Les PSA à la fac, le temps d'un rap

Juste un petit regret, pour cette étudiante de la faculté de Saint Denis, pourquoi ne sont-ils pas venus avec leur bleu de travail les grévistes de PSA ? Jeudi soir, les étudiants de l'université de Paris 8, organisaient un concert de soutien aux ouvriers de l'usine d'Aulnay, autour de Kash, le rappeur de PSA.

Une soirée baptisée "Chamboul'Tout", sur laquelle plane le  rêve d'un lointain Mai 68 quand ouvriers et étudiants faisaient  cause commune. A l'usine, la semaine passée, une délégation d'étudiants de l'université de Saint Denis avait apporté un chèque de 1130 euros pour la caisse de grève. A la tribune, Salah délégué CGT à Aulnay, remercie les étudiants de leur soutien : "Défendre nos emplois aujourd'hui, c'est défendre vos futurs emplois" insiste-il. José, un autre ouvrier de l'usine ose évoquer "une idée folle" pourquoi demande-t-il "Alors que beaucoup d'usines ferment, on n'envisage pas de partager le temps de travail ?". 

 1

Pendant ce temps Kash Leone, le rappeur qui est aussi un ouvrier de l'usine, fait le tour des salles de cours : "Je suis là pour traduire le message des ouvriers sur scène, les différentes émotions qu'ils ont pu ressentir à la fermeture de leur usine" explique-t-il aux étudiants. Après les discours, place à la musique et à la fête. Du rock, du rap en attendant le clou de la soirée, le clip des rappeurs de PSA : "ça ne peut plus durer". "C'est la preuve" commente  Saïd que  "Les ouvriers ont du potentiel, ils savent faire d'autres choses que travailler à la chaîne".

Un peu timides au début, les grévistes de l'usine d'Aulnay finissent par entrer dans la danse. Entre étudiants et ouvriers, le courant passe, le temps d'une soirée et d'un rap.

 

 

 

A lire aussi