie (APHG), plutôt pondérée dans ses interventions publiques.

« On enseigne une histoire "vraie", c'est-à-dire celle qui s'appuie sur les sources. Pas une histoire qui relèverait de l'invention ou du roman. Si récit il doit y avoir, il ne peut être que celui qui prend en compte tous les acteurs de cette histoire, et tous ses aspects, les moments où la France est du côté du progrès comme ceux où elle vit des heures sombres. Apprendre le passé n'est pas le transformer. »

On se permettra de rappeler à François Fillon qu’il s’agit là d’un texte écrit par des professionnels de l’enseignement - ceux qui ont les élèves en face d’eux et pas de parlementaires qui n’ont jamais mis les pieds dans une salle de classe, mais n’en donnent pas moins des leçons à la terre entière.

Une histoire sans historiens ?

Dans le débat qui l’opposait cette semaine à Alain Juppé, François Fillon revenait sur une de ses marottes : il prévoit de faire rédiger les programmes « par des académiciens » (trois, à en croire son discours d’août sur ce thème). Et « des historiens », concédait-il dans un tweet un peu plus tard. Bonne nouvelle : c’est le cas. Chercheurs et enseignants ont toujours fait partie des comités qui élaborent les programmes - un brin logique tout de même.

Mais des académiciens ? Des spécialistes de la langue française ? Pourquoi ? Lesquels, choisis par qui et sur quelle base ? Pourquoi seraient-ils davantage en mesure de concevoir des programmes d’histoire que … les historiens ? Faudra-t-il sérieusement consulter Alain Finkielkraut, grand expert en gnagnagna, ou Jean-Loup Dabadie, homme de théâtre et chansonnier, pour savoir quand et comment évoquer le féodalisme auprès d’enfants de 10 ans ? Sont-ils de si grands experts de l’enseignement ? De la discipline historique ?

Tout cela, d’après François Fillon serait fait pour « construire notre récit national ». Une bien belle expression, on peut plus révélatrice : l’idée que l’histoire est littéralement, construite, fabriquée et scénarisée au service d’un but politique.

On pourrait suggérer autre chose : qu’il reviendrait plutôt aux politiques d’incarner et de créer cet attachement à la France, plutôt que de prendre les enseignants pour des valets tout juste bons à raconter une belle histoire collective et fantasmée – et les élèves pour des oies à gaver.

Ce cancre de Fillon

Enfin, impossible de s’en empêcher : quitte à donner des leçons d’histoire aux enseignants et aux chercheurs, encore faudrait-il se montrer soi-même irréprochable. Et le moins qu’on puisse dire est que François Fillon fait preuve de quelques lacunes en la matière, comme lorsqu’il tweete ceci en 2015 avant de supprimer son message.

fillon 1940

Oubliant au passage que l’Allemagne nazie et sa chère Russie n’étaient pas le moins du monde en guerre en 1940, Staline ayant signé avec Hitler un pacte de non-agression. C’est en juin 1941 que l’attaque allemande – l’opération Barbarossa – fait basculer la Russie dans le conflit. Bonne nouvelle : la seconde guerre mondiale figure au programme. En primaire, au collège et au lycée.

Mais c’est peut-être ce tweet lunaire qui traduit involontairement le mieux les confusions du candidat.

fillon gavroche

Gavroche, qui n’a jamais existé que dans le cerveau de Victor Hugo, voisine avec les très réels Bonaparte et Clemenceau.

Le roman tout court au milieu du roman national. La confusion est totale.

Publié par jcpiot / Catégories : Actu

A lire aussi

  • Aucun article
  • James Patagueule

    le déni de réalité est dans l'air du temps.

    • Pascal SANCHEZ

      Eh oui, c'est ce qu'on appelle le "post truth". Vous dites une suite de mensonges, comme Fillon dans le présent cas, et les gens suivent comme des moutons sans même se donner la peine de vérifier, parce que ça va dans le sens de leur vision du monde.

      • chrisstian

        Qu'est ce qu'ils en ont à cirer les électeurs des noms qui figurent ou pas dans les manuels d'histoire de l'école , vous croyez que c'est ça qui va déterminer leur choix ?? ou alors l'emploi, la sécurité, le communautarisme, les salaires, l'éducation les impôts, le chantier est énorme au vu de l'état de déliquescence dans lequel se trouve notre pays, et vous vous traitez de mouton les gens qui vont voter Fillon parce qu'il a dit des conneries sur les manuels d'histoire ?? d'autant plus qu'il dit la vérité, à gauche l'idéologie a toujours pris le pas sur la raison, il n'y a qu'à voir les témoignages concernant la théorie du genre...

        • Pascal SANCHEZ

          Votre raisonnement serait impeccable si les mensonges (de Fillon et d'autres) ne portaient que sur l'histoire ... Et je ne sache pas que la gauche en général fasse l'apologie de la théorie du genre (ne pas confondre avec l''enseignement de l'égalité hommes-femmes, qui lui est prévu par la loi depuis 1989)
          http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/01/28/cinq-intox-sur-la-theorie-du-genre_4355738_823448.html#IUbS5KxfjICgDFl7.99).
          C'est précisément ce que je voulais dire : l'idéologie est un a priori qui se fabrique à lui-même sa propre "vérité". Sur ce point au moins nous pouvons être d'accord.

        • Jacnac

          parce que les ideologies de droite ca n'existe pas ??????

        • FranceUnie

          Ba ca, si ca s'appelle pas de l'aveuglement.

          Vous parlez de programme de fillon mais vous n'en citez rien, ce qui signifie que vous ne le connaissez même pas, et donc vous le suivez juste parce que c'est dans votre idéologie

          L'emploi, la sécurité, salaire, c'est pas en etabt à droite que vous irez mieux. Parce la droite est capitaliste, si vous ne comprenez pas ce que cela signifie revoyez vous aussi l'histoire. Le capitalisme s'est toujours attachés à baisser les salaires des travailleurs, et donc vous. Et n'a jamais fait le moindre pas en avance pour la societe.

          Le communautarisme, c'est précisément ce que vous faites à exclure les personnes qui ne sont aps comme vous, vous vous enfermé dans votre petite communauté et fermé les yeux sur le monde, vous ne bougez pas.

          Pour vous faire un rappel, les impôts ont augmenté justement à cause de votre droite. Entre 2007 et 2012 jusqu'en 2013 puisqu'il y a 1 année de décalage, et dans toutes les localités ou il y a la droite, les impôts locaux ont augmenté.
          Si vous ne voyez pas cela vous avez un sacré aveuglement,

          Avant de vous exprimer monsieur, prenez donc des notes sur ce qui se passe dans la vie réelle.

          • chrisstian

            Ne vous inquiétez pas pour moi je ne suis pas un électeur de l'UMP, donc Fillon ou tartufe n'auront jamais mon suffrage, j'essaie simplement d'être objectif , faites vous plutôt du souci pour vous car qu'allez vous accrocher au mur de votre salon pour remplacer le portrait de Fidel Castro ?? pas une personnalité de gauche ?? car manifestement depuis 40 ans à gauche ils mettent en place une politique de droite ....

        • Denise

          C'est pourtant une certaine droite qui se bat contre une théorie du genre dont elle a elle-même inventé l'existence !

      • FranceUnie

        Une parfaite définition d'une secte qui idolâtre son messi.

        • Pascal SANCHEZ

          Effectivement, c'est une bonne définition du populisme : un leader charismatique en communication directe avec son "peuple" et qui rend superflus les organes intermédiaires (Parlement, etc.). J'y ajoute une composante essentielle, qui rend ledit populisme encore plus insupportable : la recherche d'un bouc émissaire (parfois hypocritement masquée derrière une dénonciation du "communautarisme", comme vous l'avez justement observé).

    • yuropp

      … dit le poisson rouge qui n'a pas connu les politiciens "ancien modèle" (c'était lequel déjà, qui voulait « demander plus à l'impôt, et moins au contribuable" ?)

  • Pingback: Le problème de François Fillon avec l'histoire qu'on enseigne à l'école - LES REPUBLICAINS()

  • Jimbee

    La confusion est totale dans la tête des politiques ! Imaginez comment elle peut l'être dans celle d'enfants qui vivent au quotidien dans un état de grande précarité et qui apprennent que des Jeanne d'Arc ou des Napoléon se sont battus pour conquérir ou reconquérir des territoires... Ne serait-il pas temps en élémentaire de mettre l'accent sur une histoire plus proche des élèves ? Celle que font les archéologues sur un champ de fouilles lorsqu'ils déterrent une cuillère ou une broche et qu'ils nous "content" la vie quotidienne de nos ancêtres ? Franchement qu'est-ce qu'ont d'intéressantes les conquêtes d'un Clémenceau ou les illuminations d'une Jeanne d'Arc... si ce n'est pour montrer que ces "grands" personnages se sont tous fourvoyés dans leur siècle en oubliant une partie de leur humanité. Tout cela relève-t-il des classes de primaire ? Comment des enfants de 10 ans seraient-ils capables de comprendre les errements et les victoires de ces personnages ? Le "roman français" ! Franchement !

    • Benjamin Bergé

      Parce que les héros ont des histoires plus accrocheuses que Monsieur-tout-le-monde. Parler de la vie de tous les jours à des enfants, ça ne les intéresse pas. Parler des héros, ceux qui se battent, qui conquièrent le territoire, qui font la France, ça les passionne :)

      • Pascal SANCHEZ

        Pas une raison pour ne leur parler que de Superman et des Power Rangers !

        • Jimbee

          Vous êtes totalement hors sujet ! Désolé !

          • Pascal SANCHEZ

            Il m'arrive de faire de l'humour ... Bon je sais ce n'est pas toujours réussi. Mais sur le fond : je pense sensiblement comme vous ! L'histoire qui privilégie les "grands hommes" (d'ailleurs, il y a assez peu de "grandes femmes", à l'exception de Jeanne d'Arc, de Marie Curie et de quelques autres, machisme oblige) est une histoire réductrice. Et surtout les "grands hommes" du "grand roman national" ne sont que ceux qui ont "réussi" (présupposé de la "grandeur de la France", qui fait que l'on repousse les épisodes colonialistes sous le tapis - ou qu'au contraire, on les interprète comme des "lumières" apportées par la France au reste de l'humanité). Ce "grand récit" dont on nous rebat les oreilles fait ainsi peu de cas de gens comme Pierre Laval (je ne prends que cet exemple), qui a pourtant eu un rôle majeur dans la destruction des juifs de France. Et quand il est question de Pétain, on ne voit en lui que le "vainqueur de Verdun". Sur le fond, c'est cela le nationalisme chauvin réac des Fillon, Sarkozy, Guaino, Le Pen et consorts : on ne peut pas dire la vérité sur certains épisodes de l'histoire de France sans se faire traiter d'ennemi de la France. C'est tout le sens du débat actuel sur l'enseignement de l'histoire.

          • Jimbee

            Vous avez probablement raison pour le coup ! Mais, ce dont il est question ici, c'est ce que l'on fait de ces braves types et de ces belles et bonnes dames qui ont émaillé notre passé, notre Histoire -avec un grand H !-... et pas toujours, comme vous nous le rappelez, sous les meilleurs auspices ! Bref, quand on s'adresse à la jeunesse, que faut-il retenir de notre histoire ? Le meilleur et le pire ou ce que "l'humble de base" a pu vivre ? Pour moi, le choix est fait ! Et ce depuis bien longtemps... et sans hésitation ni regret ! Pour la simple et bonne raison que celui-ci ou un autre, issu du peuple, petit comme vous et moi, aura eu plus d'influence sur notre destin et notre "roman" individuel que les Jeanne d'Arc, et autre Pierre Laval, Philippe Pétain ou Louis XIV ! Merci pour l'ajout et les précisions à votre fine remarque. Les choses sont claires maintenant ! Superman et les Powers Rangers n'ont plus qu'à bien se tenir ! ;-)))

      • Denise

        Contrairement à ce que vous pensez, quand vous allez visiter des ruines gallo-romaines ou un château-fort avec des enfants, le vie des gens de l'époque les passionne !

        • Jimbee

          Tout à fait d'accord avec Denise ! J'ai été enseignant et je peux vous affirmer que la vie quotidienne des petites gens intéresse cent fois plus les élèves que celle des rois. De la même manière un électeur est plus intéressé par une personnalité qui lui parle de lui plutôt que de la "grandeur de la France".

      • Jimbee

        Deux réponses ont été supprimées qui éclairent le propos de Pascal Sanchez. Elles répondaient à Benjamin pour indiquer que les enfants sont bien plus sensibles à l'histoire qui leur est proche plutôt qu'à de fumeux personnages, fussent-ils "connus" de tous ! Les Vercingétorix et autres Jeanne-d'Arc intéressent peu les enfants ! Ce qui les passionne ce sont les objets du quotidien, les fouilles archéologiques qui font émerger une cuillère ou un plat en étain.. bref ce qui leur parle du quotidien de personnes comme eux ! Et pas des caricatures de personnes qui ne représentent rien de fondamentalement... humain...

  • deady

    Dommage que votre réponse cinglante soit entachée d'une erreur : les enfants en classe de CM1 ne sont généralement pas des enfants de 7 ans; confusion entre CE1 et CM1?

    • FranceUnie

      Vous n'êtes jamais allez à l'ecole ?
      Il y a des enfants de 7 ans en Cm1.
      D'ailleurs vous êtes autant frotesque que fillon, car une classe n'a pas d'âge.

      • deady

        allé, pas allez, c"est du passé composé

        • deady

          et même "allés" , accord du participe passé avec l'auxiliaire être; mais bon on va y aller mollo.

          • Emmanuel Scotto

            Heu non... C'est la deuxième personne du pluriel, certes, mais utilisée sous la forme de politesse. Aucun pluriel, donc, et pas de "S"....

          • deady

            Effectivement. Au temps pour moi.

        • yuropp

          Alleï, c'est du belgicain

      • fredericweiss

        Autant frotesque que fillon, et l'ortographe cela vous dit quelque chose?

    • Denise

      Vous savez lire ? Il est écrit 9 ans.

      • deady

        Mise à jour de l'article, Denise. Pas de problèmes.

  • deady

    Et le programme d'accompagnement cité pour Jeanne d'Arc est antérieur aux nouveaux programmes, mais s'appuie sur les anciens...Et je n'ai pas encore vérifié la suite...Vous faites presque autant d'erreurs que Fillon...

    • FranceUnie

      Jeanne d'arc est et sera toujours dans le programme.
      Relisez donc.

      • fredericweiss

        Toujours, nous en reparlerons dans mille ans.

    • fredericweiss

      Vous aussi, vous valez votre pesant de cacahuètes, que de conneries débitées sans même y penser, un véritable exploit.

  • newworld666

    Vous êtes sûr de vous ? à part clovis .. je ne vois rien d'autre.
    http://le-stylo-de-vero.eklablog.com/nouveaux-programme-2016-livrets-scolaires-a119762646
    Et vous êtes sûrs que les programmes scolaires sont fait par des historiens ?
    Et vous connaissez la différence entre roman et récit ?

    • FranceUnie

      Et vous connaissez la définition d'un paranoïaque ?

      En plus, les programmes scolaires sont établis par des historiens mais pas seulement, il y a tout un collège de personne qui met à jour les éléments en fonction de nouvelle découverte.

      Si vous cherchez à defendre votre fillon, vous venez de perdre.

      • newworld666

        Je ne défends strictement rien .. c'est l'article et vos commentaires qui me font rire ..
        Ça ressemble à une caste en désuétude assez agressive dans les analyses et les commentaires !

      • yuropp

        Un paranoïaque, c'est quelqu'un qui croit que tout le monde en veut à FranceUnie.

        • newworld666

          Ils sont bizarre ces gens non ? ils sont d'une violence dans leurs propos qui fait un peu peur sur le fond de leur pensée.

    • Denise

      Pourquoi ne cherchez-vous pas les documents officiels ?
      http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=94708

      • newworld666

        D'une part je n'ai aucun intérêt particulier à défendre la liste, mais par curiosité j'ai regardé également votre texte et il n'y a rien de plus que dans le truc que j'avais trouvé sur google .. .. effectivement certaines références ont l'air d'avoir disparues si elles étaient présentes avant.
        Et sincèrement, je me moque un peu de savoir qui a raison ou pas, mais je trouve l'article et les réactions assez pathétiques et particulièrement agressives, voire et dégradantes pour Fillion qui ne m'a finalement pas l'air si à l'ouest que ça à la vue de ce que je viens de lire dans ces textes.

        • HG Chamson

          Les réactions sont à la hauteur de la manipulation. On veut faire croire que tout fout le camp et qu'il n'y a qu'une réaction énergique qui peut sauver la France. Sauf que les exemples donnés sont faux.
          Que peut-on construire sur la falsification de la réalité ? De la peur et de la division alors que nous avons besoin de mieux vivre ensemble.

          Pour ce qui est sensé être absent de notre enseignement d'histoire voir les documents d'accompagnement des programmes
          Par exemple Jeanne d'Arc : http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Histoire/82/5/C4_HIS_5_Th2_Societes,_Eglises_et_pouvoir_politique-DM_593825.pdf
          "La fin de la période (XIVe-XVe siècles) voit la dynamique démographique se briser avec la peste noire (1347-1352), et permet le récit des difficultés du royaume de France durant la « guerre de Cent Ans » qui le transforme en royaume national en particulier par l’action (à raconter) d’acteurs importants (Charles VII, Jeanne d’Arc)."

        • Denise

          Vous n'avez donc pas vu toutes les précisions données sur les buts, les démarches, l'accompagnement ?
          Quant à Fillon, ou il ment volontairement, ou il doit "virer" le conseiller qui n'a pas su faire une recherche aussi simple (consulter les textes officiels promulgués par le gouvernement) qui l'amène à un mensonge.

          • newworld666

            ça me parait excessif ... comme raisonnement..mais je ne connais pas la
            matière et je ne pense pas que fillion soit un fieffé menteur comme vous l'indiquez.
            Même
            si nos "bons et nombreux" fonctionnaires sont largement déconnectés de
            la vie de la grande majorité des français, le besoin de redresser une
            situation en grande délicatesse => résulte bien plus des résultats
            décrits dans les études Pisa qui mettent en avant la création
            d'inégalité social de notre système éducatif "autocentré" tout va bien
            pour ceux qui vivent dans ce système et mieux pour leurs enfants que
            pour les autres.. pour qui ça décroche.
            Pour le reste, notre
            côté UK des années 70 ou grec des années 2010 (donc soumis aux lois du
            FMI/Troïka), je pense que le plus simple c'est d'écouter ce type qui est
            tout sauf filloniste mais décrit à 100% la réalité.
            https://www.facebook.com/lHyp3rion/videos/1281552095208150/?hc_location=ufi
            Depuis
            cette interview il y a 1,5 millions de chômeurs de plus, des déficits
            qui n'ont cessé de s'accroitre pour dépasser les 2200 milliards
            actuellement, et, surtout, dans un monde où la pauvreté régresse, en France, on
            réussi le tour de force de voir la pauvreté augmenter.

            Donc j'imagine
            que l'histoire est plus complexe que la caricature de cet article et
            des commentaires insultants qui vont avec... même si une fois encore je
            n'ai aucune compétence dans ce domaine et en plus ça me semble très secondaire dans la situation actuelle.

            Par contre c'est clair, qu'un type qui, pour se faire élire, annonce :
            des hausses d'impôts et pas de baisse, de travailler plus pour gagner à peine plus, de réduire le nombre de fonctionnaires pour se retrouver à mi chemin des grands pays développés, de réduire les dépenses, de faire supporter encore plus aux riches leurs coûts de soins de confort ... ce type, donc, ne doit pas avoir les mêmes capacités intellectuelles que celles de nos chers français... il est limite qualifiable de masochiste.

          • HG Chamson

            Excessif !! Fonctionnaire déconnectés de la vie !!!
            Mais on rêve.

            Qu'a fait M. Fillon dans la vie ?

            En 1976, à 22 ans il entre dans la sphère politique comme assistant parlementaire de Joël Le Theule, maire, conseiller général, député de Sablé-sur-Sarthe et ministre. A la mort de son mentor, il prend ses pantoufles sur les mêmes postes.
            Là on peut dire que la vraie vie, il connait. Le chômage, les fins de mois difficiles, .. A aucun moment de sa carrière il n'a été confronté à tout cela.
            Et il n'a même pas du passer un concours comme le font les fonctionnaires.
            Et il se permet de demander des efforts aux autres !!!

          • newworld666

            Voilà bien typiquement un discours de caste qui ne jure que par sélection préalable à l'age de 25 ans au plus par concours (Ena, X, Mines, Fonctionnaires, etc) sans aucune prise en compte de l'expérience acquise et de la profondeur de la réflexion programmatique.
            Suffit de lire son programme pour comprendre qu'il ne fait partie d'aucune caste .. manifestement il part de constats évidents :
            -> effondrement du modèle social à la française,
            -> système éducatif autocentré
            -> hypertrophie de l'infra structure de la France
            -> prise en compte de l'impossibilité de réduire la pression fiscale monstrueuse mise en place par Hollande (record historique),
            -> nécessité de travailler plus sans augmentation de salaires pour payer nos propres dépenses.
            et à l'air de faire des propositions sans failles où "toute" la France doit participer sans aucun cadeau d'aucune sorte à aucune classe.
            Ca semble dirigé contre personne, juste de la bonne gestion issue d'une expérience manifestement au plus haut niveau de l'état dans un contexte de crise mondial historique..
            Vu de l'extérieur ça parait très sain .. et ça nous change des cadeaux électoraux habituels des politicards fonctionnaires, énarques, x et autres à leurs électorats respectifs .

            Maintenant de mon côté je fais partie des gens désabusés par la situation et triste pour nos enfants à qui on laisse un système éducatif à bout de souffle générateur d'injustices sociales et des dettes pour au moins deux générations en payant nos fonctionnaires par emprunts malgré la pression fiscale historique.
            Je suis triste !

            Fillion n'est certainement pas un sauveur, mais au moins, il semble juste dire "Stop" à toutes les castes gauche et droite... aucun autre n'ose le dire, ils ont tous des cadeaux à faire à leurs électorats.

          • HG Chamson

            Je ne fais partie d'aucune caste si ce n'est de celle des français qui a 14 ans était au charbon (au sens propre du terme) pour 8 francs de l'heure soit 1,2 €.
            On peut pointer les énarques et polytechniciens, je n'en suis pas mais je leur reconnait au moins le mérite d'avoir fait des efforts pour y arriver.
            Quand au modèle social français vous le trouvez effondré. Les réformes qui sont proposées vont simplement y mettre fin car le modèle social n'est pas seulement un bilan comptable c'est un souci de solidarité et de fraternité.

            Je suis également préoccupé par la dette et ce que nous laissons à nos enfants et petits enfants.
            Quand M. Fillon est devenu premier ministre, elle était de 65% du PIB, en 2012, après 5 années à Matignon, elle était de 90% du PIB. Elle est aujourd'hui de 99% du PIB.
            Je ne suis pas sûr que M. Fillon soit le mieux placé pour régler ce problème.
            A vouloir casser la baraque, c'est tout ce qu'il y a dedans qui va être abimé, nous, nos enfants et nos petits-enfants.

          • Denise

            Pouvez-vous nous dire, sur le nombre de fonctionnaires français, combien sortent de l'ENA, et combien, ayant passé beaucoup plus jeunes les concours de la police, les métiers de santé, .... vivent "la vraie vie" parce ce qu'ayant les mêmes salaires (voire inférieur) que toute personne de diplôme équivalent dans le privé ?
            C'est un peu facile, de la part de certains politiques, de taper toujours sur les fonctionnaires. Pourtant, si vous vous référez au programme de M.Fillon, il fait un énorme cadeau aux fonctionnaires : certes il semble les punir en les faisant travailler 39 heures payées 37, mais ce qu'il réserve aux salariés du privé est bien pire : PAS DE DURÉE LÉGALE DU TRAVAIL, liberté totale aux entreprises de négocier, la seule contrainte étant un maximum de 48 heures ... . payées combien ?
            M.Hollande a eu tort de verser beaucoup d'argent public aux grandes entreprises, sur la simple promesse de M.Gattaz de créer 1 million d'emplois, sans prendre de garanties (alors même qu'il y avait eu l'exemple de la taxe sur la restauration) : totale, les entreprises ont empoché l'argent et pas créé d'emploi.
            M.Fillon fait encore mieux, il propose les conditions de 1919 .... en se fiant aux entreprises pour ne pas en profiter !!!!
            Vous voulez vraiment laisser à vos enfants ces conditions ?????

          • fredericweiss

            C'est vrai ça, demander des efforts aux fonctionnaires, quelle révolution.

          • Denise

            Je n'ai pas dit "fieffé menteur", qui implique l'habitude de mentir tout le temps et sur tous les sujets, mais je n'exclut pas un mensonge de détail pour mieux servir ses thèses (et je souligne l'importance des collaborateurs pour éviter à leur chef de se faire prendre : mettre en scène une erreur ou un mensonge de détail pour décrédibiliser l'adversaire est une pratique courante -issue d'ailleurs du marketing commercial- en politique, et Fillon ne s'en prive pas envers ses adversaires).
            Pour la vidéo, Richard Borhinger est loin d'être clair dans ses explications, mais je ne lui donne pas tort, SEULEMENT
            ..... cela n'a RIEN à voir avec le sujet, à savoir quels personnages de notre histoire sont ou pas enseignés à l'école primaire, et en limiter la valeur à l'existence ou pas de Clovis dans les programmes, il me semble que, du coup, c'est bien M.Fillon qui a adopté une vision plus que réductrice !
            Si votre dernier paragraphe résume le programme de M.Fillon, je relève au-moins une "erreur" de taille : exclure de la SS tout ce qui n'est pas maladie grave ne fera nullement supporter aux riches lerus coûts de soins de confort, mais PRIVERA les pauvres, qui n'ont pas les moyens de payer une assurance privée, de TOUTE possibilité de s'assurer des soins pour les maladies courantes !!!!!

          • Denise

            3 tentatives de réponses jamais publiées, je renonce.

          • fredericweiss

            Ment volontairement? Je ne savais pas que l'on pouvait mentir à l'insu de son plein gré. Seriez-vous cycliste?

          • Denise

            Ben .... y a des sportifs (pas seulement cyclistes) qui se dopent à l'insu de leur plein gré, mais il y a aussi plein de politiques ( de tous bords) qui finissent par reconnaître leurs mensonges avec eux, aussi, l'explication de "l'insu de leur plein gré" !

  • FranceUnie

    En gros, Si je peux résumer, Fillon tout comme sarkozy derrière lui feraient bien de retour à l'école.

    D'oser dire de tel mensonges au peuple.
    C'est au mieux du dénis de réalité, au pire une insulte faite au peuple, son histoire et toute les personnes qui partage se savoir universel.

    Qui peut viter pour un type qui insulte son peuple ? Serieusement qui.
    Encore un trump qui va nous foutre dans une misère pas possible.
    Un sarkozy bis, un extrêmiste de la première heure qui se caché dans l'ombre.

  • FranceUnie

    Entre un sarkozy qui pense que la France est gauloise
    Et un fillon qui pense que clovis a disparu des livres.

    Mon dieu qu'ils sont pauvre ces politiciens.

    Si ca continu, je vais commencer à m'inquiéter des avocats.
    Entre sarkozy, le pen et fillon, tout trois sont avocat et tout trois ont des énormes lacunes avec un profond déni de réalité et d'histoire.

    Si les candres sont sur le sommet de la pyramide, il est normal que notre pays va mal, vaudrait mieux élir un ouvrier, il ferait sans doute mieux le travail.

  • adoque

    Fil approprié, fonctionnel semble-t-il...
    Sans remonter jusqu'à Clovis ou Vercingétorix, il me semble nécessaire
    d'abolir une sorte de nég[...]sme, de déni, concernant ce marqueur historique qui
    nous a fait changer d'ère (d'air aussi), entrant dans l'anthropocène:
    Selon ce calendrier, nous sommes le 17/02/0016.

    Ce marqueur, comment et par qui est-il rapporté et/ou raconté ?

    • Raimovu Suspendusses

      Les bruits de bombardements peuvent ils rendre sourds ?

      • adoque

        "Par ceux qui n'’écoutent jamais les autres afin d’écrire (cordialement)
        l'Histoire, à cause des bruits de bombardements qui les ont assourdis."

        (sic) ?
        :-))))))

        • Raimovu Suspendusses
          • adoque

            Mais pourquoi dok, ne voulez-vous pas vous astreindre à penser comme il faut ?
            😉

          • Raimovu Suspendusses

            Je n'sais pas... j'aime trop les rêves-parties. 😉 https://www.youtube.com/watch?v=GIQn8pab8Vc

          • adoque

            Récemment, grâce à notre astronaute français, nous avons eu droit au renouveau de la vulgarisation des techniques spatiales, en particulier sur les propulseurs permettant les rendez-vous...
            Des réactions chimiques produisent des gaz canalisés vers un petit orifice pour les expulser avec de la vitesse, et donc une force agissante.
            Pour obtenir davantage d'effet, dans certains cas, le gaz inflammable est mis à feu, augmentant la température, donc la pression, donc la vitesse, donc la poussée...
            Mais quand-même, faut pas exagérer... il faut s'entourer de précautions et s'assurer de l'environnement adéquat et ne pas mélanger les genres:
            http://www.slate.fr/story/127493/pet-patiente-declenche-feu-operation-chirurgicale

          • yuropp

            Action et réaction. C'est la clef de tout mouvement, godasse ou fusée.
            Le choix de la source d'énergie est secondaire.
            Je suis convaincu que, quand on maitrisera la fusion, ce sont les produits de fusion eux-mêmes que l'on accélèrera et qu'on éjectera pour balader nos mondes artificiels parmi les étoiles.

          • Arm00

            Les amérindiens porte l'aigle en très haute estime : "doone-leur la Liberté ! Donnez-leur, au moins, la connaissance qu'il y a la Liberté, que c'est possible ! Donnez-leur des ailes - et avec elles - l'aspiration à voler avec Moi, à Moi !"

          • adoque

            Bonsoir Arm00
            Je sens que vous avez été portée par d'autres activités que politiques, peut-être le vent du large vous aura fait du bien !?

          • Arm00

            Hé bien ma foi, la représentation fut très très bonne et prometteuse, mais indépendant du vent et du bienfait qu'il puisse faire. Bonsoir bonsoir !

          • adoque

            Je suis ravi pour vous 😉

          • Raimovu Suspendusses
  • loquedu

    Selon moi, l'auteur de l'article est complètement à côté de la plaque. L'école est là pour apprendre à vivre avec les autres, et pour cela, savoir lire, écrire et compter. On doit aussi apprendre à l'élève qu'il est citoyen Français comme ses camarades, et qu'on ne lui demande pas son avis sur ce point (même si, plus tard, il pourra prendre l'initiative de le donner), mais qu'il n'y a pas honte à l'être, loin de là. C'est à cela que sert l'éducation à l'Histoire, qui a peu de choses à voir avec la formation d'historien, chose qu'il pourra entreprendre plus tard à l'Université si il le souhaite.
    L'Histoire-science n'est pas l'Histoire-éducation.

    • Abricot99

      Je trouve moi-aussi ce genre d'article très hypocrite. La définition des programmes d'histoire a toujours été idéologique. Les programmes actuels sont issus de quelques historiens gauchistes, adeptes de l'auto-flagellation, qui font passer le message qu'ils ont envie de faire passer. Ce qu'ils font est tout sauf une science.

      Je crois beaucoup à ce qu'écrivait E. Lavisse en 1885, infiniment plus pertinent que l'idéologie actuelle :

      "Enseignement moral et patriotique : là doit aboutir l'enseignement de l'histoire à l'école primaire. S'il ne laisse dans la mémoire que des noms, c'est-à-dire des mots, et des dates, c'est-à-dire des chiffres, autant vaut donner plus de temps à la grammaire et à l'arithmétique, et ne pas dire un mot d'histoire.

      Rompons avec les habitudes acquises ; n'enseignons point l'histoire avec le calme qui sied à l'enseignement de la règle des participes. Il s'agit ici de la chair de notre chair et du sang de notre sang.

      Pour tout dire, si l'écolier n'emporte pas avec lui le vivant souvenir de nos gloires nationales ; s'il ne sait pas que ses ancêtres ont combattu sur mille champs de bataille pour de nobles causes ; s'il n'a point appris ce qu'il a coûté de sang et d'efforts pour faire l'unité de notre patrie, et dégager ensuite du chaos de nos institutions vieillies les lois qui nous ont faits libres, l'instituteur aura perdu son temps."

    • Emmanuel Scotto

      " On doit aussi apprendre à l'élève qu'il est citoyen Français comme ses camarades" >> Vous avez tout à fait raison. Ca s'appelle l'instruction civique, dont les cours donnés du primaire au lycée sous différentes formes (et noms) depuis les lois Ferry de mars 1882. En revanche, ce n'est pas le rôle de l'enseignement historique, dont le but est de faire comprendre les réalités passées pour mieux éclairer la compréhension du présent....
      A oui sinon, l'école n'est pas là pour "apprendre à vivre avec les autres", mais à donner une instruction. Ca, c'est le boulot des parents en très grande partie (à moins que 1/ vous n'avez pas d'enfants ou 2/ vous vous en foutez de les éduquer aux autres).

    • Denise

      Il ne s'agit pas de donner aux élèves une formation d'historien mais de dire que des historiens participent déjà aux programmes d'histoire.

      • fredericweiss

        Ma pauvre Denise, vous enfoncez allègrement les portes ouvertes, comment faites-vous pour être aussi inutile dans le débat?

        • Denise

          Que n'avez-vous répondu à ma place à loquedu !

        • CANDIDE

          Vos arguments n'apportent rien au débat, je vous cite: "D'abord le blond moustachu était roux, et na na nère."
          Je suis sur que vous pouvez faire mieux....

    • Bob l’éponge

      Et pour les élèves étrangers, on fait comment ? On leur apprend qu'ils sont français eux aussi ?

      • Denise

        Au temps des colonies, on apprenait bien aux petits Noirs "nos ancêtres les Gaulois" devant une image de blond moustachu !
        Sérieusement, ils apprennent l'histoire de France, élément indispensable de connaissance du pays, tout comme les élèves français, en cours le langue, apprennent des éléments d'histoire et de civilisation du pays dont ils apprennent la langue !

        • Bob l’éponge

          Je sais, mais c'était pour corriger la phrase "On doit aussi apprendre à l'élève qu'il est citoyen Français comme ses
          camarades, et qu'on ne lui demande pas son avis sur ce point". Ce point est simplement faux: certains élèves ne sont pas citoyens français et n'ont pas vocation à le devenir. Et ce n'est pas grave. Par contre, pas besoin d'être citoyen français pour apprendre et respecter les valeurs et l'histoire du pays où ils résident (la laïcité, la démocratie, liberté / égalité / fraternité et tout le toutim).

          • Denise

            Tout à fait d'accord !
            Je préciserais d'ailleurs que ces élèves qui n'ont pas vocation à devenir citoyens français sont souvent les enfants de salariés de grandes entreprises internationales, ou de membres des représentations diplomatiques et viennent donc de tous les continents.

          • fredericweiss

            Quel charabia! Même moi qui écrit pour ne rien dire je suis plus aisé à comprendre. Vous, ça n'a aucun sens, et le pire c'est que ce n'est pas intentionnel mais le fait de votre inanité.

          • Denise

            Je vous la refais donc en phrases courtes.
            Beaucoup d'élèves étrangers scolarisés en France sont enfants de salariés d'entreprises internationale ou de représentations diplomatiques.(POINT) Ils viennent de tous les continents. (POINT)
            C'est plus claire comme cela ?

          • fredericweiss

            Liberté, égalité, et pommes de terre frites sont les deux mamelles de la France comme le disait Bonaparte à Alesia en brisant le vase de Soisson sur la tête de Jules César. On ne me la fait pas à moi, je suis intelligent et pourtant je ne suis pas douanier.

        • fredericweiss

          D'abord le blond moustachu était roux, et na na nère.

          • Denise

            Il était donc tunisien ? (nombre de Tunisiens sont roux)

        • yuropp

          "nos ancêtres les Gaulois" …et c'était un choix délibéré, après moultes discussions : l'idéologie au prix du mensonge. Avec le "coin" pour "faire passer"…

          • Denise

            Tout à fait ... et ce n'était pas une idéologie de gauche !

          • yuropp

            Si mais de l'époque… Anticléricaux bouffeurs de curé pur sucre.

          • Denise

            Les manuels d'histoire étaient très idéologiques, avec avant tout la volonté de créer un esprit républicain (à la fin du XIX° siècle, le retour de la monarchie est loin d'être impossible), anticléricaux parce que l'église soutenait ce retour, et surtout les héros choisis pour leurs qualités guerrières.

      • fredericweiss

        Un seul enseignement, pour les Français, les autres doivent suivre et faire profil bas.

      • Maxime

        Le problème se pose aussi pour les français à l'étranger.....

        • Bob l’éponge

          Sauf que, dans ce cas-là, la France ne peut rien décider ni exiger.

    • socha – Tolissoïste

      Ce n'est pas l'enseignement de l'histoire qui doit apprendre à un élève qu'il est citoyen français. D'ailleurs, tous les élèves ne sont pas citoyens français. D'ailleurs, la citoyenneté ne veut rien dire telle qu'on nous l'apprend à l'école. Et en quoi est-on censé avoir honte de notre passé ? Les allemands doivent arrêter d'apprendre la WW2 parce que ce serait leur apprendre à avoir honte de leur passé ? Ou est-ce que ce serait juste leur apprendre un élément historique important ? Désolé, je n'ai pas à avoir honte des 200 000 camerounais tués par De Gaulle et Messmer, parce que je n'ai rien à voir avec ces deux ignobles personnes. En revanche, j'ai honte que la guerre Bamiléké ne soit pas enseignée à l'école, parce que c'est l'école d'aujourd'hui qui tait des pans importants de l'histoire.
      L'histoire est un objet de propagande politique depuis 1958, en témoignent les représentations de De Gaulle, par exemple. Alors qu'elle est censée être un outil d'exposition objective du passé dont l'objectif est la compréhension du présent. Vouloir la manipuler, tel que le prône Fillon, c'est poursuivre la propagande historique qu'il défend.

      • loquedu

        C'est sûrement regrettable, mais il n'y a pas qu'un seul pays, qu'une seule nation sur la Terre ; il y en a beaucoup, chacun séparé des autres par des frontières, au delà desquelles on ne vit pas tout à fait de la même façon, avec les mêmes idées qu'en deçà. L'école élémentaire, avec le concours des parents, est là pour apprendre aux enfants qu'ils ont à vivre et savoir communiquer avec leurs proches semblables (lire écrire compter), et qu'il font partie d'un même groupe, à savoir la nation française, où règnent les mêmes règles, et des coutumes semblables, et cela depuis un temps plutôt important, dépassant en tout cas de nombreuses vies humaines. Il résulte de cela une certaine image du pays, plus ou moins glorieuse aux yeux du Monde.Il est important pour la bonne santé de la nation, que les enfants ne soient pas malheureux de cette situation, mais en ressentent une certaine fierté. Plus tard, quand leurs connaissances et leur jugement se seront élargis, ils feront ce qu'ils veulent, et en particulier pourront explorer l'Histoire pour en révéler éventuellement toutes les horreurs.
        Quant aux élèves étrangers, qui veulent vivre en France et demandent que les Français les acceptent, ils doivent accepter eux-mêmes d'apprendre ce que savent les Français.
        Encore une fois, ce n'est pas à l'école élémentaire qu'on apprend à être historien.

        • socha – Tolissoïste

          Je suis 100% d'accord avec ce que tu dis. Néanmoins, je maintiens que falsifier l'histoire afin de rendre la population "fière", ce n'est pas le juste chemin à prendre. La France a des pans lamentables de son histoire, ce qui ne m'empêche pas d'être fier et d'aimer profondément mon pays. En revanche, j'ai un sentiment de honte quand je vois que des français soutiennent des mensonges afin de contribuer à la reluisance du pays sur la scène internationale : ça, ça m'est insupportable, car c'est du négationnisme.

          • loquedu

            En France, on a la liberté de pensée, la liberté d'expression. Mais pour les adultes seulement : on doit en protéger les enfants.

          • socha – Tolissoïste

            Ce genre de théorie est dangereuse : on doit donc protéger les enfants allemands en ne leur parlant pas d'Hitler en cours d'histoire ?

          • loquedu

            C'est un vrai problème, spécialement pour l'Allemagne. Mais on ne peut exiger des Allemands qu'ils aient honte de leur pays. Je pense qu'il faut doser les informations en fonction de l'âge de l'enfant.

          • socha – Tolissoïste

            Ce qui suppose donc qu'à l'âge du bac, ils soient au fait de ce qui s'est passé. Je conçois ton opinion, faudrait que j'y réfléchisse.

  • remijio

    Adepte de Kant et de Schopenhauer je sais mieux que quiconque que l'histoire - comme le reste - a le sens ou la représentation que l'on accepte de bien lui donner, mais ça vaut également dans l'autre sens, et quand je lis l'auteur de cet article, je me dis que la révolution française doit figurer dans son roman national à lui, ou au pire qu'il lui donne une perspective historique. Quant aux charmants pédagogues de la rue de Grenelle qui pondent nos programmes auto-flagellants, si ils étaient de droite cela se saurait. J'aurais préféré que France Info héberge un blog plus neutre, car quand on écrit "ce cancre de Fillon", on se disqualifie soi-même ...

    • Emmanuel Scotto

      "lui donne une perspective historique" >> Heureusement qu'on donne "une perspective historique" à la Révolution Française hahahaha...
      Sinon, relisez Kant et Schopenhauer sur l'Histoire, SVP, parce que là, c'est pas crédible du tout... (encore un qui s'est contenter du Que Sais Je...)

      • remijio

        @emmanuelscotto:disqus ... et encore un qui se contente de pondre du code en convoquant tout et n'importe quoi (avec de belles fautes d'orthographe) ... un bon conseil, planchez sur les cours de français avant de parler de ceux d'histoire. Fin de la leçon.

        • Emmanuel Scotto

          Et encore un petit cowboy anonyme et courageux qui n'a aucune prétention :). Je ponds du code? Tant mieux pour moi (je dois avoir aussi accessoirement beaucoup plus de degrés universitaires, mais vous devez le savoir puisque vous regardez le profil personnel des personnes, signe quand même d'un profond déséquilibre) :)
          Et sinon, vous, vous faites quoi derrière votre anonymat et vous contentez qui? Me dites pas que vous étudiez seulement Kant et Schopenhauer :)

          Ha oui, merci de me signifier mes "fotes".

          • remijio

            Vexé comme un pou (sur la tête d'un chauve ?) le @emmanuelscotto:disqus ... je me marre :-)

          • Emmanuel Scotto

            Vexé, non, mais je trouve ça un peu court pour un soit disant "adepte de Kant et Schopenhauer" qui sait "mieux que quiconque" :)
            Je m'attendais à un argumentaire plus sérieux, au moins quelque chose de construit avec plus de deux phrases... Déçu... Quoique, qu'attendre d'un filloniste versaillais dont apparemment le niveau de culture, d'instruction et de cursus scolaire est le même que son représentant (soit un misérable DEA de droit jamais utilisé professionnellement)?
            Allez, bonne "révolution nationale" et mes amitiés à Philippe Fillon (enfin si il devient président, ne sous estimez pas non plus l'immense ras le bol que votre peine à jouir intellectuel suscite auprès des français après 35 années de ministères en parlement pour des résultats aussi éclatants) 😉

        • Emmanuel Scotto

          Et puis excuse camarade philosophe: tout le monde n'a pas la chance inouïe d'être "adepte de Kant et de Schopenhauer" et de "savoir mieux que quiconque" çi ou ça. Allez, petit Finkelkraut de sous préfecture, je te laisse à tes certitudes et retourne, entre autre, à mon "code", qui je pense est beaucoup plus productif et bénéfique pour la France que tes deux penseurs qui n'ont jamais rapporté aucun point de PIB à la cause nationale :)

    • adoque

      " car quand on écrit [...] on se disqualifie soi-même ...", " je sais mieux que quiconque..."
      ...
      Hum ! l'Adepte, c'est ainsi que vous qualifiez, ne prend pas le meilleur chemin pour engager une discussion équilibrée...

  • lopezdegwada

    A l'école primaire, les enseignants se donnent heureusement beaucoup de liberté en histoire pour la bonne raison qu'il est impossible de faire le programme dans son intégralité.
    Dans ce domaine (comme dans tous les autres d'ailleurs) le bon sens devrait prévaloir. Le programme d'histoire (à l'école primaire) doit contenir les principales articulations qui font que la France est ce qu'elle est.
    De plus, il convient d'y ajouter, en liaison, des pages d'histoire régionales.
    Ainsi, on ne peut pas étudier de la même façpon Napoléon en Corse et aux Antilles.
    Les cours d'histoire n'ont pas vocation à faire quelle propagande que ce soit, si ce n'est comprendre son pays, sa formation, pour y vivre, en être fier et l'aimer.
    Ils ne devraient donc jamais être modifiés.

  • Moi.

    Je suis instit et pour tout dire, trouve cet article très partisan. J'en tiens pour preuve le passage sur Voltaire : Le réduire à "Micromégas", c'est juste ridicule. Mes élèves de CM2 ont, en revanche, apprécié le texte de "Candide" : "Le nègre de Surinam", comme d'ailleurs ils ont aimé l'histoire résumée des "lettres persanes",et celles "du Cid" et de "Phèdre" qui n'ont, toutes deux, rien à envier aux séries "débilisantes" qu'ils regardent inexorablement chez eux. Rousseau n'a pas écrit que le "Contrat social" mais quelques unes de ses lignes lues en classe les ont aussi intéressés comme un chapitre de "Jacques le fataliste". Sinon, je pense, tout simplement, que ces programmes, au fur et à mesure de leur histoire tendent à gommer l'identité française comme si elle était une sorte de peste ou de lèpre. Quant à imaginer qu'elle puisse être le travail d'idéologues... Qui peut encore en douter ? Ce que je me rappelle chaque fois que je fais de l'Histoire avec eux, c'est que notre présent est lié à notre passé dont nous n'avons pas à rougir des erreurs et à nous enorgueillir des réussites. Nous n'étions pas nés... C'est juste un avis...

    • fredericweiss

      Bien dit.

  • HG Chamson

    Que M. Fillon ait des faiblesses en histoire, on s'en était tous rendu compte bien avant sa malheureuse sortie de jeudi soir. Et ce n'est pas les nombreux posts relativisant son positionnement ou le rôle de l'histoire qui suivent cet article qui changeront cette réalité.
    Ce qui est plus grave c'est qu'une personne qui prétend incarner le pays en endossant les habits d'un président de la République puisse se permettre de mentir ouvertement à 8 millions de français.
    Oui, Clovis est enseigné à l'école. C'est un fait.
    Par son attitude M. Fillon ne contribue qu'à fragiliser encore la fonction présidentielle.
    Imagine-ton de Gaulle mis en examen ?
    Imagine-t-on un président mentir les yeux dans les yeux aux citoyens de la République.

    • Emmanuel Scotto

      Imagine-t-on surtout un de Gaulle avec une culture générale et historique aussi pauvre?

    • Karol

      Tout à fait, Fillon m'a beaucoup déçu.

      • fredericweiss

        On s'en balance de vos états d'âmes.

  • Soc

    Ce que vous écrivez est exact sur bien des points, mais je voudrais ajouter quelques éléments de réflexion ;

    - Si Clovis, Charlemagne et Jeanne d'Arc sont enseignés de cette façon, c'est bien parce que, n'en déplaise à Fillon, le roman national a été inventé par l'école de la IIIème république, et que ce roman national "pollue" encore les programmes.

    - Contrairement à ce que certains prétendent, les programmes d'histoire sont très loin de donner dans le gauchisme et l'auto-flagellation. Il faudrait les lire au lieu de les fantasmer.

    - L'enseignement de l'histoire de devrait pas servir à "transmettre des valeurs",
    qu'elles soient d'un bord ou de l'autre. Il est hélas exact que les programmes d'histoire et d'emc sont idéologiquement dirigés du point de vue sociétal. Le hic, c'est que si "on" est d'accord pour que l'école intègre "ses" valeurs, "on" perdra tout crédit quand "on" reprochera à "ceux d'en face" d'en faire de même avec "leurs" valeurs.

    • Soc

      Je prends un peu de temps pour être plus précis.

      -
      Le roman national auquel se réfère M. Fillon est encore bel et bien
      présent dans les programmes. Si Clovis ou Jeanne d'Arc sont présents en
      primaire et enseignés comme ils le sont, c'est bien parce qu'ils y sont
      depuis que la IIIème République a arrangé l'histoire à sa sauce pour
      créer ce fameux roman national. Clovis tel qu'il est enseigné n'a pas
      grand chose à voir avec le Clovis des historiens spécialistes de la
      période.

      - Que M. Fillon se rassure, la France avec un grand F et la République avec un grand R sont bien présents dans les programmes. Une vision certes plus "jacobino-gaullisto-gentiment.de.centre.gauche" que "royalo-catholico-autoritaire", plus Manuel Valls que Lorànt Deutsch, mais une vision bien idéologique quand même.

      -
      Il faudrait également que les programmes soient lus au lieu d'être
      fantasmés. Nulle trace d'auto-flagellation, de "gauchisme", ou je ne sais
      quoi d'approchant. Mais, heureusement, dans le secondaire, le récit
      quasi-légendaire et auto-satisfait fait place au questionnement
      historique. Si les programmes sont problématiques, c'est par le manque
      de bases primaires, la complexité affichée, la lourdeur ingérable, etc.
      Sur les contenus, c'est bien plutôt par ce qu'il reste du roman national
      et d'idéologie que les programmes posent problème, certainement pas
      l'inverse.

      - S'il fallait trouver une idéologisation "gauchisante",
      ce serait plutôt sur le plan sociétal, en emc. Là encore c'est à mon sens
      une erreur grave.

      - L'enseignement de l'histoire n'a pas à être remplacé par une propagande quelconque au service de quelque "valeur" que ce soit, pas plus celle qu'on peut partager que celle qu'on ne partage pas. L'histoire en tant que discipline doit rester l'histoire en tant que discipline. L'école est au service de la transmission des connaissances, des savoirs, et à l'acquisition des savoir-faire, des méthodes de raisonnement, de la construction intellectuelle. Construire un savoir construit, pour paraphraser Jacqueline de Romilly. L'école ne doit pas être la Jeunesse du Parti, quel que soit le parti.

      - Enfin, les enseignants n'ont pas vocation à se substituer aux parents.

  • Alain Blanchet

    L'essentiel de ce billet est parfaitement bien vu. J'y ajouterais quelques éléments ;

    - Le roman national auquel se réfère M. Fillon est encore bel et bien présent dans les programmes. Si Clovis ou Jeanne d'Arc sont présents en primaire et enseignés comme ils le sont, c'est bien parce qu'ils y sont depuis que la IIIème République a arrangé l'histoire à sa sauce pour créer ce fameux roman national. Clovis tel qu'il est enseigné n'a pas grand chose à voir avec le Clovis des historiens spécialistes de la période.

    - Que M. Fillon se rassure, la France avec un grand F et la République avec un grand R sont bien présents dans les programmes...

    - Il faudrait également que les programmes soient lus au lieu d'être fantasmé. Nulle trace d'auto-flagellation, de "gauchisme", ou je ne sais quoi d'approchant. Mais, heureusement, dans le secondaire, le récit quasi-légendaire et auto-satisfait fait place au questionnement historique. Si les programmes sont problématiques, c'est par le manque de bases primaires, la complexité affichée, la lourdeur ingérable, etc. Sur les contenus, c'est bien plutôt par ce qu'il reste de roman national et d'idéologie que les programmes posent problème, certainement pas l'inverse.

    - S'il faut trouver une idéologisation "gauchisante", c'est plutôt sur le plang sociétal, en emc. Là encore c'est à mon sens une erreur.

  • fredericweiss

    Un mensonge répété reste un mensonge et François Fillon a raison de dire que le programme d'histoire a été manipulé par des personnes dogmatiques, même si depuis ont été réintroduits et Clovis, et Vercingétorix, et Rousseau et Voltaire et Jeanne of Arc dans le corps de l'enseignement de l'histoire. Il reste que des politiques dogmatiques ont modifiés, manipulés les programmes en fonction de leurs œillères et que ceux-ci ont été reconstruits honnêtement par la suite pour que soit enseignée une histoire vraie, départie de la politique qui n'a rien à faire dans l'instruction publique.

    • Denise

      Ces personnages n'ont JAMAIS quitté les programmes !

  • yuropp

    Il y a aussi une sacré différence entre les historiens et les rédacteurs de programmes d'histoire. D'ailleurs, qui sont-ils ? quelles sont leur publis ?

    • Denise
      • yuropp

        Ah oui ! Un "conseil national" et un "conseil supérieur" avec des "groupes d'experts"… Pas de trace de compétence dans tout ça, juste des machins administratifs. La compétence existe peut-être mais rien de la partie publique de ce papier ne l'indique.

        Ce qui fait l'historien, ce sont ses travaux, matérialisés par des publications. Je ne prétend pas être bon juge de la pertinence d'une publi, mais leur inexistence crée un doute sérieux… Et c'est par les noms qu'on y accède, et non par des appellations ronflantes de Comités Théodule.

        • Denise

          La réponse est dans l'article : "universitaires et chercheurs", n'est-ce pas ce que vous définissez comme souhaitable ?

          • yuropp

            Je ne suis pas sensible aux titres. J'ai connu un peu trop d'universitaires qui n'étaient que des bureaucrates, et de chercheurs qui, ayant trouvé un filon (avec un seul "l"…), cherchent surtout des crédits sur des sujets qu'ils feront coller, de gré ou de force, avec le machin qu'ils ont déjà dupliqué des tas de fois. Un trou rond, un gros marteau, faire rentrer toutes les chevilles dedans en tapant comme un sourd, et voila une carrière universitaire ascendante vers les paradis de la bureaucratie. Il y a aussi ceux (et celles) qui sont toujours prêt à "coopérer" ; les autres font le boulot, les uns ramassent le pognon et jouent les "chefs"…

            Tout ce qui est "comité", "conseil" etc. attire naturellement ce genre de personne. Mais je ne prétend pas qu'il n'y ait que ceux là. Au fait, peut-être fais-tu partie d'un de ces "clubs" ? je ne demande qu'à en apprendre plus.

          • Denise

            Faire partie d'un de ces clubs, certainement pas !

          • yuropp

            D'un autre coté, je trouve que les programmes de cette année (donc qui n'ont pas encore été validé par l'expérience de leur emploi dans de vraies écoles avec de vrais gosses) sont en progrès par rapport aux précédents, et que c'est un mouvement qui dure depuis quelques années.

            Il faut dire que la pertinence de l'enseignement de l'histoire commençait à être mise en doute par les parents-électeurs-contribuables, et c'est tout un corps de métier qui était en danger (au risque de la civilisation, rien de moins ! Mais il y a toujours des Gribouilles, et les enseignants ne font pas exception)
            Pour en revenir à Fillon (avec 2 "l" cette fois ci), es politiciens ont toujours du retard à l'allumage, car l'information leur parvient par plusieurs couches de "conseiller". Retard à l'allumage aussi pour les grandes enquêtes façon PISA. Son analyse n'est pas "fausse", mais (espérons le) "en cours d'obsolescence".

            Il reste aussi à s'assurer que ce programme sera effectivement respecté, entre biais idéologiques et "moyens".

            De toutes façons, ceux des historiens qui s'intéressent à l'histoire savent que, de tous temps, les instances dirigeantes ont cherché à contrôler l'enseignement de l'histoire et le concept de "vérité historique". C'est peut être "bien" ou "mal" mais c'est ainsi. D'ailleurs, une analyse des effets positifs ou négatifs de la morale sur l'évolution de l'Humanité pourrait être assez croquignolette. Bon, c'est un peu gros pour faire un sujet de thèse, faut reconnaitre…

  • Maxime

    Décidément il est nul Mr Fillion. Après ça, ça veut diriger un pays !

  • Nobody

    Bravo Mr Piot excellent, excellentissime article !

  • Pingback: Entretien avec Jean-Christophe Piot – Patrimoine et télévision()