Vos photos de vacances dépriment-elles vos amis facebook ?

krejcirikmira

Certains articles de presse tentent régulièrement d’évaluer les conséquences de l’utilisation des réseaux sociaux sur notre santé mentale. Dans un post publié ce mois-ci dans Slate, on apprend par exemple que reluquer les photos de vacances de vos potes sur facebook ou Instagram serait « déprimant ». Selon les auteurs de ce post, une photo déclencherait chez celui qui la regarde une comparaison sociale, pouvant entraîner un sentiment d’infériorité. Pour compenser, nous serions alors conduit à publier des photos de nous encore plus belles, provoquant ainsi une « spirale de l’envie ». De plus, les réseaux sociaux finiraient par déformer notre perception de la vie des autres puisqu’à force d’être filtrées et retouchées, ces photos s’éloigneraient de plus en plus de la réalité.

Tentons d’y voir plus clair dans ces critiques et dans le rôle joué par les réseaux sociaux sur notre santé mentale.

L’être humain a besoin d’entrer en relation avec ses pairs. Ce besoin d’autrui est le fruit d’un apprentissage : dès la naissance, notre survie est assurée par des besoins primaires (la nourriture notamment), mais rapidement, le nourrisson apprend que pour obtenir ces ressources vitales, il doit faire appel à autrui dont il est encore dépendant (en général, il s’agit du parent). Ces premières demandes sont formulées par des cris et des pleurs, puis elles sont petit à petit façonnées jusqu’à ressembler à une langue dont la forme dépendra finalement de notre culture. Si les rapports sociaux prennent autant d’importance dans la vie de l’être humain c’est donc qu’ils sont associés très vite à des exigences génétiques ayant valeur de survie.

Lorsque l’on poste une photo de nos vacances sur notre page facebook ou via Instagram, la principale fonction de cette publication est donc de répondre à ce besoin social conditionné et de voir les autres émettre des comportements signalant qu’ils ont bien reçu notre demande d’attention (like, commentaires, etc.). Selon les individus, ce besoin d’attention varie, mais l’objectif sera toujours de communiquer un message qui devra faire réagir suffisamment autrui pour satisfaire notre besoin. Et si autrui ne se manifeste pas à la hauteur de nos besoins, des réactions de frustration et d’envie peuvent alors apparaître. Nous n’avons pas attendu facebook pour commencer à jalouser une information de nature sociale (comme les photos de vacances de l’autre), mais c’est simplement la forme de cette information qui a changé. Avant on pouvait dire à ses potes : « je reviens de Thaïlande, c’était trop bien, j’ai fait ceci et cela, etc ». Aujourd’hui, on se contente de poster ses photos de Thaïlande. Cependant, dans la mesure où les outils comme facebook permettent de toucher beaucoup plus de pairs en un temps record, la compétition s’est accentuée. Nos comportements sociaux ont augmenté en intensité pouvant créer encore plus de frustration.

Ces articles reprochent également aux réseaux sociaux de déformer notre perception de la réalité par retouche et sélection de photos. Mais là encore, bien avant facebook, le langage oral amplifiait de la même manière nos expériences (nous avons tendance à exagérer l’information toujours dans le but d’obtenir une réaction chez nos pairs). En soit, le langage modifie donc la perception.

Les informations des autres ont donc toujours eu ce pouvoir de nous déprimer. Mais il ne suffit pas de regarder une belle photo de vacances d’un pote facebook pour que l’on se mette à se sentir mal. Encore faut-il que cette information fasse partie de nos centres d’intérêt et qu’en quelque sorte, elle rentre en compétition avec nos désirs. Si j’ai horreur des vacances, la vision de telles photos n’aura aucun impact sur moi.

A lire aussi

  • Pingback: Vos photos de vacances dépriment-elles v...

  • http://www.facebook.com/profile.php?id=100006361410206 Gingston Mon

    facebook

  • Claude ARDIN

    Non pour moi si je met des photos de mes vacance c'est pour faire profité à mes amis de ce que j'ai vécu au lieu de les invités pour leurs présenté mes photos qui cela va duré des heures ils peuvent simplement survolé mes photos a leurs guise . donc ne pas toujour voire le négatif des choses , soyez ouvert à tous . Cloclo

  • Pingback: Vos photos de vacances dépriment-elles v...

  • lyseam

    il faut qu'il y ait quand même un caractère jaloux derrière le voyeur-Facebook, heu pardon le" visionneur".
    Sinon à part un pincement au cœur de ne peut-être pas pouvoir rêver à autant aussi loin aussi beau pour des raisons familiales/financières/professionnelles/de santé, je ne vois pas trop pourquoi cela irait jusqu'à faire déprimer de jalousie ou d'envie....(plutôt d'ennui, quitte à déprimer, non ?) 

    Aller voir la vie des autres de l'intérieur (pardon d'un faux intérieur en plus) : quel intérêt ?
    à moins d'être (plutôt jeune et ) naïf sur bcp de choses en quête de "normalité", idéalisant les relations et les vies des autres du fait d'un estime de soi fluctuante ou faible et d'un manque certain d'expériences de vie...

    ou à moins d'être d'un naturel voyeur ou bien envieux de toujours pour toujours (ou les 2)
    mais alors le premier besoin rassasié par Facebook est plus certainement une recherche de compétition où bien sûr "on" serait vainqueur à tous les coups.

    D'ailleurs est-ce si sain d'exposer à tout va sa vie ou même l'apparence d'une partie de celle-ci ? (même si sous d'autres formes c'est vieux comme la nuit des temps, l'amplification actuelle par les outils d'internet et par la perte de valeurs morales de base est nette)

    Cela mis à part, à l'heure où la compétition est tabou pour les compétences réelles (hors sport -malgré le dopage..)  , elle se multiplie sur des "valeurs" pipeaux (réseaux sociaux/TV/) d'apparence, où les uns et autres sont juges et partis, ce qui n'est pas très sain bien évidemment.

    Et à l'heure où la population française s'appauvrit encore et encore, où les vacances hors ses propres murs peuvent devenir difficiles à financer, (comme autre chose) , les tensions de jalousie pour le niveau de vie et d'insouciance (les vacances !)  peuvent croître encore davantage pour certains (je ne justifie pas la jalousie :je tente de l'expliquer) ,  alors que d'autres auront adopté soit une résignation triste soit une philosophie de vie extérieure à la toute consommation (ou surconso) que ce soit pour les vacances ou le reste.

    le toujours plus de choses et d'apparence est si vide alors que les vraies relations avec les autres êtres humains peuvent être si riches d'amour et d'amitié -sinon sont à éviter tout court-Mêmes des lieux, la nature quand on peut peuvent apporter un sentiment de plénitude intérieure ... intérieure justement là aussi.

  • lyseam

    Sont-ce des amis ? Peut-être que amis Facebook est un terme à bannir pour moins d'ambigüité. il y aura bien je suppose quelques amis et beaucoup de ??? .
    Pourquoi vouloir des ??? et pourquoi vouloir devenir un ???.
    (???= suiveur ou contact au plus neutre).
    si ça déprime les vrais amis (heu mais contacts via Facebook ?) là il y a un malaise d'amitié : un manque de tact peut-être du "posteur" de photos ou bien un besoin d'exhiber sa vie ou  bien un défaut de caractère de l'ami ...
    si ça déprime les ???, soyons dure : bof mais pourquoi avoir besoin de ??? ou en être un ?

    • jeromelichtle

      Bonjour,
      Merci pour vos commentaires.
      ps, ce ne sont pas des amis.

      • lyseam

        non ? quelle surprise ! :-) (:-) cordial !)

  • grospoussin

    super article qui prouve l'intérêt du milieu psychiatrique :p

  • erwan Coiffffard

    Article criant de vérité, il suffit de se connecter pour voir des photos de profil trés avantageuses avec toujours les commentaires : "Beaux gosses" , "t'es trop belle ma puce" ect.....Si on est pas dans le narcissisme.....

    J'ai facebook, mais en fait j'ai vite arrêté de l'utiliser car les gens qui comptent vraiment pour moi, sont au courant de mes vacances, de mes activités. J'ai pas besoin de tout étaler sur facebook.

    Et pour répondre à lyseam, si je vous envoie des photos de moi en bikini sur la plage alors que vous êtes au bureau ou malade, vous allez être un minimum irrité....Et la c'est pas une question d’être frustré ou aigri.

    Et si les gens qui postent à tout va ne font que partager, dans ce cas pourquoi prenez vous tant de soins à mettre des belles photos, à avoir un "wall" qui vend du rêve ?

    C'est inconscient....Vous avez trouver dans facebook le remède à votre petitesse sociale dans un monde médiatique, ou l'on existe que par les médias : En publiant sur facebook, vous avez l'impression d'exister.

  • Pingback: Les nuisances des photos de vacances | Tiens, c'est marrant !