Crise : la France ne s'en sort pas si mal. Surtout, ne le répétez pas!

A la fin de l'année dernière, le PIB français a retrouvé son niveau de 2008, avant la crise. C'est le PIB total : comme la population croît, le PIB par habitant est lui encore inférieur de 2% à son niveau d'avant la crise. Mais c'est une performance plus honorable qu'on ne pourrait le penser.

Comment ça? Je croyais que la situation de l'économie française était catastrophique!

Le graphique ci-dessus, qui illustre ce post, montre l'évolution du PIB total (en corrigeant les effets de l'inflation) dans divers pays depuis fin 2008. On peut aussi regarder celui-ci pour rester sur les pays européens, en PIB par habitant :

pibeurope

Le bilan reste le même. La crise économique a été plutôt moins marquée en France qu'ailleurs; La reprise y est plutôt plus molle qu'ailleurs. Le bilan est  bien loin d'être une catastrophe : une stagnation, dans un contexte ou les autres pays européens s'effondrent. Il y a bien sûr le cas de l'Allemagne, dont on nous rebat les oreilles, et qui donne l'impression par comparaison que la situation française est très mauvaise. Mais c'est un effet de la myopie des commentateurs. Si l'on regarde sur un plus long terme, la performance allemande apparaît surtout comme un rattrapage après un début de décennie 2000 très inférieur à la moyenne européenne :

europe99

 

Bref, s'il n'y a pas de quoi pavoiser, il n'y a pas de quoi non plus désespérer. La France semble représenter la moyenne de la zone euro, entre les pays en grande difficulté dans la crise, et l'Allemagne qui fait figure d'exception.

Comment a-t-on fait?

Il y a plusieurs explications possibles. Une première, c'est que les diverses "rigidités" reprochées à l'économie française, qu'elles soient politiques ou économiques, peuvent devenir des atouts dans une situation comme celle de la crise. Un état-providence imposant absorbe les chocs de demande. Un niveau élevé de protection de l'emploi amortit le chômage en période de crise. Résultat, le chômage a augmenté, mais plutôt moins que ce qu'on aurait pu craindre étant donnée l'ampleur de la crise.

L'inaction politique, reprochée à tour de bras par les fanatiques de la "réforme structurelle" aux divers gouvernements français, a aussi été un atout pour l'économie française. On ne le rappellera jamais assez : dans cette crise, il y  a une prime à l'inaction. En particulier, les pays qui ont évité de se lancer dans l'austérité budgétaire, cherchant à consolider leurs finances publiques au plus fort de la crise, se portent plutôt mieux que les autres. Il y a bien sûr des exceptions; un petit pays très ouvert peut bénéficier d'une politique d'austérité si ses exportations compensent une demande intérieure de toute façon limitée. Mais les grands pays, qui dépendent de leur demande intérieure, n'ont pas intérêt à pratiquer l'austérité budgétaire; et ne lancez pas le sujet de l'économie britannique (qui d'ailleurs est encore en dessous de son niveau d'avant crise).

C'est plutôt une bonne nouvelle, alors?

C'est une bonne nouvelle, dans la mesure ou "ça aurait pu être largement pire" est une bonne nouvelle. Il faut noter que c'est une constante de l'économie française lors des récessions. Elle a tendance à être un peu moins touchée que les autres, plus tard que les autres; la contrepartie, c'est que bien souvent, lorsque la récession est terminée ailleurs, la reprise est plus lente à arriver en France et est moins marquée. Dans l'absolu, cela signifie que les malheurs liés à la crise - chômage, fermetures d'entreprises, baisses de revenus - sont moins importants qu'ailleurs. Les effets de la crise ont jusqu'à présent été amortis en France

Ensuite, il faut bien voir que la croissance à long terme a bien plus d'impact que les fluctuations. Si la contrepartie de l'amortissement des fluctuations est la diminution de celle-ci, on ne gagne pas vraiment au change. Il vaut mieux avoir un revenu en hausse, même s'il fluctue, plutôt qu'un revenu stagnant mais stable. Est-ce qu'une croissance réduite est le prix à payer pour des fluctuations réduites? On peut l'envisager. Limiter la mobilité des salariés des secteurs en déclin vers les secteurs en croissance au nom de la lutte contre le chômage peut par exemple nuire à la croissance à long terme; mais obliger les gens à rester durablement au chômage aura aussi cet effet.

Dans l'ensemble, les pays pauvres ont une croissance à la fois plus faible et plus volatile que les pays riches; Mais il serait hasardeux d'en conclure que la volatilité de la croissance est forcément nuisible à la croissance à long terme. Dire qu'Haiti a une croissance à la fois plus faible et plus fluctuante que la France ne nous dit pas grand-chose sur le lien entre croissance moyenne et fluctuations en général. Constater que la France, depuis 2007, ne s'est pas mal sortie de la crise ne préjuge en rien de l'impact à long terme des politiques menées par le gouvernement actuel ou le précédent.

Pourquoi on en parle si peu, alors qu'on entend sans arrêt les discours catastrophistes?

Il y a plusieurs raisons à cela. La première est la conception française de grandeur, qui signifie qu'on ne peut être que grandiose ou nullissime. Est-ce la conséquence d'un système d'évaluation scolaire dans lequel on est soit dans les premiers de la classe, soit ailleurs? d'une idée universaliste qui signifie qu'on ne peut être que phare du monde, ou rien? Toujours est-il que les informations classant la France aux places moyennes ne font guère l'actualité, bien moins que les classements très mauvais ou très bons.

Indépendamment de ces travers culturels, le discours politique pousse à exagérer les difficultés. Le gouvernement actuel a tout intérêt à exagérer négativement le bilan de la présidence Sarkozy; l'opposition a tout intérêt à décrire la situation actuelle française comme catastrophique. Le biais pessimiste est solidement ancré dans les certitudes des électeurs. Les gens oublient très vite les difficultés passées et surestiment les difficultés du moment, ce qui donne toujours du crédit à ceux qui disent que la situation actuelle est plus épouvantable qu'elle n'est réellement. Les optimistes se font rire au nez; on n'entend que les pessimistes; les réalistes sont eux bien inaudibles. "La France ne va pas bien, cela pourrait être largement pire, regardez les autres pays européens" : Ne le répétez pas, on se moquerait de vous.

A lire aussi

  • LEVADOUX

    "Les optimistes se font rire au nez; on n'entend que les pessimistes; les
    réalistes sont eux bien inaudibles. " Merci Monsieur Delalgue ! Ca fait maintenant 4 ans que je répète aux gens qui m'entourent, qu'à part ceux qui ont perdu leur travail (et certains parmi eux en ont retrouvé et d'autres en ont perdu... bref, un jeu de chaise musicale), ceux qui travaillent s'en sortent aussi bien qu'avant la fameuse crise. Et si les commerces tournent au ralenti, c'est que les gens gardent leur argent "au cas où", puisque "on" leur dit toute la journée que c'est la cata ! A qui profite cette information négative, tronquée, défaitiste ? Je voudrais bien le savoir, mais elle a fait autant de mal que la crise elle-même !

    • SavoirPouvoir

      tout à fait
      À force de se dire que c'était la crise, certaine, mouton pigeons y croient.

    • phil1975

      La "crise" ou plutôt les crises c'est aussi vieux que l'histoire.
      La France connait actuellement une situation économique difficile avec un taux de chômage élevé mais ce n'est pas la 1ère fois... Après la fin d'un cycle un autre arrive avec de la croissance et des emplois à la clef, jusqu'à la crise suivante, etc.

    • Damiel Über Berlin

      Tout à fait exact! Se battre contre le pessimisme ambiant est un combat digne de David contre Goliath : épuisant !

  • lenonlégitime

    En gros le raisonnement de Mr. Delalgue c' est que mauvais c' est mieux que pire.
    Presque 8 millions de chômeurs et précaires c' est mieux que 12 millions.
    Presque 10 millions de mal logés c' est mieux que 20 millions.
    Que X millions s' inscrivent aux restos du coeur, c' est mieux que X + 5 millions
    Que Y millions de citoyens vivent en dessous du seuil de pauvreté c' mieux Y + 5 millions.
    Que manger 2 repas par jour c' est mieux qu' un seul.
    Bien-entendue comparé aux autres pays.
    Le problème en France c' est l' ignorance des capacités de notre Pays et surtout une unanimité ( sauf Mr. Attali qui a légèrement dénoncé cet " unanisme " ) des économistes et politiques sur ce que j' appelle la gestion ou l' économie verticale.
    Exemples :
    Dans les synthèses que Mr. Hollande a proposé comme programme pour son élection tout est vertical, comme l' urbanisme avec l' axe de développement de agglomérations existantes au détriment du développement horizontal sur tout le territoire du Pays, les métropoles comme 4 ième étage des collectivités locales,
    Le choix pas aussi récent que cela de favoriser le MEDEF au détriment des PME, PMI, TPPME, TPPMI, Entrepreneurs, artisans, créateurs,..
    ETC.....
    Tant que nos politiques pensent leurs projets d' une manière verticales le déclin sera assuré malheureusement.
    Faire dire aux statistiques ce que l' on veut c' est très facile, mais la réalité est là est bien là.
    Il existe une branche une branche qui s' appelle méthodes mathématiques d' aide à la décision, ou la France excelle, mais qui n' est utilisé que par la finance en recrutant les meilleurs ( c' est vrai qu' il sont payés au moins 10 fois comme Ministre ). etc...

    • LEVADOUX

      Comme d'hab, vous montrer votre optimisme béat et votre bonne foi évidente !

  • LEVADOUX

    Et pourquoi il n'y a pas mon commentaire ????

  • lyseam

    A vous lire (et surtout le titre) , je me gausse !

  • SavoirPouvoir

    La France s'en sort très bien, elle pourrait le faire encore mieux, si tout le monde s'y mettait enfin, au lieu de se foutre des bâtons dans les roues.

    Et après on va avoir encore la droite qui va rager, plus incompétent qu'eux, je ne connais pas.
    À part foutre notre nation dans la misère ils se ne savent pas faire grand-chose.

  • Eric Giaccai

    Parle-t-on des bons sujets ?

    Oui la France, de par sa politique sociale, offre un amortisseur à ses citoyens. Par contre, ce que ces chiffres ne montrent pas, c'est à quel prix ?

    Tous ceux-ci, ne peuvent pas être correctement interprétés sans mettre en perspective la dette publique et le taux de prélèvement des ménages et entreprises françaises.

    Là, pour le coup, les chiffres nous amèneraient à une tout autre conclusion...

    • LEVADOUX

      Arrêtez de nous bassiner avec la dette publique ! Et sur la politique sociale, pour l'instant ce sont les entreprises -qui ne trichent pas- et les ménages qui financent. Le taux de prélèvement des ménages est tout-à-fait acceptable, croyez-moi... je préfère payer des impôts que de ne pas en payer, ça veut dire que j'ai un revenu décent et que je suis solidaire de mes congénères.

    • Coriolan

      D'accord avec Eric : C'est "facile " de maintenir le PIB quelques années en laissant filer le déficit et la dette ; mais ensuite il faut payer les intérêts...

  • lemel

    "le PIB français a retrouvé son niveau de 2008, avant la crise", tout est dit !
    Et cela veut bien dire qu'avec l'immense inflation qui s'est produite depuis 2008, et l'augmentation de la population, le PIB 2013 est bien inférieur à celui de 2008!!
    D'ailleurs, votre premier graph n'est pas corrigé des effets de l'inflation contrairement à ce que vous dites...pourquoi nous prendre TOUS pour des cons?!

    • LEVADOUX

      Ce que vous dites est faux.

  • PsyX

    L'Allemagne c'est le pays qui garde ses industries en payant ses travailleurs le moins chère possible (vive les salaires minimaux à moins de 500€/mois) ?

    Elle s'en sort, mais faut arrêter de croire que c'est l'El Dorado de l'UE...

    Et je rajouterais qu'on s'en sort sans vrai politique d'austérité.